Étiqueté : Littérature de jeunesse

Colloque Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse : représentations animales et écologie

Les 16 et 17 novembre approche à grand pas, et le Colloque Lecture(s) Éthique(s) en littérature de jeunesse, également ! Nous avons donc le plaisir de partager avec vous le visuel de l’évènement (illustrée par Anaïs Perrin) mais aussi et surtout le très prometteur programme de ces deux jours à Strasbourg ! Ces deux jours seront investis par 6 sessions : Élevage et captivité, Intersectionnalité, Animaux sauvages, Éthique et écologie, Bestiaires d’auteurs, Éducation, éthique et stéréotypes. Informations pratiques : • Lieu : Inspe Strabourg, site Meinau • Organisation :  Charlotte Duranton & Anne Besson (Université d’Artois), Anaïs Perrin & Philippe...

Revisiter des comptines pour sensibiliser aux causes animale et environnementale, les albums de Pauline Kalioujny

La culture enfantine est massivement habitée par des figures animales (à tel point qu’une grande partie des articles de ce blog commencent par ce constat), et les traditionnelles comptines n’échappent pas à cette règle. Le chat égaré par la mère Michel, les crocodiles au bord du Nil ou encore l’éléphant qui se balançait sur une toile d’araignée n’en sont que quelques exemples. Ces ritournelles entêtantes, transmises de générations en générations, qui réunissent parents et enfants dans leur récitation constituent un élément fort du paysage de l’enfance. Leur ancrage dans la culture collective ainsi que leurs paroles parfois saugrenues et souvent...

Le rap des rats : la poésie au service des animaux

Dès le premier regard, Le rap des rats, écrit par Michel Besnier et illustré par Henri Galeron, attire les lecteurices par sa couverture jaune vif (Figure 1). Un recueil qui apparait solaire, joyeux, plein de force. Si l’œil est attiré par le contraste entre le fond coloré et le noir du titre, il s’arrête bientôt sur la police, inspirée des graffitis, qui ancre immédiatement l’ouvrage dans une modernité populaire renforcée par les termes précis du titre. Construit autour d’une assonance en « ra »,  il montre le goût de l’auteur pour les jeux de sonorités et la musicalité du rap, dont...

Un chien poète dans l’arbre qui pense

    La collection « Petits Géants » des éditions Rue du Monde est caractérisée par le format du poème-album, et s’adresse au très jeune lecteur. Les petits livres carrés créent une sensation d’intimité qui met l’enfant en confiance. En effet, les albums de cette collection sont en général le premier contact des tout-petits avec la poésie : pour qu’ils la découvrent avec plaisir, il convient donc de leur en préparer une exploration rassurante. C’est le cas du poème L’arbre qui pense, dont la relation texte-image s’inscrit dans la tradition de l’oralité que l’on retrouve dans les œuvres qui plaisent...

Colloque Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse contemporaine : représentations animales et écologie

  Appel à communications « Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse contemporaine : représentations animales et écologie » Colloque à l’Université de Strasbourg, les 16 et 17 novembre 2023     Éthique animale, écopoétique et littérature de jeunesse À l’ère de l’anthropocène et de la crise climatique, on assiste à une véritable remise en question de l’anthropocentrisme. Le rapport à la nature, à notre planète et à ses habitants change : porté par les récentes découvertes scientifiques, notamment en biologie et en éthologie, on observe un changement du statut des animaux dans nos sociétés occidentales. D’animaux machines dépourvus d’émotion, on...

L’arche de Barbapapa : embarcation dans un vaisseau écologique, destination l’utopie

  Avec son voyage aventureux sur un bateau et sa ribambelle d’animaux, l’arche de Noé mobilise des thématiques chères à la littérature de jeunesse. Pas étonnant donc, que ce mythe biblique alimente de nombreux mythes littéraires destinés aux plus jeunes. Les considérations environnementales, qui vont croissantes dans notre société, gagnent aussi la littérature de jeunesse. L’épisode de Noé s’offre alors comme un parfait support. En effet, comme l’évoque Eléonore Hamaide dans un article dédié à ce mythe dans les albums, « La trame du mythe est […] suffisamment souple, par ses blancs narratifs, pour permettre aux artistes une appropriation en phase...

Zoo sans animaux : confrontation et collaboration des points de vue

L’image et le texte sont deux instances cruciales dans l’album jeunesse. C’est de leur dialogue, parfois de leur tension, que le genre (s’il en est un) tire toute sa puissance. Le lisible et le visible sont deux langages, que les créateurs d’albums adressent aux lecteurs qui les font advenir, résonner, se compléter ou s’opposer pour construire un récit et faire passer un message. Dans Zoo sans animaux[1], Suzie Lee tisse, entre les deux idiomes de l’album, une relation qui tient à la fois de l’affrontement et de la coopération. Cet album raconte, à travers un jeu de focalisations, une balade...

L’album pour dénoncer : quand visible et invisible s’allient dans Chasse au gorille

Chasse au gorille, écrit et illustré par Stéphane Henrich, renoue avec l’origine du mot « album », initialement défini comme un petit carnet blanc sur lequel on raconte les évènements marquants d’un voyage. Il s’agit en effet du journal de Lord Dickinson, explorateur occidental chargé d’aller en Afrique pour capturer un gorille, consignant ainsi ses souvenirs. Cette volonté de « garder trace »[1] se retrouve à un double niveau : par l’écriture, lisible, et l’image, visible[2]. Nous nous demanderons comment s’articulent le lisible et le visible, et plus particulièrement comment le lecteur arrive à s’approprier le « reste »[3], l’entre image et texte,...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search