Étiqueté : Album

Mi perro sato : un chien aux couleurs de l’arc-en-ciel

  Bienvenue en juin, le premier mois de l’été qui se voit désormais orné de drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel à travers le monde. Symbole de la communauté queer (c’est à dire toutes les personnes dont l’identité de genre ou l’orientation sexuelle ne correspond pas au modèle social hétéronormé[1]), ce drapeau, à l’histoire riche et qui évolue encore[2], est l’étendard du mois des fiertés, visant à lutter contre le harcèlement et les discriminations subies par les personnes queers. Elles font en effet partie des personnes minorisées familiales, c’est à dire des personnes qui sont invisibilisées par la société (comme les...

Revisiter des comptines pour sensibiliser aux causes animale et environnementale, les albums de Pauline Kalioujny

La culture enfantine est massivement habitée par des figures animales (à tel point qu’une grande partie des articles de ce blog commencent par ce constat), et les traditionnelles comptines n’échappent pas à cette règle. Le chat égaré par la mère Michel, les crocodiles au bord du Nil ou encore l’éléphant qui se balançait sur une toile d’araignée n’en sont que quelques exemples. Ces ritournelles entêtantes, transmises de générations en générations, qui réunissent parents et enfants dans leur récitation constituent un élément fort du paysage de l’enfance. Leur ancrage dans la culture collective ainsi que leurs paroles parfois saugrenues et souvent...

Profession crocodile : anthropomorphisme éclairant et condition des animaux en captivité

  Ce n’est plus à prouver, les animaux anthropomorphes peuplent l’univers de l’enfance. De Petit Ours Brun à Zootopie, ces animaux, qui marchent bien souvent debout, portent des vêtements et parlent comme vous et moi, sont quasiment emblématiques des fictions destinées à la jeunesse[1]. À leur sujet, Isabelle Nières-Chevrel constate qu’ils occupent « dans la fiction pour enfants une fonction de détour et de mise à distance[2] ». Ces personnages animaux sont en effet généralement des « figures projectives de l’enfant[3]» dans le récit et servent principalement de support pour faire passer au jeune public des messages concernant avant tout les...

Une histoire de vampire

Hybrides et animaux : apprivoiser la peur dans Une histoire de vampire

  Une histoire de vampire, écrit et illustré par Grégoire Solotareff, est un album contemporain pour la jeunesse qui raconte l’histoire d’un petit vampire à la peau bleutée, Vladimir. Comme dans tout album pour la jeunesse, l’auteur s’adresse à un double lectorat avec deux lectures possibles : « une première s’adresse à l’enfant naturellement ; une autre s’adresse à l’adulte, par dessus l’épaule, en une manière de clin d’œil »[1]. Cela est essentiel à prendre en compte pour la construction du sens de l’album : nous verrons comment il amène son jeune lecteur à découvrir le monde des vampires au fil de...

Une (re)visite au Zoo de Michel Butor, initiation à l’onirisme poétique

Les animaux peuplent les univers enfantins, et la poésie n’échappe pas à la règle. Parmi les thématiques animales, la visite au zoo est un motif classique, notamment parce que la petite enfance est associée à la découverte des espèces animales et de leur diversité.  L’album-poème Zoo, de Michel Butor et Olivier Tallec [2] revisite cette thématique, en l’imprégnant d’un message sur l’onirisme et les liens étroits entre poésie et rêve. Cet ouvrage, paru en 2001 chez Rue du Monde, s’inscrit dans la dynamique de sa collection « Petits Géants », qui regroupe des albums-poèmes, qui sont, comme leurs noms l’indiquent,...

Un chien poète dans l’arbre qui pense

    La collection « Petits Géants » des éditions Rue du Monde est caractérisée par le format du poème-album, et s’adresse au très jeune lecteur. Les petits livres carrés créent une sensation d’intimité qui met l’enfant en confiance. En effet, les albums de cette collection sont en général le premier contact des tout-petits avec la poésie : pour qu’ils la découvrent avec plaisir, il convient donc de leur en préparer une exploration rassurante. C’est le cas du poème L’arbre qui pense, dont la relation texte-image s’inscrit dans la tradition de l’oralité que l’on retrouve dans les œuvres qui plaisent...

Thierry Dedieu et l’animal humain : Zoo, de l’autre côté du miroir

  Les animaux habitent l’univers d’auteur de Thierry Dedieu. La prolixité et la variété caractéristiques de la production de cet artiste lui donnent l’occasion de proposer des figures animales multiples, qui construisent et alimentent sans cesse une réflexion globale autour des mondes humain et animal, de leurs interactions, de leur cohabitation et de leurs potentielles frontières. Dans Zoo[1], paru en 2009 dans la collection Giboulées de Gallimard Jeunesse, Thierry Dedieu explore et réinvente un thème qui est à la fois relativement courant en littérature de jeunesse et une problématique majeure dans le domaine de l’éthique animale, à savoir le parc...

L’arche de Barbapapa : embarcation dans un vaisseau écologique, destination l’utopie

  Avec son voyage aventureux sur un bateau et sa ribambelle d’animaux, l’arche de Noé mobilise des thématiques chères à la littérature de jeunesse. Pas étonnant donc, que ce mythe biblique alimente de nombreux mythes littéraires destinés aux plus jeunes. Les considérations environnementales, qui vont croissantes dans notre société, gagnent aussi la littérature de jeunesse. L’épisode de Noé s’offre alors comme un parfait support. En effet, comme l’évoque Eléonore Hamaide dans un article dédié à ce mythe dans les albums, « La trame du mythe est […] suffisamment souple, par ses blancs narratifs, pour permettre aux artistes une appropriation en phase...

Zoo sans animaux : confrontation et collaboration des points de vue

L’image et le texte sont deux instances cruciales dans l’album jeunesse. C’est de leur dialogue, parfois de leur tension, que le genre (s’il en est un) tire toute sa puissance. Le lisible et le visible sont deux langages, que les créateurs d’albums adressent aux lecteurs qui les font advenir, résonner, se compléter ou s’opposer pour construire un récit et faire passer un message. Dans Zoo sans animaux[1], Suzie Lee tisse, entre les deux idiomes de l’album, une relation qui tient à la fois de l’affrontement et de la coopération. Cet album raconte, à travers un jeu de focalisations, une balade...

L’album pour dénoncer : quand visible et invisible s’allient dans Chasse au gorille

Chasse au gorille, écrit et illustré par Stéphane Henrich, renoue avec l’origine du mot « album », initialement défini comme un petit carnet blanc sur lequel on raconte les évènements marquants d’un voyage. Il s’agit en effet du journal de Lord Dickinson, explorateur occidental chargé d’aller en Afrique pour capturer un gorille, consignant ainsi ses souvenirs. Cette volonté de « garder trace »[1] se retrouve à un double niveau : par l’écriture, lisible, et l’image, visible[2]. Nous nous demanderons comment s’articulent le lisible et le visible, et plus particulièrement comment le lecteur arrive à s’approprier le « reste »[3], l’entre image et texte,...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search