Mi perro sato : un chien aux couleurs de l’arc-en-ciel

 

Juin - Le mois des fiertés

Bienvenue en juin, le premier mois de l’été qui se voit désormais orné de drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel à travers le monde. Symbole de la communauté queer (c’est à dire toutes les personnes dont l’identité de genre ou l’orientation sexuelle ne correspond pas au modèle social hétéronormé[1]), ce drapeau, à l’histoire riche et qui évolue encore[2], est l’étendard du mois des fiertés, visant à lutter contre le harcèlement et les discriminations subies par les personnes queers. Elles font en effet partie des personnes minorisées familiales, c’est à dire des personnes qui sont invisibilisées par la société (comme les femmes ou les enfants), et sont encore bien trop souvent victimes de discriminations.

C’est dans ce cadre socio-culturel (pour ne pas dire socio-politique) que se situe le présent article, empruntant (trop) brièvement aux gender studies (études sur le genre) et aux queer studies. Les études de genre sont un champ de recherche à part entière pluridisciplinaire et qui a « pour objet les rapports sociaux hiérarchisés entre les sexes[3] » et les études queers se centrent sur la théorie queer, établie comme un outil universitaire depuis les années 1990, et se basant sur l’absence de normalité d’identité de genre ou d’identité sexuelle, déconstruisant la binarité homme/femme et l’hétéronormativité afin de dénoncer les discriminations et les inégalités subies par les personnes queers[4].

Si je vous parle ici de ces thématiques, c’est que dans le cadre de cet article, nous allons proposer une analyse linéaire de l’album espagnol « Mi perro sato », réalisé par Laura Náter Vázquez en 2016 dans la collection Queer.y des éditions Educación Emergente (Éducation émergente, notre traduction).

Mi perro sato

Les lecteurices sont, dès la couverture de l’ouvrage, au courant de la portée réflexive de l’album. Le titre, « Mi perro sato », et l’illustration agissent de concert pour donner des informations tout en questionnant. En effet, le substantif perro, chien, fait clairement référence au canidé dessiné sur l’image. Cependant, il est associé à l’adjectif sato, qui peut être traduit en français par bâtard ou corniaud. On comprend alors que le chien de l’histoire n’appartient pas à une race particulière, sera ordinaire, sans caractéristique particulière, sans étiquettes non plus, que ce soit concernant son comportement ou son physique, permettant une meilleure identification des lecteurices avec le personnage. C’est la quatrième de couverture qui nous permet de connaitre le nom du chien, Simón, dont l’onomastique humaine facilite d’autant plus le phénomène d’identification susmentionné.

Pourtant, lorsque l’on se concentre sur la représentation visuelle du chien, il parait tout sauf ordinaire : son pelage est orné des couleurs de l’arc-en-ciel, dans un rappel plus qu’explicite du drapeau queer, et dénote avec le noir et blanc du reste de l’illustration. En regardant de plus près, le canidé semble entouré d’une sorte d’aura, d’un espace de blanc, qui suit sa forme. Est-ce car la couverture nous révèle finalement, sur le principe de la prolepse, la nature profonde du chien, différente de ce qui parait en regardant simplement son enveloppe corporelle ?

Cela semble effectivement le cas : la page de titre nous montrant un chien différent de celui de la couverture, en ce sens que son pelage est noir. Il s’agit pourtant du même individu, comme le fait comprendre sa position identique, ainsi que la sensation de différence associée au chien : cette fois-ci, s’il est noir, le reste du paysage est désormais grisé, terne.

 

La tourne de page confirme les impressions données par le paratexte : « Tamaño mediano, pelo corto, color negro. En la ficha del veterinario ponen mixed. Creo que eso lo traducen como mestizo. […] Mi perro sato es víctima de discrimen racial. » (Notre traduction : De taille moyenne, au poil court, de couleur noire. Dans sa fiche vétérinaire, ils ont mis « croisé ». Je pense que c’est leur traduction pour « métis » […] Mon chien corniaud est victime de discrimination raciale).

La narratrice donne ensuite une liste d’exemples de situations pour confirmer son affirmation. Quand elle se promène avec son chien, soit « me gritaron desde un carro […] que si no me daba vergüenza pasear a ese perro por allí » (Notre traduction : « on m’a demandé en criant depuis une voiture si je n’avais pas honte de promener ce chien par ici », soit on lui interdit l’accès au lieu « me dicen que están prohibidos los perros » (Notre traduction : on me dit que les chiens sont interdits).

Elle sent que son compagnon n’est pas traité de la même manière que les autres : « el recinto está lleno de satos, muy satos, tamaños mediano, pelo corto, color negro. Pero esos no están prohibidos. Supongo que no los pueden prohibir porque son realengos. El mío, con collar y correa, bañado, bien alimentado y con su tratamiento de frontline al día para combatir ulgas y garrapatas, no puede pasear por el campus. » (Notre traduction : l’enceinte est pleine de corniauds, très corniauds, de taille moyenne, aux poils courts, et de couleur noire. Mais ceux-là ne sont pas interdits. Je suppose qu’ils ne sont pas interdits parce qu’ils sont errants. Le mien, avec un collier et une laisse, baigné, bien nourri et avec son traitement de frontline à jour contre les puces et les tiques, ne peut pas se promener sur le campus.)

Pourtant cette théorie se voit mise à mal car son voisin, qui possède un chien lui aussi, un rottweiler, est autorisé à parcourir l’enceinte de l’université avec lui.

Où qu’il aille, Simón se fait montrer du doigt, se fait rejeter.

Face à tant de discrimination, la narratrice se dit que c’est peut-être qu’elle ne connait pas assez bien les gens, et décide de suivre le conseil d’un ami qui lui affirme que « la mejor forma de conocer gente es salir con el perro. » (Notre traduction : la meilleure manière de rencontrer du monde est de sortir avec son chien »). Pourtant, là encore, elle se rend compte que son chien est traité différemment de ceux des autres : personne ne vient lui adresser la parole quand elle sort avec lui, alors que quand sa sœur promène son caniche, tout le monde vient lui parler et lui poser des questions.

« Pero mi perro sato ne genera tantas conversaciones. Lo más tierno que he escuchado en la calle sobre él es que parece un cerdito. » (Notre traduction : mais mon chien corniaud ne génère pas autant de conversations. La chose la plus gentille que j’ai entendue, c’est qu’il ressemble à un petit cochon.)

La narratrice, qui semble penser qu’il s’agit d’une discrimination à cause du fait que son chien n’est pas un chien de race, à cause de son apparence physique en quelques sortes, se voit finalement un jour éclairée par une passante :

« Una señora amable me dio la respuesta. […] Ya no es un problema racial, sino de construcción de género. » (Notre traduction : une gentille dame me donna la réponse. […] Ce n’est pas un problème racial, mais de construction du genre. ») Et de demander « ¿es perra o perro ? » (Notre traduction: C’est une chienne ou un chien ? / C’est un mâle ou une femelle ?)

Le livre se termine sur la mention du collier du chien « Rojo, ni siquiera es rosadito, es rojo. » (Notre traduction : Rouge, il n’est même pas rose, il est rouge) qui porte tant à confusion dans un monde binaire genré féminin-rose/masculin-bleu. Ce chien, qui est castré, et qui porte à l’extérieur un collier rouge, n’est pas classable dans les catégories prédéfinies par la société dans laquelle il évolue. Grise et sans couleur, elle n’accepte pas les personnes qui sortent des normes qu’elle a instaurée.

Pour bien comprendre la portée de cette fin, je rappelle ici que le récit de « Mi perro sato » se déroule aux alentours de la Yupi, L’enceinte de Río Piedras, l’Université de Puerto Rico. Or, dans cet état, comme dans de nombreux pays d’Amérique Latine, la stérilisation des animaux de compagnie, dont les chiens, est très peu répandue[5]. Enlever les attributs sexuels d’un animal n’est donc pas habituel du tout, ce qui explique que cet exemple est choisi par l’autrice pour traiter des individus n’entrant pas dans un système binaire hétéronormé.

Ainsi, Simón se voit rejeter par sa non appartenance aux critères que cette société se fait de la masculinité et de la féminité. Ne pas pouvoir le classer dans la catégorie « mâle » ou dans la catégorie « femelle » du premier coup d’œil pose problème aux personnes que l’on croise tout au long du récit, qui préfère alors l’exclure, des lieux comme des conversations.

La portée de la métaphore que représente ce chien apparait alors de manière claire. S’il n’est pas certain qu’ici le chien porte un message en son nom ou en celui de son espèce, il le porte pour les enfants queers qui liront son histoire. On retrouve bien là le rôle des chiens comme porte-parole des minorisées familiales dans la littérature que j’ai identifié dans mes travaux de thèse[6]. Il permet de faire passer un message d’inclusivité et de bienveillance envers toutes celles et ceux qui se sentent différent.e.s de ce que la société semble attendre d’elleux.

Les chiens, à l’image de Simón, sont donc un modèle privilégié pour parler de la cause queer dans des récits mettant en scène des humains. Mais, lorsque les personnages de notre espèce sont absents de la diégèse, d’autres animaux sont utilisés par les auteurices pour parler de la cause LGBTQIA+. Voici pour terminer, si le sujet vous intéresse, et si vous souhaitez offrir aux enfants que vous côtoyez des représentations riches et variées, quelques recommandations de livres venant compléter le propos de cet article :

Tango a deux papas Jean a deux mamans

Dans la nature

[1] https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/queer/188627

[2] Kévin Bideaux. Arc-en-ciel (drapeau). Publictionnaire. Dictionnaire des publics, 2023, https://publictionnaire.huma-num.fr/notice/arc-en-ciel-drapeau/. hal-04274401

[3] Sevara Irgacheva, Gender studies. Histoire des concepts et développement du champ d’études, 2018, en ligne https://regulation.be/wp-content/uploads/2018/11/Gender-studies_Histoire-des-concepts-et-d%C3%A9veloppement-du-champ-d%E2%80%99%C3%A9tudes.pdf. Lire aussi : LACHENAL Perrine, « Définition. Études de genre n. f. pl. », dans : , Questions de genre. Comprendre pour dépasser les idées reçues, sous la direction de LACHENAL Perrine. Paris, Le Cavalier Bleu, « Idées reçues », 2016, p. 9-10. URL : https://www.cairn.info/questions-de-genre–9791031800950-page-9.htm

[4] Pour plus de précisions, ainsi que des outils de recherche dans le domaine, vous pouvez vous rendre sur ce site : https://guides.library.illinois.edu/queertheory/background

[5] Daniel Mota-Rojas et al., 2021. « Abandonment of dogs in Latina America : Strategies and ideas. », Vet World, 14(9), p.2371-2379.

[6] Charlotte Duranton, Les représentations du chien dans la fantasy contemporaine, Université d’Artois.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlotte Duranton (5 juin 2024). Mi perro sato : un chien aux couleurs de l’arc-en-ciel. Môments Animaux. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sbu


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search