La vieillesse animale chez les frères Grimm : décrépitude, dépendance et ingéniosité

L’animal est, dans le conte, un matériau incontournable. Omniprésent dans le quotidien de l’homme, notamment dans le milieu rural, où les contes des frères Grimm veulent puiser leurs racines, on le retrouve dans une grande majorité des Kinder- und Hausmärchen. La figure animale y prend des visages et des fonctions multiples, et sert aussi bien à parler du rapport de l’homme à la nature que de prétexte pour traiter, de manière détournée, de sujets hautement humains.

Nous allons nous intéresser ici à la façon dont les contes de frères Grimm traitent les vieux animaux. Nous étudierons pour cela quatre contes : « Les musiciens de Brême » (KHM 27)[1], « Le vieux Sultan » (KHM 48)[2], « Le renard et le cheval » (KHM 132)[3] et « Le temps de la vie » (KHM 176)[4]. Nous appuierons notre analyse sur la septième et dernière édition des contes par les frères Grimm, publiée en 1857[5]. Nous nous pencherons d’abord sur l’image de la vieillesse dans les contes, avant de nous intéresser au rapport qu’entretiennent les vieux animaux avec les humains. Enfin, nous nous attarderons sur les solutions que trouvent les bêtes pour améliorer leur sort.

Cet article a été rédigé à partir des contes originaux, en allemand. Chaque citation est traduite en note de bas de page.

 

Les contes des frères Grimm construisent une image uniforme de la vieillesse (animale, mais pas seulement). Dans l’ensemble de notre corpus, le grand âge est décrit comme une décrépitude, une période difficile et ingrate de la vie. Les contes se concentrent sur les animaux domestiques, qui souffrent, dans leurs vieux jours, des séquelles de l’utilisation que l’homme à faite d’eux.

Ainsi, on retrouve les symptômes décrits dans le KHM 176, « Le temps de la vie » (où les animaux refusent que Dieu leur donne une vie trop longue pour éviter trop de souffrances), dans l’ensemble des autres contes du corpus. En effet, l’âne demande une existence plus courte à cause des charges trop lourdes qu’on lui fait porter, notamment au moulin : « von Morgen bis in die Nacht schwere Lasten tragen, Kornsäcke in die Mühle schleppen »[6]. L’âne des musiciens de Brême (KHM 27) est épuisé par le même travail : « einen Esel, der schon lange Jahre die Säcke unverdrossen zur Mühle getragen hatte, dessen Kräfte aber nun zu Ende gingen»[7]. Cette souffrance est partagée par l’autre équidé du corpus, le cheval du KHM 132.[8] Le chien de « Le temps de la vie » s’avère lui aussi emblématique des douleurs de vieillesse de ses congénères : « bedenke, was ich laufen muß, das halten meine Füße so lange nicht aus; und habe ich erst die Stimme zum Bellen verloren und die Zähne zum Beißen, was bleibt mir übrig ».[9] Le chien de chasse, dans « Les musiciens de Brême » est fatigué de marcher[10] et n’est plus bon pour la chasse. Sultan, dans le KHM 48, perd quant à lui ses dents : « [er] hatte alle Zähne verloren, so daß er nichts mehr fest packen konnte. »[11] Le chat du KHM 27 partage les mêmes problèmes de dentition et la même incapacité à chasser : « weil ich nun zu Jahren komme, meine Zähne stumpf werden, und ich lieber hinter dem Ofen sitze und spinne, als nach Mäusen herumjage. »[12]

La vieillesse est donc, pour ces animaux, un moment difficile, empli des douleurs causées par leur vie au côté des humains. Elle est l’âge de l’inefficacité. Ce fait s’étend aussi à l’homme. En effet, « Le temps de la vie », ne promet pas un avenir plus reluisant à l’humain, qui endure les mêmes fardeaux que les vieux animaux[13] : « Dann kommen die zwölf Jahre des Hundes, da liegt er in den Ecken, knurrt und hat keine Zähne mehr zum Beißen.»[14] Le KHM 78, « Le vieux grand-père et son petit-fils »[15], souligne également la piètre condition de l’homme à la fin de sa vie.

Ce conte met d’ailleurs l’accent sur un vécu commun à tous les vieux animaux de notre corpus : l’ingratitude des hommes pour les services qu’ils ont rendus, accompagnée d’une injonction à être utile pour rester en vie. En effet, comme le grand-père, dont la décrépitude qui dégoûte ses enfants à table, les musiciens de Brême, Sultan et le cheval se voient menacés de mort, en dépit de leur vie de servitude, car ils deviennent inefficaces à la tâche qu’on leur a assignée.

Les contes mentionnent le dévouement des animaux pour leurs maîtres. On trouve notamment l’adjectif « treue »[16] pour qualifier les héros des KHM 48 et 132. La femme du propriétaire du vieux Sultan éprouve même une certaine compassion pour le chien fidèle : « Die Frau, die Mitleid mit dem treuen Tiere hatte »[17]. Le KHM 38 thématise d’ailleurs cette fidélité dans sa seconde partie puisque le chien défend les intérêts de son maître contre le loup, en refusant de le laisser dévorer les moutons, bien que ce dernier l’ait été un peu plus tôt, lorsque son maitre lui avait tourné le dos. On peut également trouver la mention du temps que les animaux ont accordé aux humains : « so vielen Jahren »[18] et « schon lange Jahre »[19].

Cette dévotion est récompensée par une profonde ingratitude de la part des hommes, et ce avant même que les bêtes ne soient devenue inutiles, comme l’indique l’âne dans « Le temps de la vie » : « mit nichts als mit Schlägen und Fußtritten ermuntert und aufgefrischt zu werden »[20]. Le coq doit d’ailleurs être mangé en dépit de ses loyaux services alors même qu’il n’est pas vieux : « Da hab ich gut Wetter prophezeit, […] aber [… die] Hausfrau […] wollte mich morgen in der Suppe essen.»[21] Le cheval évoque la courte mémoire de son propriétaire pour les services qu’il lui a rendu : « mein Herr hat vergessen, was ich ihm für Dienste in so vielen Jahren geleistet habe »[22]. Le maître de Sultan estime quant à lui qu’il ne doit rien à l’animal, qu’il a nourri tant qu’il était capable de mériter son repas : « Hat er uns gedient, so hat er sein gutes Fressen dafür gekriegt. »[23]

L’inutilité signe l’arrêt de mort des animaux. Les musiciens de Brême prennent la route pour fuir un trépas certain : « etwas Besseres als den Tod findest du überall »[24]. La même vérité cruelle s’applique à Sultan : « Den alten Sultan schieß ich morgen tot, der ist zu nichts mehr nütze »[25].

Ces contes, et bien d’autres d’ailleurs, accordent une place centrale à la nourriture. Ici, elle est un principe vital dans les mains du maître, symbole de la dépendance des animaux domestiques à l’homme. C’est en effet souvent l’idée de « bouche inutile » qui fait penser au maître qu’il doit se débarrasser de son vieil animal. Le propriétaire du cheval refuse de le nourrir gratuitement : « [er] konnte keine Dienste mehr tun, da wollte ihm sein Herr nichts mehr zu fressen geben ».[26] Comme nous l’avons mentionné précédemment, il en va de même pour Sultan. Le fermier lui refuse même le « pain de la miséricorde » (« Gnadenbrot »), que sa femme propose.

Dans l’ensemble du corpus, la nourriture constitue un but. Les vieux animaux traversent en effet tous une épreuve liée, de près ou de loin, à l’alimentation.

Le périple des animaux du KHM 27 les mène à l’indépendance alimentaire. Au début du conte le chien, comme les autres musiciens, se demande comment « gagner son pain ». Un peu plus tard, c’est la vision de la nourriture, sur la table des voleurs, qui va inciter les animaux à chasser les brigands : « einen gedeckten Tisch mit schönem Essen und Trinken, und Räuber sitzen daran [] Das wäre was für uns »[27] Les musiciens se jettent ensuite sur le repas abandonné, qui est la récompense de leur aventure : « Nun setzten sich die vier Gesellen an den Tisch, [] und aßen, als wenn sie vier Wochen hungern sollten. »[28] Les compères vivent ensuite émancipés des humains, contrairement aux autres bêtes du corpus.

Pour les autres animaux, l’épreuve consiste à « mériter » aux yeux de leurs maîtres, une nourriture dont ils sont déjà amplement dignes. C’est le cas de Sultan, qui met au point un stratagème pour faire croire au fermier qu’il sauve son fils. Il en va de même pour le cheval, que son propriétaire a mis au défi de ramener un lion, et qui, grâce à une ruse, lui rapporte le fauve. Sultan est remercié par ses maitres qui ne le laissent plus manquer de rien et lui offre une nourriture adaptée à son manque de dents : « “du sollst das Gnadenbrot essen, solange du lebst. Zu seiner Frau aber sprach er “[] koche dem alten Sultan einen Weckbrei, den braucht er nicht zu beißen »[29]. Le cheval se voit lui aussi récompensé du gite et du couvert à vie : « [Er] gab ihm satt zu fressen, bis es starb. »[30]

 

La menace que constituent les humains mène les vieux animaux à se fédérer pour survivre. Ainsi, on identifie ce qu’Anne-Marie Baranowski appelle la « solidarité des ébranlés »[31] dans « Die Bremer Stadtmusikanten » : « l’union des opprimés se change en force, et les serviteurs muets prennent une revanche éclatante sur le sort ».[32] Sultan et le cheval font quant à eux appel à des congénères sauvages, le loup et le renard, pour les aider face aux hommes. Le KHM 48 évoque même une amitié : le loup appelle Sultan « Gevatter ».[33]

La solidarité des bêtes les conduit à duper l’homme, qui, dans ces contes, est toujours le « perdant ». La faiblesse physique des vieux animaux est compensée par leur fraternité et leur ingéniosité. Le conte, comme les fables, fabliaux et le « Roman de Renard » connus dans toute l’Europe raille ici l’homme : alors qu’il se croit supérieur à ces animaux, qu’il juge devenus inutiles, il s’avère être plus bête que les bêtes.

Ainsi, les musiciens de Brême triomphent deux fois des voleurs en trompant leurs sens. Comme l’analyse A.-M. Baranowski : 

Les animaux planifient intelligemment leur action alors que les voleurs s’abandonnent à la terreur superstitieuse. Lorsque l’un d’entre eux tente une incursion, le retournement atteint son paroxysme, le brigand prenant les animaux pour des êtres fabuleux.[34]

Le vieux Sultan utilise la peur que l’homme a du loup. Il fait croire aux fermiers que ce dernier va manger leur fils et passe pour un sauveur. La tromperie joue sur l’image négative que les humains ont du prédateur (d’ailleurs largement relayée dans les contes). Le canidé est ici un personnage (plutôt) positif.[35]

Dans le KHM 132, le renard fait usage de la ruse, l’un de ses attributs typiques, pour duper le lion et prendre ainsi le maître à ses propres mots. Le propriétaire a en effet proposé un défi volontairement impossible à sa bête pour être sûr de s’en débarrasser, et, une fois que celle-ci parvient à le relever, il n’a d’autre choix que de la reprendre.

 

La vieillesse est donc un thème récurrent des contes des Grimm. Celle des animaux domestiques est l’occasion de parler de la relation utilitaire qui les unit à l’homme, et de souligner l’ingratitude de l’être humain pour les animaux qui le servent toute leur vie durant. Elle parle aussi du mépris avec lequel l’homme traite ses aïeux.

À une époque que l’on imagine moins compatissante envers les animaux[36], les KHM de notre corpus leur donnent un rôle actif : ils prennent en main leur destin pour gagner « leur pain » et défient la mort qui leur est promise en dupant les humains crédules et couards. Comme l’indique Anne-Marie Baranowski, dans le conte, « l’animal sert d’exutoire et permet de rétablir une justice, une liberté qui […] existent au moins dans l’imaginaire dont il est le représentant par excellence. »[37] Les musiciens, Sultan et le cheval outrepassent la volonté des hommes et obtiennent, par la ruse, ce qu’ils ont toujours mérité : la reconnaissance des humains et le droit de ne plus être des outils.

L’anthropomorphisation propre au modèle du conte, et sa grande dimension symbolique laisse penser que ces vieux animaux renvoient aussi à la situation de certains humains subordonnés, notamment les domestiques. La dépendance des animaux à leur maîtres, ainsi que l’ingratitude de ces derniers, qui les renvoient au statut d’objets utilitaires, porte donc également un message sur la servitude humaine et les maltraitances qui en découlent.

[1] Jacob et Wilhelm Grimm, Kinder- und Hausmärchen, « Die Bremer Stadtmusikanten », KHM 27, [1857], Munich, 1977, p. 180-187,189, [en ligne] consulté en mai 2020, URL : http://www.zeno.org/nid/20004903838.

[2] Jacob et Wilhelm Grimm, Kinder- und Hausmärchen, « Der alte Sultan », KHM 48, [1857], Munich, 1977, p. 273-275, [en ligne] consulté en mai 2020, URL : http://www.zeno.org/nid/20004904095

[3] Jacob et Wilhelm Grimm, Kinder- und Hausmärchen, « Der Fuchs und das Pferd », KHM 132, [1857], Munich 1977, p. 620-621, [en ligne] consulté en mai 2020, URL : http://www.zeno.org/nid/20004904931

[4] Jacob et Wilhelm Grimm, Kinder- und Hausmärchen, « Die Lebenszeit », KHM 176, [1857], Munich 1977, p. 723-725 [en ligne] consulté en mai 2020, URL : http://www.zeno.org/nid/20004905385

[5] Jacob et Wilhelm Grimm, Kinder- und Hausmärchen, [Ausgabe letzter Hand: 7. Auflage, 1857], Munich, 1977, [en ligne], consulté en mai 2020, URL : http://www.zeno.org/nid/20004903552

[6] Jacob et Wilhelm Grimm, « Die Lebenszeit », op.cit. Jacob et Wilhelm Grimm, « Die Lebenszeit », op.cit.
Notre traduction : « du matin jusqu’au soir, porter de lourdes charges, transporter des sacs de grain jusqu’au moulin »

[7] Jacob et Wilhelm Grimm, « Die Bremer Stadtmusikanten », op.cit.
Notre traduction : « un âne qui, depuis de longues années, portait sans faillir les sacs au moulin, mais dont les forces arrivaient à leur fin »

[8] Son maitre pense qu’il n’a plus de force et le met au défi de lui prouver le contraire en lui amenant un lion.

[9] Jacob et Wilhelm Grimm, « Die Lebenszeit », op.cit.
Notre traduction : « Pense à ce que je dois courir, mes pieds ne le supporteront plus si longtemps ; et quand j’aurai perdu la voix pour aboyer et les dents pour mordre, que me restera-t-il ? »

[10] « der jappte wie einer, der sich müde gelaufen hat » Jacob et Wilhelm Grimm, « Die Bremer Stadtmusikanten », op.cit.
Notre traduction : « qui jappait comme quelqu’un qui s’est épuisé à courir »

[11] Jacob et Wilhelm Grimm, « Der alte Sultan », op.cit.
Notre traduction : « [il] avait perdu toutes ses dents, de sorte qu’il ne pouvait plus rien saisir fermement. »

[12] Jacob et Wilhelm Grimm, « Die Bremer Stadtmusikanten », op.cit.
Notre traduction : « parce que je commence à prendre de l’âge, que mes dents s’émoussent et que je préfère rester derrière le poêle à m’assoir ou à perdre la tête plutôt que de courir après des souris. »

[13] Le conte propose en effet d’expliquer les espérances de vies des animaux et de l’homme en racontant que Dieu a offert à l’homme les années de vieillesse que les animaux ont refusées, et les souffrances qui vont avec.

[14] Jacob et Wilhelm Grimm, « Die Lebenszeit », op.cit.
Notre traduction : « puis viennent les douze ans du chien, alors il se couche dans les coins, grogne et n’a plus de dents pour mordre. »

[15] Jacob et Wilhelm Grimm, Kinder- und Hausmärchen, « Der alte Großvater und der Enkel », KHM 78, [1857], Munich, 1977, p. 403-404, [en ligne] consulté en mai 2020, URL : http://www.zeno.org/nid/20004904397

[16] Notre traduction « fidèle »

[17] Jacob et Wilhelm Grimm, « Der alte Sultan », op.cit.
Notre traduction « La femme qui avait pitié de l’animal fidèle »

[18] Jacob et Wilhelm Grimm, « Der Fuchs und das Pferd », op.cit.
Notre traduction : « tant d’années »

[19] Jacob et Wilhelm Grimm, « Die Bremer Stadtmusikanten », op.cit.
Notre traduction « depuis de longues années »

[20] Jacob et Wilhelm Grimm, « Die Lebenszeit », op.cit.
Notre traduction : « n’être encouragé et rafraîchi par rien d’autre que des coups de poing et de pied »

[21] Jacob et Wilhelm Grimm, « Die Bremer Stadtmusikanten », op.cit.
Notre traduction : J’ai prédit du beau temps, […] mais [… la] ménagère […] voulait me manger dans la soupe demain.

[22] Jacob et Wilhelm Grimm, « Der Fuchs und das Pferd », op.cit.
Notre traduction : « mon maître a oublié les services que je lui ai rendus pendant tant d’années »

[23] Jacob et Wilhelm Grimm, « Der alte Sultan », op.cit.
Notre traduction : « Il nous a servis, il a eu sa bonne part de nourriture pour cela. »

[24] Jacob et Wilhelm Grimm, « Die Bremer Stadtmusikanten », op.cit.
Notre traduction : » tu trouveras partout quelque chose de mieux que la mort »

[25] Jacob et Wilhelm Grimm, « Der alte Sultan », op.cit.
Notre traduction : « Je tuerai le vieux Sultan demain, il ne sert plus à rien. »

[26] Jacob et Wilhelm Grimm, « Der Fuchs und das Pferd », op.cit.
Notre traduction : « “Il ne pouvait plus rendre service, donc son maître ne voulait plus lui donner à manger. »

[27] Jacob et Wilhelm Grimm, « Die Bremer Stadtmusikanten », op.cit.
Notre traduction : « “Une table bien garnie, avec de la bonne nourriture et de la bonne boisson, et des brigands assis autour […] Ce serait pour nous. »

[28] Ibid.
Notre traduction : « Les quatre compagnons s’assirent alors à la table, […] et mangèrent comme s’ils devaient avoir faim pendant quatre semaines. »

[29] Jacob et Wilhelm Grimm, « Der alte Sultan », op.cit.
Notre traduction : « “tu mangeras le pain de la grâce tant que tu vivras”. Mais il dit à sa femme : “[…] prépare au vieux Sultan une bouillie, afin qu’il n’ait pas besoin de ses dents”. »

[30] Jacob et Wilhelm Grimm, « Der Fuchs und das Pferd », op.cit.
Notre traduction : « [Il] lui donna à manger à satiété jusqu’à ce qu’il meure. »

[31] Elle emprunte le terme au philosophe Jan Patocka.

Anne-Marie Baranowski « L’animal dans le conte populaire allemand. L’exemple des contes de Grimm », in Frédérique Le Nan et Isabelle Trivisani-Moreau (dir.), Bestiaires, Nouvelles Recherches sur l’Imaginaire | 36, Angers, Presses universitaires de Rennes, 2014, pp. 293-303, [en ligne], consulté en février 2024, URL : https://books.openedition.org/pur/28414?lang=fr

[32] Ibid.

[33] Jacob et Wilhelm Grimm, « Der alte Sultan », op.cit.
Notre traduction : « compagnon ».

[34] Anne-Marie Baranowski, op.cit.

[35] Bien que, dans la fin du conte, il demande un retour à Sultan pour son service et souhaite dévorer les moutons, ce que le chien refuse, prouvant encore sa fidélité à son maître.

[36] Loin des préoccupations sur le « bien-être animal » et de l’antispécisme qui émergent aux XXIe siècle.

[37] Anne-Marie Baranowski, op.cit.



Citer ce billet
Anaïs Perrin (2024, 3 avril). La vieillesse animale chez les frères Grimm : décrépitude, dépendance et ingéniosité. Môments Animaux. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5nr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search