Poucet pour les grands : quand le théâtre jeunesse parle de végétarisme

Poucet, pour les grands. Granouillet

             Les contes de fées, véritables œuvres du patrimoine de la littérature de jeunesse, connaissent toujours un immense succès car ils « touchent les préoccupations fondamentales des enfants » nous dit Gilles Granouillet[1].  A ce titre, le dramaturge décide de reprendre le conte du Petit Poucet[2] et crée la pièce qui nous intéresse ici, Poucet, pour les grands. Nous allons voir comment cette réécriture théâtrale, bien que respectant de nombreux aspects de l’hypotexte, donne aux lecteurices une interprétation nouvelle du récit merveilleux, plus engagée, porteuse d’une réflexion sur des questions actuelles.

              Notons en premier lieu que la pièce reprend les conventions et les éléments du conte originel afin de s’assurer que lecteurices et spectateurices identifient immédiatement l’univers et les personnages. La pièce reste fidèle à l’hypotexte de façon générale car les conventions du conte sont respectées. Déjà, la chronologie des évènements du conte est exactement respectée, du moment où le petit Poucet et ses frères toquent à la porte de la maison de l’ogre jusqu’à celui où Poucet veut échanger les bonnets de ses frères avec les couronnes des ogresses. Ensuite, on retrouve la symbolique des lieux de conte : l’eau, avec la mare d’eau autour de laquelle se rencontrent pour la première fois Poucet et l’ogresse ; la chambre correspond bien au lieu du secret car c’est là qu’est créé, sans que personne ne le sache, le plan pour déjouer le destin des personnages ; et la forêt qui symbolise bien le parcours initiatique, par l’épreuve traversée dans la maison, et par le départ des deux protagonistes vers leur nouvelle vie. De plus, les accessoires cruciaux de l’histoire sont présentés dans la toute première didascalie, afin d’assurer une reconnaissance immédiate des personnages par les lecteurices/spectateurices : la couronne de l’ogresse, et le bonnet de Poucet[3]. Enfin, l’onomastique : Poucet dès le titre, ouvre à lui seul un horizon d’attente chez l’audience, qui sera pourtant rapidement détrompé. Si le jeune garçon est effectivement présent dans la pièce, il n’en est pas le personnage principal. Il est pourtant le seul à être véritablement nommé, l’ogresse qui lui vole la vedette n’a pas de prénom dans la pièce, et les autres protagonistes sont désignés par la relation d’apparenté qui les unit à cette dernière : « l’ainée des ogresses » et « la mère ».  Pour rassurer le lectorat/l’audience, la pièce commence tout de même par des références claires à la façon dont les personnages étaient décrits dans le conte originel. Les personnages se présentent eux-mêmes ainsi p.05[4] :

Poucet : Tu trouves que je suis pauvre ?

L’ogresse : Non.

Poucet : Tu trouves que je suis petit ?

L’ogresse : Non. […] Ne trouves-tu pas que j’ai le nez crochu, les dents pointues et tout écartées dans une trop grande bouche et mes yeux, regarde bien mes yeux, ne les trouves-tu pas tout gris et bien trop rapprochés […] ?

Poucet : (après l’avoir attentivement observée) Non.

Les mots du conte de Perrault sont quasiment repris à l’identique[5], mais l’on sent déjà que le déroulé de l’histoire va s’éloigner du conte classique car les personnages réfutent immédiatement ces descriptions trop réductrices.

            Il apparait alors que la pièce Poucet, pour les grands est en fait une réelle réécriture du conte, qui repose sur deux procédés principaux. Elle est construite selon un processus d’amplification: l’auteur se concentre en effet uniquement sur le passage dans la maison de l’ogre, et sur cette fameuse nuit meurtrière, moment clé du conte. Cela éveille la curiosité des lecteurices/spectateurices, qui sont donc avides de découvrir le quotidien de cette famille au rôle si important dans le conte de leur enfance, dont on a si souvent entendu parler mais dont on se rend compte que l’on ne sait pas grand chose. Ensuite, la pièce repose sur un changement de perspective: elle n’est pas racontée du point de vue du petit Poucet, mais de celui de la plus jeune fille de l’ogre. Ces procédés reflètent une tendance actuelle dans le monde des contes de fées, qui consiste à présenter l’histoire du point de vue de l’antagoniste, comme par exemple dans la saga Maléfique[6] qui raconte l’histoire de la Belle au Bois Dormant depuis la perspective de la méchante sorcière, ou encore le film Cruella. Cela est surprenant, car l’on s’attendrait plus à une réécriture d’un personnage individualisé dans le conte originel, comme par exemple la mère ogresse[7].  Mais cette idée est novatrice : même si le personnage de la cadette ogresse ne présente pas de rôle particulier dans le conte originel, elle va permettre, nous allons le voir, à l’auteur d’apporter une véritable profondeur à sa pièce par le jeu des relations entre les personnages.

            En effet, l’ogresse ne correspond pas du tout à l’archétype de l’ogre tel que l’on retrouve habituellement dans les contes, y compris celui qui inspire la pièce : prédateur des enfants, affamé de chair fraiche (au sens propre comme au sens figuré)[8]. Elle est ici une jeune fille intelligente, douce, passionnée de lecture et surtout, pour ce qui nous intéresse ici, végétarienne. En effet, la figure de l’ogre végétarien est de plus en plus répandue dans la littérature de jeunesse, comme par exemple dans Le jour où les ogres ont cessé de manger des enfants, L’Ogre et sa Princesse aux petits oignons, ou encore Oscar l’ogre doux en Afrique[9]. Ces protagonistes permettent clairement de remettre en cause l’ordre établi, plus particulièrement en termes des violences faites aux minorisé.e.s de nos sociétés, dans ce cas, femmes, enfants et animaux. Cette volonté de critiquer l’opposition dominants-dominé.e.s de nos sociétés, est d’ailleurs plus qu’explicite dans une adaptation filmographique du conte assez récente, celle de Marina de Van (2011), dont la réécriture a été proposé comme dénonçant l’inceste, et étant antispéciste et végan[10].

Les Ogres végétariens

Illustration 1 : Ouvrages contemporains mettant en scène des personnages d’ogres végétariens.

C’est en effet le cas ici, pour revenir à la pièce que nous analysons ici : l’ogresse est porteuse d’un message moderne de rébellion antisexiste et antispéciste. Par sa simple présence, déjà, en tant que protagoniste principale : « En littérature, voit-on souvent l’ogresse tenir le premier rôle? Il appert que non, jusqu’ici du moins, car tout pourrait changer »[11]. Elle remet en cause les coutumes de son espèce, comme les nouvelles générations d’enfants et de jeunes adultes le font également dans le monde réel avec l’évolution des prises de conscience sur la sensibilité et le bien-être des animaux. Elle ne dévore plus les autres, mais les livres [12], ce qui la rend totalement incomprise dans sa famille, qui ridiculise ses choix, « voilà bien une chose inutile, les livres ! », p.13, voire la maltraite en la forçant à manger de la viande, « Elle mange et pleure en même temps sous le regard de sa grande sœur », p.13. Cette ogresse est en fait une petite fille comme les autres, qui ne se sent pas à sa place dans sa famille, et qui est lucide sur sa situation : « Quand je suis triste, c’est là que je viens. Je suis souvent triste, alors je passe beaucoup de temps ici. » p.06. Ce sont les livres dans lesquels elle se plonge qui l’aident à s’échapper de son quotidien difficile, au sens figuré, par son imaginaire, comme au sens propre, lorsqu’elle comprend ce qui lui arrive et va tout mettre en œuvre pour changer son destin (p.06) :

L’ogresse : Je sais qui tu es.

Poucet : Ca m’étonnerait.

L’ogresse : Tu t’appelles Poucet.

Poucet : Tu connais mon nom ? Je ne t’ai jamais vue.

L’ogresse : J’ai lu notre histoire.

Les autres personnages sont aussi présentés avec de véritables personnalités : la mère a une position ambiguë, « partagée entre sa volonté de protéger les enfants […] et sa soumission au mari»[13].  Elle apparait inhibée, voire complice des horreurs et de la violence du père, le pire étant qu’elle en a conscience (p.16).

L’ogresse : Tu l’aimes, ton ogre ?

La mère : …

L’ogresse : Tu l’aimes ?

La mère : Ne prononce plus ce mot.

L’ogresse : Si tu ne l’aimes pas, pourquoi restes-tu là ?

La mère : A cause de toi. A cause de vous.

             L’ogre lui, cache un côté de sa personnalité à sa famille, ce qui est mis en évidence dans la pièce car il n’apparait sur scène que comme une ombre : « lorsqu’il n’est pas là, avec les autres, c’est un autre homme. C’est un ogre. » (p20) Mais derrière cette violence et ce côté prédateur, l’on découvrira  finalement, nous le verrons, une sensibilité et la volonté d’être un meilleur père. Enfin, l’ainée des ogresses, affamée, cruelle et insensible, est en fait le seul personnage apportant un peu de légèreté à la pièce. L’auteur construit en effet sa personnalité sur de nombreuses ruptures de ton et des comiques de répétition : déjà par son rapport à la nourriture «A table !!! A table !!! A table !!!» p.09, « Reste-t-il au moins un peu de mouton ?» p.20, «J’ai tellement faim. » p.23, «Je vais le bouffer » p.24, «J’ai faim, alors je m’en fous !» p25. Ensuite, par le lien étonnant et totalement inattendu avec sa chienne, Micounette[14], qu’elle traite comme un véritable enfant : « c’est le bon chien-chien à sa mémère ! Qu’est-ce qu’il va faire, le joli chien [… ] ? Il va faire son dodo ! Oh oui ! Son gros dodo câlin d’amour ! » p. 10, « C’est pas une fifille, Micounette ? Mais si, c’est une fifille ! une très jolie fifille ! » p.13 et « Micounette, ma fifille, vois comme maman est jolie ! » p.27. Enfin, on découvre que l’ainée des ogresse, si féroce et brutale, ne rêve en fait que d’épouser un prince charmant, et le quiproquo où elle prend Poucet pour son prince, fils d’Alphonse Soixante-Douze (p. 26), la rend encore plus loufoque voire ridicule, suscitant le rire chez les lecteurices/spectateurices.

              Ainsi, on se rend compte que les personnages ne sont plus figés. On sort totalement du manichéisme classique de l’hypotexte, les personnages sont tou.te.s humanisé.e.s et contemporanéisé.e.s, cherchant à dépasser le rôle auquel Perrault les avait cantonné.e.s dans le conte originel. C’est d’ailleurs là la véritable morale de la pièce[15], qui est annoncée quasiment dès le début du texte (p.07), selon le principe du prolepse : «ce que je sais c’est qu’on peut être plus fort que ce qui doit se passer, que ce qui devrait arriver. » Le lecteur, qui connait le conte originel, va alors accompagner l’ogresse et Poucet dans leur tentative de déjouer leur destin. On découvre un véritable jeu intertextuel et une mise en abyme du récit, avec l’ogresse qui tient le livre du conte du Petit Poucet.

 

Illustration 2 : Israela Sanchez dans le rôle de l’ogresse cadette, dans Poucet pour les grands joué par La compagnie Les Arpenteurs du Caillou ©photo Patrick HAMM/Patham

 

          Elle lit au fur et à mesure les moments clés de l’histoire, comme si l’ouvrage renfermait une prophétie annonçant le destin des protagonistes. Tout ce qui se passe, annoncé par la lecture, est accompagné d’évènements magiques, merveilleux. C’est « un bruit magique comme on n’en trouve que dans les contes » p.21. Entre aussi en jeu la chienne Micounette, qui hurle littéralement à la mort, comme pour avertir les personnages dès qu’un danger mortel se rapproche : quand on toque, ou quand l’ogre entre dans la chambre pour dévorer les enfants. Elle joue un véritable rôle de chien psychopompe[16] essayant d’aider les personnages à déjouer leur destin.

Finalement, ce qui ressort, c’est que l’ogresse et Poucet se construisent et réussissent à dépasser leur condition grâce à leurs relations aux autres, par leurs actes et leurs paroles. C’est en effet par sa rencontre avec Poucet (p.09) que l’ogresse comprend qu’elle peut agir sur son destin et ose partir de sa famille où elle est incomprise et maltraitée :

Poucet : Dans ton livre, s’est-on rencontré au bord de la mare ?

L’ogresse : Non ! Dans mon livre on ne se rencontre pas.

Poucet : Tu vois, on peut tromper les histoires. Si on le veut vraiment [..] !

Seule l’ogresse, par sa volonté, sa ouverture à l’autre, sa psychologie, arrive à changer le cours de l’histoire : elle convainc Poucet de ne pas échanger les bonnets et les couronnes en humanisant ses sœurs mais surtout en lui avouant ses sentiments, pp. 35-36 :

L’ogresse : Parce que je t’aime, Poucet. Nous sommes seuls, mais je t’aime. Et si tu m’aimes aussi, tu seras courageux.

Poucet : Je serai courageux. Je te le promets. Je serai courageux.

C’est en ayant une discussion avec sa mère qu’elle découvre des informations essentielles « Tu m’aides, maman, tu es en train de m’aider. Apprendre qu’il voudrait guérir, devenir autre chose qu’un ogre, cela peut m’aider » p. 32. Ainsi, même si la mère reste passive (voire complice), à l’image de la représentation de la femme que l’on voyait trop souvent dans les anciens contes[17], elle aide comme elle le peut sa fille, qui elle, en digne représentante des nouvelles générations plus féministes, est actrice de sa vie et cherche par tous les moyens à s’en sortir. Enfin, c’est encore dans l’échange avec son père qu’elle arrive à faire définitivement basculer son destin, pp. 37-38 :

L’ogresse : Tu pleurais d’être un ogre. Tu pleurais, parce que tu voudrais être un papa. Rien de plus qu’un papa. Est-ce que je me trompe, l’ogre ?

(On entend l’ogre respirer difficilement, il est ému)

Tous tes cadeaux ne rachètent rien. Nous, tes filles, nous voulons que tu guérisses, nous voulons que tu redeviennes un papa. On peut changer sa propre histoire, quand on le veut, quand on est courageux.

L’ogre : Ma fille… ma fille…
L’ogresse : Retourne dans ta chambre. Rendors-toi et demain tu n’auras plus faim, parce que tu seras fier de toi. Tu seras fier d’être un papa. Papa.

L’ogre : Ma fille… ma chère petite fille…

L’ogre, malgré sa « sa faim d’innocence et sa fascination pour la jeunesse » en viendrait alors « à symboliser l’homme déchu et coupable après le meurtre originel, en quête de rédemption »[18], en cherchant à se racheter et à devenir un bon père.

Enfin, Poucet et l’ogresse s’aiment, et décident, malgré les différences (physiques, sociales), de s’enfuir ensemble. Ils refusent catégoriquement la fin du conte originel (p.40) :

Poucet : Stop ! Complètement idiote cette fin !

L’ogresse : C’est une histoire pour les petits, et nous avons grandi.

Cette histoire d’amour se retrouve dans une autre pièce de théâtre, Mange ta Main de J.-C. Grumberg[19] qui présente la plus jeune des sœurs ogresses et Poucet entrain de consulter une conseillère conjugale car leur couple ne va pas bien.  Mais ici, Granouillet termine sur un message bien plus positif qui symbolise une étape initiatique dans la vie des enfants, comme le fait le chanteur Stromae dans Roméo kiffe Juliette[20], réécriture du classique Roméo et Juliette. L’amour et la volonté peuvent permettre de changer le destin auquel l’on semble voué, même le plus funeste :

« Mais Juliette et Roméo changent l’histoire et se tirent

A croire qu’ils s’aiment plus à la vie qu’à la mort »

 

           Dans Poucet, pour les grands, les héro.ïne.s se libèrent du texte originel pour écrire leur propre destin. La pièce rend donc visible ce moment si difficile, où l’on doit affronter ses parents, et oser les quitter, pour permettre le passage vers l’âge adulte. Elle s’inscrit donc dans la lignée de nombreuses écritures théâtrales jeunesse qui « construisent une relation à la joie, au sens que Clément Rosset donne à ce mot, qui relève de cette forme d’optimisme et sans doute de positionnement philosophique »[21]. C’est un véritable message de l’auteur sur le sens de la vie, la responsabilité de ses choix, la volonté de prendre son destin en main.

         Ainsi, la pièce aborde en tant que parodie dramatique de contes[22] des sujets graves à travers le développement en profondeur de ses personnages, tout en utilisant de l’humour et en gardant une véritable connivence culturelle avec le public. Même si l’on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’un conte dramatique, on retrouve un point commun avec les œuvres de J. Pommerat dans l’humanisation et l’évolution que Granouillet offre à ses personnages. Ils sont de véritables personnes, qui évoluent et manifestent ouvertement leurs hésitations, leurs dilemmes. Ils sont en fait des enfants comme les autres, avec des sentiments et des préoccupations actuelles proches de celle de leur jeune lectorat/public : maltraitance, végétarisme, conflits familiaux, échapper à l’autoritarisme des parents, sortir de sa condition sociale, s’aimer librement. Cette humanisation touche le lecteur/spectateur, et l’aide aussi à réfléchir sur sa propre vie, quelque soit son âge. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une réécriture doublement pour les grands, car « ce qui pouvait être avant tout quête de formation [des jeunes] pour grandir semble aujourd’hui prendre les contours d’une quête existentielle partagée par les adultes »[23].

[1] Note d’intention de  Gilles Granouillet, dossier de presse sur Poucet, pour les grands.
http://citescolairedetarare.free.fr/IMG/pdf/dossier_de_presse_poucet.pdf
https://www.dometheatre.com/medias/images/prestataires/dossier-poucet-web-840.pdf

[2] Le Petit Poucet, 1867, de Charles Perrault  et illustré par Gustave Doré. Dans ce conte originel, le petit Poucet et ses frères, abandonnés par leurs parents trop pauvres pour les nourrir, trouvent refuge dans la maison d’un ogre. Malgré une tentative de dissimulation par la femme de l’ogre, celui finit par les découvrir et cherche à les dévorer. Son épouse le convainc d’attendre le lendemain et de laisser dormir les enfants dans la chambre que leurs propres sept filles. Pour éviter tout risque, dans la nuit, le petit Poucet échange les bonnets de ses frères avec les couronnes des filles de l’ogre. Ce dernier, ayant trop bu, décide finalement de venir tuer les frères pour les manger, mais dans le noir de la chambre ne se repère qu’à la présence des bonnets, et égorge sans le savoir ses sept filles. Le poucet et ses frères réussissent alors à s’échapper, après avoir volé les bottes de sept lieux de l’ogre, et retrouvent leurs parents. Le petit Poucet passe ensuite le reste de sa vie à gagner de l’argent pour sa famille et leur assurer un quotidien confortable.

[3] Insistant, comme dans le conte originel, sur la différence de niveau social entre les deux personnages. Cela est explicitement remarqué par Poucet, p.06 : « Tu es bien habillée, tu portes une couronne, et moi je suis un fils de pauvres paysans, un fils abandonné ».

[4] La pièce n’étant pas clairement classifiée en actes et scène, mais en partie avec des titres en gras et italiques, « Rencontre au bord de la forêt », « Dîner dans la maison en attendant poucet » etc., les pages exactes des citations seront données dans ce travail pour plus de clarté.

[5] Ainsi, on retrouve chez Perrault un Poucet pauvre et très petit, et des ogresses qui « avaient toutes le teint fort beau, parce qu’elles mangeaient de la chair fraîche, comme leur père ; mais elles avaient de petits yeux gris et tout ronds,  le nez crochu, et une fort grande bouche, avec de longues dents fort aiguës et fort éloignées l’une de l’autre. ».

[6] Maléfique (2014) réalisé par Robert Stromberg et Maléfique : le Pouvoir du Mal (2019) réalisé par Joachim Ronning,, et produits par les studios Walt Disney Pictures.

[7] Pierrette Fleutiaux s’intéresse principalement au personnage de la femme de l’Ogre dans le « Petit Poucet» de Perrault, elle en fait la protagoniste principale de son récit. II s’agit de l’histoire de cette femme, victime d’un mari brutal, l’Ogre, qui, avec l’aide de Poucet, va réussir à s’épanouir et reprendre le contrôle de sa vie. L’autrice fait un travail de réécriture des récits de Perrault afin d’attribuer une place prépondérante aux personnages féminins. « C’est la femme de l’Ogre, qui n’apparaît que dans quelques lignes, qui est à  la fois si effacée et si hardie, et  dont la situation est si étrange puisque c’est par elle que viennent en contact le monde le plus cruel et le monde le plus innocent. » Analyse issue de : Corps de femmes et contes de fées : une étude de « la femme de l’ogre » de Pierrette Fleutiaux et Peau d’âne de Christine Angot. Mélanie Dulong, 2011, Université du Québec à Montréal.

[8] Arlette Bouloumié. Représentation des ogres dans la littérature. Sens-Dessous, 2013 (2), 12, pp.105-120.

[9] Références complètes : Le jour où les ogres ont cessé de manger des enfants, écrit par Coline Pierré et illustré par Loïc Froissart, 2018, éditions Rouergue, ou encore L’Ogre et sa Princesse aux petits oignons, de Sabrina Inghilterra, 2016, éditions Didier Jeunesse, mais aussi Oscar l’ogre doux en Afrique de Didier et Jessica Reuss-Nliba, 2015, Anbleizdu.

[10] Anne Defrance, « Le Petit Poucet de Marina de Van (2011) : conte antispéciste, conte vegan ? », Féeries [En ligne], 18 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 24 août 2023. URL : http:// journals.openedition.org/feeries/4841 ; DOI : https://doi.org/10.4000/feeries.4841

[11] Patrick Bergeron, 2011, « Comme une odeur de chair fraiche – L’ogresse dans trois romans contemporains », Frontières, 23(2), pp. 14–20.

[12] On trouve une mobilisation similaire de l’expression “dévorer des livres” dans l’album Oscar l’ogre doux en Afrique, puisque Oscar, ogrillon végétarien, se réfugie dans les livres pour faire face à l’incompréhension de ses parents et y découvre le monde. 

[13] Note d’intention de  Gilles Granouillet, dossier de presse sur Poucet, pour les grands.
http://citescolairedetarare.free.fr/IMG/pdf/dossier_de_presse_poucet.pdf
https://www.dometheatre.com/medias/images/prestataires/dossier-poucet-web-840.pdf

[14] Micounette est le seul personnage de la pièce à avoir un nom, mis à part Poucet. Cela est d’autant plus étonnant qu’elle est, sur scène, représentée par un chien en peluche.

[15] Qui s’éloigne donc de la morale simpliste annoncée à la fin du conte originel de Charles Perrault  « Moralité On ne s’afflige point d’avoir beaucoup d’enfants, Quand ils sont tous beaux, bien faits et bien grands, Et d’un extérieur qui brille; Mais si l’un d’eux est faible, ou ne dit mot, On le méprise, on le raille, on le pille : Quelquefois, cependant, c’est ce petit marmot Qui fera le bonheur de toute la famille. »

[16] Voir conférence « La figure du chien psychopompe dans la fantasy : l’exemple d’Harry Potter » par Laura Muller et Charlotte Duranton, Congrès « Représentations animales dans les mondes imaginaires : vers un effacement des frontières spécistes ? », novembre 2019, Université d’Artois.

[17] On a reproché au conte de fées d’encourager la passivité féminine à travers une représentation stéréotypée des rôles sexuels. Arlette Bouloumié. Représentation des ogres dans la littérature. Sens-Dessous, 2013 (2), 12, 105-120.

[18] Ibid.

[19] Arles : Actes Sud/ Théâtre de Sartrouville – CDN, 2006.

[20] Roméo kiffe Juliette, 2010, Grand Corps Malade, Album : 3ième temps.

[21] Conte et théâtre : quand le récit hante les dramaturgies jeunesse. Le cas de Cendrillon de Joël Pommerat. Marie Barnanoce, Mettre en scène le conte, NS 2, 2014.

[22] Tel que vu dans le cours « Le contes sur la scène contemporaine » de Béatrice Ferrier.

[23] Conte et théâtre : quand le récit hante les dramaturgies jeunesse. Le cas de Cendrillon de Joël Pommerat. Marie Barnanoce, Mettre en scène le conte, NS 2, 2014.



Citer ce billet
Charlotte Duranton (2024, 6 mars). Poucet pour les grands : quand le théâtre jeunesse parle de végétarisme. Môments Animaux. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vym5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search