Jefferson et la violence faites aux animaux de rente – Article dans Cultural Express

Il n’aura échapper à personne que les deux fondatrices de ce blog, Anaïs Perrin et Charlotte Duranton, ont, entre autre, pour intérêt commun la cause animale et la littérature de jeunesse, ainsi qu’un certains goût pour la recherche en duo.

Ce mois-ci nous vous partageons donc le fruit d’une réflexion (et d’une rédaction) à quatre mains autour du célèbre roman Jefferson, du non moins célèbre Jean-Claude Mourlevat. Nous nous intéressées à ce polar jeunesse à l’occasion d’un article publié dans le numéro dans le 10e numéro de la revue Cultural Express, intitulé La violence dans les objets sémiotiques destinés à l’enfance et à la jeunesse et dirigé par Régine Atzenhoffer.

L’article est en accès libre sur le site de la revue, nous vous laissons donc avec son abstract ci-dessous, et le lien pour le lire en entier !

« La littérature est […] capable de rendre audibles et visibles les activités violentes requises pour transformer la chair des animaux en viande, lesquelles activités sont soustraites au regard du public et rendues secrètes. », nous affirme Emilie Dardenne[1]. En effet, dans les sociétés occidentales, « la violence à l’égard des autres animaux est normalisée, sous-estimée ou occultée »[2]. Richard Bulliet propose d’ailleurs que « la rupture du lien quotidien avec les animaux domestiques a modifié nos relations à la violence » car « peu de gens sont encore confrontés à [leur] mise à mort, à [leur] souffrance »[3]. Cet effacement « a rendu la tuerie taboue »[4], et les violences infligées aux espèces que nous mangeons sont masquées pour ne pas donner mauvaise conscience à celleux qui les consomment, la publicité allant même jusqu’à présenter, comme le relève Florence Burgat, « une figure fictive » selon laquelle « l’animal est l’acteur consentant de sa propre exploitation »[5].

Les livres s’offrent alors comme un lieu possible de dévoilement de cette violence, notamment pour les plus jeunes. Ainsi, le roman illustré Jefferson de Jean-Claude Mourlevat met les mauvais traitements infligés aux animaux de rente et l’atrocité de leur mise à mort au cœur de l’intrigue. Nous analyserons la typologie de ces représentations de la violence, que ce soit dans le corps du texte ou dans les illustrations novatrices d’Antoine Ronzon – car « les images […] d’élevages intensifs et d’abattage sont rares »[6] en littérature – en mêlant les champs de la zoopoétique et des études animales.

Nous verrons que cette violence, doublement montrée, et la souffrance qu’elle engendre « sortent de l’abstraction et surgissent dans le réel », créant selon Emilie Dardenne un questionnement inévitable sur les comportements humains et leur valeur morale[7] chez les jeunes lecteurices. Tout dans le roman est fait pour créer chez elleux une identification aux personnages anthropomorphes qui découvrent l’horreur des abattoirs, et une compassion pour les individus massacrés sous leurs yeux[8]. Dénoncer et sensibiliser le lectorat est donc le but premier de cette mise en récit imagé de la violence, effectivement fortement corrélée aux progrès éthiques chez le grand public[9].

[1] Emilie Dardenne, Introduction aux études animales, Presses Universitaires de France, Humensis, 2020, p. 233.

[2] Amy Fitzgerald, Nik Taylor, « The cultural hegemony of meat and the animal industrial complex », dans Nik Taylor, Richard Twine (dir.), The Rise of Critical Animal Studies. From the Margins to the Centre, Londres, New York, Routledge, 2014, p. 167.

[3] Emilie Dardenne, Introduction aux études animales, op. cit. p. 43.

[4] Ibid., p. 221.

[5] Florence Burgat, La cause des animaux : pour un destin commun, Paris, Buchet-Chastel, coll. « Dans le vif », 2015, p. 43.

[6] Emilie Dardenne, Introduction aux études animales, op. cit., p. 221.

[7] Ibid.

[8] Samuel Bidaud, « Jefferson ou L’autre comme soi », Nouvelles du Livre Jeunesse, Nous Voulons Lire encore ! Trim/ juin 2022, Volume 232, « Considérons les animaux », p. 31-36.

[9] Emilie Dardenne, Introduction aux études animales, op. cit., p. 221.



Citer ce billet
Anaïs Perrin (2024, 7 février). Jefferson et la violence faites aux animaux de rente – Article dans Cultural Express. Môments Animaux. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vrpa

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search