Basile Détective : une souris pour initier les plus jeunes au genre policier

Basile Détective est le premier volume d’une série originale anglaise, à destination d’un public d’enfants de 6-8 ans, écrite par Eve Titus et illustrée originellement par Paul Galdone [1] On y suit l’histoire de Basile, une souris détective privée, qui enquête sur la disparition des filles de sa voisine, les sœurs jumelles Angela et Agatha, avec l’aide de son assistant le Docteur David Q. Dawson. Je tiens à porter à votre attention que dans le cadre de cet article, nous travaillerons sur la traduction française de ce volume, et des résonnement en France de l’ouvrage et de ses filiations.

Basil of Baker Street

Figure 1 – Exemple de couvertures du Tome 1 de la série d’Eve Titus mettant en scène la souris détective Basile de Baker Street et son acolyte le Dr. David Q. Dawson.  À gauche une édition française (1988, illustrée par Odile Caucat) et à droite une édition anglaise (2016, illustrée par David Mottram).

Un anthropomorphise prégnant au service du roman policier

Les protagonistes du récit sont très anthropomorphisés, comme le lectorat peut le noter dès la découverte de l’ouvrage sur la première de couverture. Quelle que soit l’édition, on y retrouve toujours les mêmes composantes : Basile et Dawson portant des costumes trois pièces, des chapeaux, fumant la pipe et buvant le thé, entourés de livres. L’entrée dans le récit consolide cet aspect, les souris étant dotées de la parole, marchant sur deux pattes, et ayant un mode de vie totalement humain. Elles vivent en effet dans une véritable cité, habitent dans des maisons meublées, ont des voisins et des activités semblables aux nôtres (courses, cuisine…). Le jeune lectorat reconnait ainsi un quotidien proche du sien, fort éloigné de celui d’une véritable souris, et peut alors s’identifier au personnage principal pour vivre avec lui des aventures palpitantes et découvrir de nouvelles sensations.

Car Basile Détective n’est pas qu’un roman animalier : il appartient aussi au genre du roman policier. Basile et Dawson mènent une enquête sur la disparition des filles de leur voisine, Angela et Agatha. La petite taille des protagonistes, que l’on peut associer à celles des lecteurices, devient un avantage : les souris se faufilent partout, suivent de nombreuses pistes, et trouvent des indices qui les mèneront droit vers les Trois Terreurs, à l’onomastique plus qu’explicite. Le choix de la représentation des personnages en souris prend tout son sens, car cet animal symbolise l’intelligence – utile pour résoudre un mystère – ainsi que le courage[2] – et il en faut pour affronter de tels antagonistes.

Le récit installe du suspens, permettant à son lectorat de découvrir les émotions qui y sont associées : impatience, inquiétude, parfois même angoisse. Ces aspects sombres sont cependant amoindris par l’univers imaginaire et enfantin du récit, ainsi que par le choix de la figure du rongeur : même le plus terrifiant des méchants reste de la taille d’une souris dans l’esprit des jeunes lecteurices, et est donc bien moins effrayant que s’il était véritablement à taille humaine. Le lectorat apprend à amadouer la peur et le stress ressentis (par la disparition, par le suspens de l’enquête, par les figures des antagonistes), tout en ayant envie de lire le roman pour connaitre le dénouement de l’enquête.

Basile : un Sherlock Holmes murin

Le roman d’Eve Titus (et tout le reste de la série) a comme caractéristique principale d’être construit sur une intertextualité claire avec l’univers de Sherlock Holmes de Sir Arthur Conan Doyle. Ce célèbre détective, tant par ses aventures que par son caractère atypique, est devenu un véritable classique de la littérature[3] enseigné au collège et même dès l’école primaire[4], ce qui fait que le jeune lectorat de Basile Détective saura reconnaitre la référence.  Les aventures romanesques de Sherlock Holmes ont traversé les medias pour être adaptées en bandes dessinées, mangas, séries télévisées et films, et la tenue de campagne du personnage, constituée d’un costume et d’un chapeau anglais en tweed[5] est devenue emblématique, avec la pipe et la loupe, de la tenue des détectives.

On la reconnait d’ailleurs très facilement sur la couvertures du roman, ce qui crée chez le lectorat un horizon d’attentes très précis quant à sa première lecture et à sa découverte de l’univers intradiégétique. Horizon qui se voit effectivement confirmé par les nombreuses références à l’univers holmésien. Notons par exemple le lieu de l’aventure : la commune dans laquelle vivent les souris s’appelle Holmesville (Holmestead dans la version originale), en référence directe au nom de famille du fameux détective. En effet, la ville des souris est située dans la cave de la résidence de Sherlock Holmes lui-même, au 221B Baker Street, à Londres.

La filiation avec le classique de la littérature se retrouve également dans les personnages : Basile, le protagoniste principal fait référence à Sherlock Holmes en personne (ce qui peut être compris grâce à la présence d’une figurine–statuette de Sherlock Holmes qu’il tient dans ses mains, sur la couverture de l’édition française) et son acolyte, le Dr. David Q. Dawson, représente quant à lui le Dr. Watson. Les ressemblances sont nombreuses: déjà, au niveau physique. Comme on peut le voir sur les couvertures des éditions française et anglaise, Basile, comme Sherlock, est grand, maigre et élancé. Il est vêtu d’un complet en tweed, du fameux chapeau emblématique de Holmes, et fume la pipe. Dawson, à l’image de Watson, a une physionomie plus ronde, porte la moustache et un costume plus classique. Ensuite, le caractères des personnages rappelle celui des protagonistes de Conan Doyle. Basile est excentrique, doté d’une grande intelligence, et raisonne plus rapidement que les autres, avec sa propre logique et maitrise l’art du déguisement. Comme Sherlock Holmes, il n’hésite pas à donner de sa personne, s’investissant dans une enquête au point d’être totalement obsédé tant qu’il ne l’aura pas résolue. Le Dr. Dawson, quant à lui, est doté d’une grande gentillesse, ainsi que d’une grande dévotion et d’une amitié sans faille pour Basile, à l’image du Dr. Watson pour Sherlock Holmes. Plus frileux que le détective à se lancer dans des aventures dangereuses, il n’en reste pas moins fiable et toujours présent. C’est également lui, comme dans les œuvres de Conan Doyle, qui est le narrateur des aventures de son ami détective. Enfin, la tourne de page ne laisse plus de place au doute grâce au paratexte précédant le roman : « en espérant que ce petit livre donnera aux garçons et aux filles l’envie de lire un jour les véritables aventures de M. Sherlock Holmes », dédicace en effet l’autrice (p.7).

Une évolution transmédiatique.

Forte de son succès, l’œuvre d’Eve Titus s’est finalement elle aussi élevée au rang de classique de la littérature / culture de jeunesse. Ainsi, c’est en 1986, près de trente ans après la sortie du premier volume de la série romanesque, que Basil (perdant son e dans ces nouvelles traductions qui conservent la graphie du prénom anglais) a été porté sur grand écran par le géant Walt Disney, atteignant une renommée mondiale grâce au film d’animation « Basil Détective Privé » (The Great Mouse Detective, dans sa version originale).

Basil Disney

Figure 2Walt Disney a repris les personnages et l’univers d’Eve Titus dans son film d’animation « Basil, détective privé » (A), qui a ensuite été édité en album pour la jeunesse (B).

Le dessin animé reprend donc l’univers et les personnages créés par l’autrice dans une histoire originale. À l’interface entre la libre interprétation du volume 1 de la série de livres, puisqu’il s’agit d’enquêter sur la disparition d’une petite souricette, et d’un préquel à l’univers de l’autrice, puisqu’on suit Basile et Dawson dans leur toute première enquête. Le film est très fidèle à l’ambiance des livres, conserve les caractéristiques physiques et comportementales des protagonistes, ainsi que leurs lieux de vie, et utilise d’ailleurs la renommée du personnage de papier comme outil de promotion  sur l’affiche du film « Avec Basil de Baker Street » (Figure 2A). Emblématique de la force de l’impact culturel du géant Walt Disney, l’histoire du film a ensuite été éditée aux éditions Hachette en tant qu’album pour la jeunesse (Figure 2B), permettant faire à nouveau connaitre le personnage de Basil, alors que les romans originaux n’ont pas été assez populaires en France, vu que les traductions se sont arrêtées au tome 1, qui n’est d’ailleurs plus édité. Ce préquel aux romans d’Eve Titus a donc fait renaître le personnage de Basil. Marc Napolitano [6] a d’ailleurs proposé que l’expertise de Walt Disney dans l’animation d’animaux anthropomorphisés a permis, finalement, de les rendre plus « zoomorphes » en quelque sorte, en leur donnant une plus grande individualité, en leur rendant en partie à leur animalité, ce qui les aurait rendu finalement plus modernes, et plus accessibles pour le jeune public. Grâce à Disney, Basil est devenu l’emblème du détective chez les enfants à l’image de Sherlock Holmes chez les adultes.

Walter : fils spirituel de Basile ?

Walter détective

Figure 3 Couvertures des séries « Walter cherche » (A) et « Walter enquête » (B) de Fabienne Blanchut illustrées par Coralie Vallageas aux éditions Auzou (réciproquement 2017 et 2018). La tenue, les accessoires et la position de Walter sur ces couvertures rappellent sans équivoque la tenue, les accessoires et la position sur la couverture du volume 1 des aventures de Basile dans la série d’Eve Titus, comme on le voit sur cette édition de Basil of Baker Street illustrée par Paul Galdone aux éditions Arch Poche (1970).

Enfin, on retrouve une filiation directe de Basile Détective dans les séries de livres de Fabienne Blanchut illustrés par Coralie Vallageas. Comme Sherlock Holmes a donné naissance à Basile Détective, Basile a lui-même donné naissance à Walter détective. L’autrice à en effet créé le personnage de Walter détective, petite souris mâle, habillé en costume et chapeau de tweed à qui elle consacre une page entière de son site: https://fabienne-blanchut.com/walter-detective/. Il touche des enfants plus jeunes que les ouvrages précédemment évoqués, comblant un vide dans cette chaine du genre policier. Que ce soit dans la série de livres cartonnés à flaps « Walter cherche » destinée aux jeunes enfants de 2 ans et plus, ou dans la série d’albums « Walter enquête » pour les enfants de 3 ans et plus, toutes les deux aux éditions Auzou, la filiation est évidente ne serait-ce qu’en observant les couvertures en regard d’une des première édition des œuvres d’Eve Titus (Figure 3). Comme ses prédécesseurs, Walter possède son propre bureau d’investigation, situé sous les habitations humaines, et utilise son caractère bien trempé pour résoudre les mystères auxquels il est confrontés. Son succès n’est plus à prouver car de nombreux albums ont été publiés, mêlant aussi un aspect plus didactique de découverte des lieux: Walter enquête à la bibliothèque (2018), Walter enquête à la patinoire (2019), Walter enquête au théâtre (2021), Walter enquête à la piscine (2023), et Walter enquête au château (2023), fort apprécié du jeune public. La souris franchit elle aussi les médias, car Walter enquête à la bibliothèque existe en format Kamishibaï [7] depuis 2019 chez Lire demain, permettant des lectures interactives inspirées de l’univers du théâtre et du conte, et une pochette de jeux de cartes a été publiée chez Auzou en 2020 pour permettre aux enfants de résoudre des enquêtes en interagissant avec Walter.

[1] Volume étudié dans ce travail : Eve Titus; Basile détective, trad. Isabelle Emin, ill. Odile Caucat, Paris, Hachette Jeunesse, coll. « Le Livre de Poche jeunesse » (no 258), , 94 p. Seul volume traduit en français de la série anglaise d’ Eve Titus : Volume 1 : Basil of Baker Street (1958) ; volume 2 : Basil and the Lost Colony (1964) ; volume 3 : Basil and the Pygmy Cats (1971) ; volume 4 : Basil in Mexico (1976) ; volume 5 : Basil in the Wild West (1982).

[2] Voir par exemple le tableau explicatif du symbolisme de différents animaux dans Les Fables d’Esope, Présentation et traduction de Jacques Lacarrière, Albin Michel, 2003.

[3] Regroupant les critères tels que définis dans Alain Viala, « Qu’est-ce qu’un classique ? », Bulletin des bibliothèques de France, 1992, n°1, p. 9. et Brigitte Louichon, « Définir la littérature patrimoniale », dans Enseigner les classiques aujourd’hui, édition Peter Lang, pp.37-50

[4] Voir par exemple Trois Aventure de Sherlock Holmes, de Sir Arthur Conan Doyle, aux éditions Magnard Collège, Classiques & Contemporains (2003), ou encore Une enquête de Sherlock Holmes, de Sir Arthur Conan Doyle, aux éditions Hatier, Classique et Compagnie Ecole (2018).

[5] Un deerstalker, il n’y a pas véritablement de traduction française (littéralement chapeau « traqueur de cerf »).

[6] Marc Napolitano, « Of Mice and Men: Eve Titus’s Basil of Baker Street and Disney’s The Great Mouse Detective as Holmesian Adaptations », Neo-victorian studies, 8(2), 2016, p.136-170

[7] Kamishibaï (Larousse) : nom masculin (mot japonais « théâtre de papier »), Genre narratif où un conteur insère successivement, dans un petit théâtre portatif (appelé butaï), des planches cartonnées illustrant un récit généralement destiné au jeune public.



Citer ce billet
Charlotte Duranton (2023, 6 décembre). Basile Détective : une souris pour initier les plus jeunes au genre policier. Môments Animaux. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rljt

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search