Entre jeu et désenchantement : les effets de transtextualité dans Madame le Lapin Blanc

Les phénomènes de transtextualité[1] sont omniprésents en littérature, et créent une forme de mouvement perpétuel, fait d’aller-retour entre les œuvres. Les textes, notamment lorsqu’ils sont destinés aux plus jeunes, renvoient les uns aux autres et s’enrichissent mutuellement. Nathalie Prince voit même dans les parodies et les jeux de mise en abyme un mouvement d’affirmation de la littérature de jeunesse qui « se regarde elle-même, en quelque sorte, comme dans un miroir, parce qu’elle se juge enfin digne »[2]. Nous allons nous intéresser à ces phénomènes dans l’album Madame le Lapin blanc, qui a reçu une pépite du festival de Montreuil. Cet album imaginé par Gilles Bachelet et paru chez Seuil Jeunesse, parle, comme son titre l’indique, du célèbre lapin blanc, toujours en retard, d’Alice au Pays des merveilles. Plus précisément, il raconte l’histoire de sa femme, de sa famille et de leur quotidien plus ou moins banal. Nous allons voir ici comment les effets transtextuels enrichissent et densifient l’expérience de lecture et l’interprétation de cet album. Nous nous pencherons d’abord sur son intertextualité[3] ludique, qui ouvre la lecture à d’autres œuvres, avant de nous intéresser à son hypertextualité[4], qui propose un regard désabusé et désenchanteur.

 

Madame le Lapin Blanc propose un jeu de co-présence riche et ludique, qui s’adresse au double lectorat de l’album. L’intertextualité comporte en effet plusieurs niveaux de subtilité, qui parlent à différents lecteurs et lectrices, selon leur degré d’expertise et d’attention, que nous allons étudier ici à travers une liste représentative, mais non exhaustive d’exemples. Le degré le plus évident d’intertextualité est la citation, et l’on en identifie en effet quelques unes (textuelles et visuelles) assez explicites où l’auteur reprend des éléments phares du monde d’Alice au pays des merveilles. Outre le titre, Gilles Bachelet s’empare de fragments visuels et convoque un lapin qui semble tout droit sorti des illustrations originales de John Tenniel et une Alice héritée de Disney (Figure 1).

Figure 1 : Des personnages aux origines reconnaissables – Montage réalisé par nos osins à partir de Madame le Lapin Blanc (Gilles Bachelet), The White Rabbit with a watch (John Tenniel), et Alice au pays des Merveilles (Disney)

Il en va de même pour la galerie de personnages secondaires (apparaissant notamment dans la salle de classe) qui semble le fruit d’un mélange entre les gravures originales, le coup de crayon de Bachelet et les visuels institués par Disney (Figure 2).

Figure 2 : La salle de classe, Madame le Lapin Blanc, Gilles Bachelet, Paris, Seuil, 2012

Certaines scènes du roman sont aussi citées visuellement, comme la rencontre entre Alice et la Chenille autour d’un narguilé, sur un champignon et la croissance d’Alice piégée dans la maison du lapin. Ces citations, très explicites et très nettes sont complétées par des références plus discrètes comme la boutique de sport proposant des hérissons et des flamants, échos à la célèbre partie de croquet ou la chapellerie qui affiche des « prix fous », ou encore l’Élixir de carotte présenté dans un flacon dont l’étiquette indique « Drink me ».

Enfin, on trouve une multitude d’allusions plus discrètes encore, mobilisant une connaissance précise et un certain sens de l’observation. Citons par exemple un château de cartes construit par l’un des jumeaux, un pot de peinture rouge caché près de l’entrée du château, qui rappelle la scène où les jardiniers peignent les roses en rouge pour ne pas déclencher l’ire de la reine, une couronne de pâquerette sous cloche, sur le secrétaire de l’héroïne, qui évoque le début du film de Disney, ou encore le sol noir et blanc de l’école, qui fait référence à l’échiquier au cœur de De l’autre côté du miroir.

Cette intertextualité se fait également interfictionnalité puisqu’elle ne concerne pas que des textes. L’œuvre tisse en effet des liens multiples et plus ou moins explicites avec de nombreux autres univers, issus de champs culturels variés et qui parlent aux différents lecteurs et lectrices.

On note d’une part des allusions et références plutôt destinées au lectorat adulte, à commencer par des clins d’œil très précis à l’œuvre originale, qui pourraient avoir tendance à échapper aux lecteurs et lectrices les plus jeunes. On peut citer le squelette de Jaberwoki ou encore le portrait de John Tenniel tous deux exposés dans la salle de classe (voir la Figure 2).

Figure 3 : Les références anglosaxonnes dans Madame le Lapin Blanc, montage réalisé par nos soins

La nationalité britannique de Lewis Carroll, donne aussi lieu au surgissement de nombreux clins d’œil à culture anglaise et à ses stéréotypes (Figure 3) : une carte du Royaume-Uni est accrochée dans la salle de classe, les gardes cartes du château sont vêtus de rouge et porte l’iconique toque en fourrure des gardes anglais, le thé fait plusieurs apparitions dans l’ouvrage, l’un des jumeaux lit le journal The Times sur le pot, et son père le Daily mail puis The Independant qui mentionne Jack l’Éventreur et le Titanic. Une réplique du bateau en train de couler est également représentée dans le pot des enfants.

La culture populaire est également convoquée, notamment le cinéma qui inspire un certain nombre des plats figurant sur la double page présentant les recettes à la carotte de la protagoniste (Figure 4) . Citons par exemple « Carotte R2D2 » qui renvoie à Star Wars, les « Carottes « Les dents de la mer » », ou encore la « Carotte « Sauvez Willy » ». Les magazines féminins lus par l’adolescente de la famille et la culture rock avec un album de « Rocky Rabbit » qui rappelle largement Elvis Presley s’ajoutent également à la liste. On peut aussi noter quelques références publicitaires dans le quotidien de la famille lapin, comme la lessive Bunox près de la machine à laver ou le nettoyant Saint Marc caché sous l’évier. Ces citations de la culture populaire et quotidienne cohabitent avec des références à la culture dite légitime, notamment la littérature, l’art contemporain et la musique qui sont évoqués dans l’assortiment de recettes à la carotte. On peut ainsi repérer les « Carottes Robinson », la «Carotte “La Flûte Enchantée” », la « Carotte à la Brancusi » qui rappelle la colonne sans fin du sculpteur, et la « Carotte César » en forme de pouce, ou encore « Les carottes de Buren ». L’album fait alors honneur à son double lectorat, en proposant aux lecteurices adultes de se lancer dans la chasse aux références à travers cette multitude d’effets d’interfictionnalité issus d’horizons différents et surprenants.

Figure 4 : Quelques recettes à la carottes – Montage réalisé à partie de la page « 100 façons d’accommoder les carottes», Madame le Lapin Blanc, Gilles Bachelet, Paris, Seuil, 2012

Les petits lecteurs et petites lectrices ne sont pas en reste puisque la culture de jeunesse est elle aussi très présente, surtout dans l’illustration. On peut d’abord noter des clins d’œil à la version de Disney d’Alice au pays des merveilles, qui est surement plus connue par les plus jeunes, même si assez datée. Le personnage d’Alice est notamment présent sur le canard de bain des jumeaux, mais aussi évoqué par la poupée de Betty, qui porte une robe bleu pâle à dentelle. La scène de l’inspection par les fleurs, dans laquelle l’une des fleurs du long métrage soulève la robe d’Alice, est clairement reprise lorsque Eliott regarde sous la jupe de la poupée de sa sœur (Figure 5) .

Figure 5 : Citation d’Alice au pays des Merveilles des studios Disney, l’inspection par les fleurs

 

Le gâteau d’anniversaire final ressemble (en moins réussi) au gâteau offert à la reine dans le film d’animation (Figure 6). Quelques autres clins d’œil sont réservés à la littérature jeunesse, notamment à Beatrix Potter, qui donne son prénom à l’ainée de la famille et dont le célèbre ouvrage « Pierre Lapin » apparait deux fois à l’image sur le sol du bureau puis dans les mains de l’un des jumeaux. L’auteur adresse aussi un clin d’œil à l’une de ses plus célèbres œuvres Mon chat le plus bête du monde mêlé à une référence à Hello Kitty, sur le sac de la cadette. On retrouve également toutes sortes de jouets emblématiques dans le désordre de la maison, comme des Lego, un jeu de mikado, ou encore l’iconique Sophie la girafe dotée de grandes oreilles pour l’occasion.

Figure 6 : Citation d’Alice au pays des Merveilles des studios Disney, le gateau d’anniversaire

On l’aura donc compris, l’abondance et la diversité des effets intertextuels initient une lecture ludique. Le grand format du livre semble inviter à l’exploration. Les lecteurs et lectrices se perdent dans les illustrations qui fourmillent de détails, cherchant à découvrir une référence qui leur a jusqu’alors échappé. Les références adressées tantôt aux adultes, tantôt accessibles aux plus jeunes, appellent une forme de coopération. La tache parait si grande qu’un lecteur ou une lectrice ne peut le faire seul, et encore moins en une lecture. C’est ainsi un jeu infini que propose l’album, qui engage le lectorat à se documenter et à retourner vers l’œuvre source, mais aussi vers la culture en générale, pour mieux revenir à Madame le Lapin Blanc et élucider tous ses mystères. L’album encourage enfants et adultes à considérer la lecture célèbre, le fourmillement et la richesse de la culture et notamment de l’univers de Lewis Carroll et invite à s’y plonger. L’intertextualité mène alors à une interprétation plutôt humoristique de l’album, et invite à une lecture malicieuse et ludique.

 

L’hypertextualité tend quant à elle à instaurer un mouvement inverse vis-à-vis de la source. Cet album se présente en effet comme une parodie grinçante et cherche à désenchanter le pays que l’on appelle « des Merveilles ». L’ouvrage se positionne comme une occasion de combler les blancs laissés par Lewis Carroll dans son œuvre initiale. L’œuvre s’en saisit et met un coup de projecteur sur la famille d’un personnage dont on sait à l’origine très peu de choses, Gilles Bachelet dévoile ainsi les coulisses de cet univers. L’album propose en effet d’accéder au journal de l’épouse du lapin blanc et ainsi, d’entrer dans l’intimité des personnages du roman. La première page et son portrait en noir et blanc promettent une rencontre avec une joyeuse famille de lapins. Malheureusement cette intrusion est un désenchantement pour les lecteurices, qui découvre un pays « où l’on ne trouve pas que des merveilles » comme l’indique la 4ème de couverture (Figure 7). Le quotidien n’y est pas franchement reluisant, et semble tout aussi ennuyeux que le nôtre, voire pire, surtout pour les femmes. Le monde que l’on découvre est teinté, pour ne pas dire recouvert d’une épaisse couche, de sexisme. Le Lapin blanc perd sa respectabilité de valet dévoué pour devenir un père de famille absent et peu attentif. Sa femme croule quant à elle sous les tâches ménagères. Cette projection de l’hypotexte dans un monde réel (en tout cas réaliste) est l’occasion d’une désacralisation, mais aussi le relai d’un message sur le sexisme au sein de la famille.

Figure 7 : Désenchanter le Pays des merveilles, une famille pas si parfaite, montage réalisé à partir de la premièer et dernière illustration de Madame le Lapin Blanc

Le décalage entre le texte et l’image au sein de l’album permet également de présenter deux versions de l’histoire. Chaque page juxtapose en effet les complaintes écrites de la lapine, avec une police calligraphiée et la formule « Mon cher journal » et la réalité de sa vie, présentée dans les illustrations. Cette cohabitation fait ressortir la tristesse du quotidien de la lapine qui est encore pire que ce qu’elle veut bien en dire dans son journal. Alors qu’elle évoque le fait que son mari est « bien souvent obligé de rentrer tard », l’image la montre en train de déplacer son mari ivre mort dans une brouette. Ce décalage fait naitre une forme d’ironie acerbe qui provoque le rire, mais porte aussi un message sur l’hypotexte. Comme la lapine qui n’écrit que partiellement ses mésaventures, Lewis Carroll semble ne pas avoir montré l’entière vérité sur ce pays « des merveilles ». Tout comme le père qui découvre le journal de sa femme à la fin de l’album et prend conscience de ses maux, les lecteurices, par la découverte de cet album, sont amenés à ouvrir les yeux sur la charge qui pèse sur les mères de famille dans leur monde à elles et eux. Ce n’est pas seulement le pays des merveilles que Bachelet désenchante ici, mais aussi le monde familial des lecteurs et lectrices.

 

L’intertextualité de Madame le lapin blanc engage le lecteur, quels que soit son âge et ses connaissances, à explorer l’ouvrage original et à (re) découvrir les œuvres qui gravitent autour d’Alice aux pays des merveilles pour nourrir sa lecture. Initiant un jeu de repérage qui célèbre la richesse de l’œuvre source, l’album fait du pays des merveilles un drôle de terrain de jeu. Dans un mouvement en quelques sortes inverses, l’hypertextualité encourage à prendre de la distance avec l’hypotexte et à la remettre en question, au profit d’une dénonciation du sexisme. Elle produit un effet de désenchantement et oriente la lecture vers le monde réel. Ces deux phénomènes, dont les implications et les manifestations pullulent dans l’ouvrage, donnent à l’ouvrage une lecture dense et presque ambivalente, entre légèreté et gravité. Comme l’indiquent les excuses que Gilles Bachelet adresse, en exergue, à Lewis Caroll, cet album propose à la fois de rendre hommage au « pays des merveilles construit par l’auteur britannique tout en le piétinant délicieusement, et dans le même temps, l’organisation patriarcale de la famille.

[1] Selon Gérard Genette, la transtextualité désigne tout ce qui met le texte « en relation, manifeste ou secrète, avec d’autres textes » (Palimpsestes).

[2] Nathalie Prince, La littérature de jeunesse, Armand Colin, 2021 (3e ed), emp 182.2

[3]  D’après Gérard Genette, l’intertextualité est l’un des cinq phénomènes transtextuels, et désigne la présence effective d’un texte dans un autre (Gérard Genette, Palimpsestes).

[3] D’après Gérard Genette, l’hypertextualité est l’un des cinq phénomènes trantextuels, et désigne la relation globale qu’entretient un hypertexte (ici l’album) avec un hypotexte (ici l’œuvre originale) (Palimpsestes).



Citer ce billet
Anaïs Perrin (2024, 3 janvier). Entre jeu et désenchantement : les effets de transtextualité dans Madame le Lapin Blanc. Môments Animaux. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vfep

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search