Revisiter des comptines pour sensibiliser aux causes animale et environnementale, les albums de Pauline Kalioujny

La culture enfantine est massivement habitée par des figures animales (à tel point qu’une grande partie des articles de ce blog commencent par ce constat), et les traditionnelles comptines n’échappent pas à cette règle. Le chat égaré par la mère Michel, les crocodiles au bord du Nil ou encore l’éléphant qui se balançait sur une toile d’araignée n’en sont que quelques exemples. Ces ritournelles entêtantes, transmises de générations en générations, qui réunissent parents et enfants dans leur récitation constituent un élément fort du paysage de l’enfance. Leur ancrage dans la culture collective ainsi que leurs paroles parfois saugrenues et souvent énigmatiques se prêtent donc particulièrement à des jeux de reprises et réinventions, au profit de messages nouveaux. C’est en tout cas ce que propose l’autrice et illustratrice Pauline Kalioujny, avec Promenons-nous dans les bois[1] et Maman les petits bateaux[2], deux albums parus chez Thierry Magnier, et dans lesquels elle revisite des comptines traditionnelles, au service des causes animales et environnementales.

Nous verrons donc ici comment l’artiste mobilise ces matériaux classiques pour amener son lectorat à une prise de conscience écologique. Nous nous intéresserons d’abord au rapport de ces deux ouvrages avec les œuvres d’origine, avant de nous attarder sur leur dimension engagée.

1. Des comptines comme matériaux

Dans ses deux albums, Pauline Kalioujny aborde les comptines sources de manière explicite et frontale puisqu’elles sont identifiables à coup sûr, dès le titre des ouvrages : Promenons-nous dans les bois et Maman les petits bateaux. Elle installe ainsi immédiatement un horizon d’attente chez les lecteurs et lectrices de tous âges en convoquant sans détour ces deux chansons bien connues. L’autrice ancre par ailleurs ses deux œuvres dans l’imaginaire enfantin en glissant des références à des contes emblématiques : la protagoniste de Promenons-nous dans les bois rappelle de manière évidente un Chaperon rouge, elle côtoie une famille d’ours (p. 4-5) sans doute sortie de Boucle d’or, puis croise la Baba Yaga dans sa cabane sur deux pattes de poulet (p.15). Dans Maman les petits bateaux, le lecteur attentif repèrera à plusieurs reprises une sirène digne du conte d’Andersen (p. 5, 12-13 et 18-19). On aperçoit également deux autres clins d’œil à la culture de jeunesse : un poisson clown rappelant Nemo (sur la page de titre), et un exemplaire de 20 000 lieues sous les mers dans les mains de l’héroïne (p. 33) (voir Figure 1). Les deux albums s’inscrivent donc dans le paysage de la culture de jeunesse par un jeu de références et d’intertextualité évident. Ce début ménage alors un effet de surprise et de contraste autour de la découverte du propos et de la fin des deux intrigues.

Figure 1 : Références aux contes et la culture de jeunesse dans les deux albums de Pauline Kalioujny               © Pauline Kalioujny – Maman les petits bateaux – Éditions Thierry Magnier – 2022.

L’un des enjeux majeurs de l’adaptation de comptines en album est la restitution du rythme et du rapport au son de l’œuvre orale. En effet, comme le rappellent Isabelle Oliver et Eléonore Hamaide « Ces formes poétiques brèves sont […], littéralement, incorporées : elles font intervenir le souffle, la scansion, la pulsation et le corps tout entier. »[3] La manière de traduire cet aspect sur papier est une question centrale dans la création d’un album comptine. Dans les ouvrages de Pauline Kalioujny, comme dans de nombreuses adaptations de comptines, c’est la tourne de page qui permet de restituer l’effet de scansion de la chansonnette, en découpant les paroles. L’action répétée qu’implique le passage d’une page à la suivante est aussi un moyen de se rapprocher de la corporéité inhérente au genre. Les deux albums jouent sur la structure répétitive propre à la comptine pour instaurer un rythme et inciter le lecteur à suivre dans sa lecture le tempo de la ritournelle qu’il connait. Dans Promenons-nous dans les bois, les réponses du loup ponctuent la lecture, en apparaissant à trois reprises dans une configuration similaire, à savoir en belle page, en blanc sur un fond noir texturé dont le motif rappelle le poil de l’animal. La page paire qui les accompagne montre la protagoniste, en gros plan. Un procédé analogue est observable dans Maman les petits bateaux, pour présenter le refrain : le texte « Allant droit devant eux, ils font le tour du monde, et comme la Terre est ronde, ils reviennent chez eux. » apparait lui aussi à trois reprises, en belle page, sur un fond bleu foncé dont la texture rappelle les vagues, en face de portraits rapprochés de l’héroïne (Figure 2). Ces phases marquent les temps de la lecture et la répétition invite les lecteurs et lectrices à s’investir dans la récit puisqu’elles et ils peuvent prévoir la suite et donc la chanter.

Figure 2. Des structures parallèles © Pauline Kalioujny – Maman les petits bateaux – Éditions Thierry Magnier – 2022 et    © Pauline Kalioujny – Promenons-nous dans les bois – Éditions Thierry Magnier – 2017

La reprise fidèle du texte, du moins au début des albums, incite également le lectorat à parcourir les ouvrages au rythme de la comptine originelle, et à les lire à voix haute et en chantant, engageant ainsi adultes et enfants dans le déroulement de l’histoire. L’horizon d’attente créé par le titre est ainsi en quelque sorte atteint ou en tout cas conforté au début des ouvrages, qui proposent un univers cohérent et un rythme analogue aux comptines convoquées. Les versions de Pauline Kalioujny ne tardent cependant pas à prendre des libertés par rapport aux chansonnettes d’origines, pour dépasser le sens initial.

Selon Isabelle Olivier et Eléonore Hamaide, l’une des caractéristiques du genre de la comptine est « sa dimension ludique, voire subversive : il ne cesse de jouer avec la langue, de la bousculer […] de manière jubilatoire »[4]. Pauline Kalioujny s’inscrit bel et bien dans cette démarche en réinterprétant les deux célèbres chansons, et en les détournant pour en subvertir le sens. Cette réappropriation passe par une modification du texte original. Dans Promenons-nous dans les bois, on constate que le loup, au lieu d’enfiler une culotte, des chaussettes puis une chemise (accoutrement relativement ridicule, qui fait échos aux loups anthropomorphes des contes de fée), met « [s]es poils » (p. 9), « [s]es griffes » (p. 17) puis « [s]es dents » (p. 25), autrement dits, ses attributs animaux, signes de sa bestialité et d’une éventuelle dangerosité. On note d’ores et déjà un retour « à la nature » et une forme de sortie de l’imaginaire guilleret de la comptine originale vers une tonalité un peu plus grave, et dont l’illustration, comme nous le verrons bientôt, viendra parachever le sens.

Dans Maman les petits bateaux, la modification des paroles est plus conséquente et c’est toute la structure de la chanson qui est remaniée. Le premier couplet de l’œuvre initiale « Allant droit devant eux, ils font le tout du monde, et comme la Terre est ronde, ils reviennent chez eux. » est répété trois fois dans l’album et fera office de refrain alors que le refrain d’origine « Maman les p’tits bateaux qui vont sur l’eau ont-ils des jambes ? Mais oui mon gros bêta, s’ils n’en avaient pas, ils ne marcheraient pas. » devient la base des trois couplets. Si sa première occurrence est fidèle au texte d’origine, les deux suivantes marquent une volonté ferme d’adresser un autre message : l’enfant demande d’abord si les bateaux ont des bras, et s’entend répondre : « Mais oui mon gros bêta, s’ils n’en avaient pas, ils ne pêcheraient pas. » (p. 13 à 15). Iel demande ensuite s’ils ont une âme, et sa mère lui dit « Mais non mon gros bêta, s’ils en avaient une, ils s’arrêteraient là » (p 23-24). Nous reviendrons en détail un peu plus tard sur le message engagé des deux ouvrages mais, concernant le rapport au texte d’origine, force est de constater que la comptine de base est retravaillée par l’autrice, et principalement la fin, pour créer un effet de surprise, en contraste avec l’horizon d’attente érigé au début.

L’illustration va également jouer un rôle prépondérant dans la transformation des deux comptines. Comme le rappelle Eléonore Hamaide et Isabelle Olivier à propos de l’adaptation littéraire de comptines : « Il est certain que le livre et le support de l’image modifient de manière radicale le rapport aux formes brèves de tradition orale. »[5] L’illustration peut alors être l’occasion de proposer « des images ouvertes, [qui] offrent d’autres interprétations, d’autres lectures »[6]. Dans le travail de Pauline Kalioujny l’image guide le lecteur vers le nouveau sens de la comptine, en appuyant de manière criante ce que les quelques modifications du texte d’origine permettent d’entrevoir. Bien loin de la forêt de conte et de la vaste mer paisible des chansonnettes, les lecteurs découvrent en effet à l’image une protagoniste évoluant dans une forêt meurtrie par les tractopelles et tronçonneuses et sur une mer ravagée par d’immenses filets de pêches et chaluts électriques (Figure 3).

Figure 3 : La nature massacrée dans les deux albums © Pauline Kalioujny – Maman les petits bateaux – Éditions Thierry Magnier – 2022

Conformément à ce qu’Isabelle Nière-Chevrel identifie comme une composante clé des comptines, les deux ouvrages de Pauline Kalioujny permettent aux lecteurs de « se confronter, […]de façon tout à fait téméraire, aux aberrations du réel et jouer de ses déformations, de ses paradoxes, de ses mensonges. Il[s] offre[nt] à la jubilation des enfants un va-et-vient entre réalité et imaginaire, entre ordre et désordre ».[7] On sort en effet des propos initiaux, connus, perçus comme « correct » par les jeunes lecteurs, et relativement fantaisistes (qui sont respectivement habitées par des bateaux qui ont des jambes et des loups qui portent des chaussettes) pour découvrir deux versions surprenantes, qui ébranlent l’horizon d’attente, et amènent le lectorat vers une thématique nouvelle et contemporaine, plus grave, concernant la destruction de l’environnement et de la biodiversité.

2. Un message engagé

Ces deux albums sont ce que l’on peut appeler des livres « engagés » et si le nouveau sens peut surprendre certains lecteurs en contrecarrant leur l’horizon d’attente, les deux œuvres sont le fruit d’une démarche revendiquée. L’autrice les désigne même, sur son site, comme les deux volumes « des aventures du Chaperon écologiste » [8].

L’engagement de Pauline Kalioujny, qui prend ici clairement position en dénonçant les exactions humaines qui détruisent les milieux forestiers et marins, fait partie intégrante de son travail, aussi peut-on lire sur son site « elle aime travailler au corps le thème du lien de l’Homme à la Nature »[9]. Elle revendique par ailleurs, sur sa page Instagram, être « écoféministe »[10].

La première page de garde de chacun des ouvrages et les exergues que l’on y trouve permettent aussi d’ancrer les deux œuvres dans les luttes dans lesquelles elles s’inscrivent. Pauline Kalioujny dédie Promenons-nous dans les bois à deux de ses proches qui œuvrent dans le développement durable, mais aussi (et peut-être surtout) « aux générations futures ». On trouve une démarche similaire dans Maman les petits bateaux, dédié « Aux jeunes générations, actuelles et futures », mention complétée ensuite par la phrase :

Ce livre est dédié à tous ceux qui refusent de baisser les bras devant les injustices et les abus, à tous ceux qui travaillent courageusement pour faire avancer les consciences, à tous ceux qui savent qu’il n’y a pas de plus belle mission que de prendre soin de la vie et de la beauté de notre monde fragile.

Du côté matériel de l’objet livre, on peut noter que l’éditeur précise que les ouvrages ont été imprimés de façon éco-responsable (papier et carton recyclé« forêt gérées durablement »).

Si l’ensemble de ces éléments sont communs aux deux œuvres, on constate, dans le second ouvrage, un degré accru d’engagement avec la participation de l’association BLOOM, présente par son logo dès la couverture. L’autrice adresse une dédicace à l’organisme, en page de garde :

Ce livre est dédié à toute l’équipe de l’association BLOOM, et en particulier à Claire Nouvian qui, en fondant l’association BLOOM, a posé une pierre majeure dans la lutte contre les écocides en milieu marin. Mais aussi à Sabine Rosset et Isaure Quillien, qui m’ont donné avec bienveillance le feu vert pour porter, avec mon art, le message de BLOOM.

S’en suit un mot de l’association elle-même, qui se présente en tant que « Lanceur d’alerte et contre-pouvoir citoyen efficace » et voit dans l’album une collaboration qui « concourt à dessiner un projet de société qui replace l’empathie, le bien-être et la nature au cœur de toutes nos préoccupations et de nos mécanismes sociaux. » Dans les pages de l’album, le lecteur attentif (et averti) trouvera d’ailleurs un clin d’œil à la culture militante écologiste, dans le nom du bateau de l’héroïne, le « Greta » (p. 2), référence à la jeune activiste Greta Thunberg (voir Figure 4).[11]

Figure 4. Le bateau du chaperon : Le Greta © Pauline Kalioujny – Maman les petits bateaux – Éditions Thierry Magnier – 2022

La fin de Maman les petits bateaux s’attarde également sur les luttes de BLOOM. Quelques illustrations humoristiques accompagnent des données plus factuelles sur les combats de l’association. Ainsi, une sirène en train de chanter, un poisson clown avec un nez rouge dans une anémone, ou encore un capitaine de bateau se faisant frapper la casquette par un tentacule cohabitent avec des textes explicitant les actions de l’association :

Grâce aux actions de BLOOM auprès des institutions européennes […], et après une âpre lutte contre les lobbys industriels, la pêche électrique a enfin été interdite en Europe en juillet 2021.  […] La pêche industrielle, avec ses méthodes machinistes et déshumanisantes, détruit les écosystèmes marins et met en danger la survie des communautés côtières. BLOOM se bat contre la pêche industrielle destructrice et prône un modèle de petite pêche artisanale.

Le message écologique prend une place bien plus marquée dans ce deuxième album, qui s’ancre davantage dans l’écosystème militant et propose au lecteur de prendre part à cette démarche, en présentant le travail de BLOOM comme un combat, avec le champs lexical de l’affrontement pour évoquer les actions de l’association : une « âpre lutte » « se bat », mais aussi en dressant une liste de « quelques actions simples pour boycotter les méthodes de pêche écocides » assortie d’un lien vers le site de BLOOM.

Les deux albums se posent donc délibérément comme des ouvrages engagés, le second plus que le premier. Les contextes de création des deux œuvres peuvent expliquer au moins en partie cette différence dans le degré de prise de position, puisque Promenons-nous dans les bois a été écrit, comme l’indique la page de garde, dans le cadre d’une résidence de création, alors que Maman les petits bateaux l’a été en partenariat avec BLOOM. On peut également y voir une évolution de l’autrice, soit en lien avec un cheminement personnel, soit parce que la réception du premier album a pu lui donner l’occasion d’affirmer davantage son propos dans le second. Quoi qu’il en soit, les deux comptines revisitées ici sont, sans l’ombre d’un doute et de manière assumée, détournées pour être mises au service d’un message écologique.

Dans les deux albums, le message est développé graduellement, et le rythme de la comptine, que nous avons déjà mentionné, sert à amener progressivement le lectorat vers une révélation frontale des exactions humaines, pour provoquer une prise de conscience, voire une réaction concrète.

Comme nous l’avons déjà évoqué, les deux albums fonctionnent sur une alternance binaire entre refrain et couplet. Dans Promenons-nous dans les bois, le texte du refrain accompagne, dans l’illustration, la déambulation d’une enfant dans une forêt. Cette balade est alors ponctuée par les réponses (relativement effrayantes) du loup, inscrites en bonne page sur un motif texturé représentant le pelage du loup, et en face desquelles la fillette est représentée avec une expression de plus en plus inquiète. On observe un découpage analogue dans Maman les petits bateaux, où l’héroïne en ciré jaune voyage sur la mer au rythme des couplets[12], installée sur le pont d’un bateau. Son périple est marqué par les pages dédiées au refrain où le texte figure sur un motif évoquant les vagues, là aussi en bonne page, en face desquelles la jeune fille joue avec un bateau en papier, sur une mer de plus en plus agitée. Cette alternance permet de montrer une dégradation de la situation. Lors de la première occurrence, d’un côté la fillette se promène dans une forêt remplie de vie puis s’adresse joyeusement au loup, de l’autre, elle vogue sur la mer pleine de poisson, puis joue avec son bateau en papier.

À la deuxième répétition, le lecteur ne peut s’empêcher de remarquer des détails qui clochent, puis une situation qui empire nettement. Dans la forêt, des arbres sont coupés puis les pelleteuses apparaissent et lorsqu’elle s’adresse au loup, la fillette et visiblement plus inquiète. Sur la mer, un énorme paquebot passe prêt de l’embarcation de l’héroïne puis un immense filet envahit l’eau et emprisonne ses habitants. Lorsque la fillette joue avec son bateau, les vagues se font oppressantes et prennent plus de place sur la page.

Enfin, la troisième fois, le paysage est désolé, plus un arbre n’est debout et la fillette se cache les yeux lorsqu’elle s’adresse au loup. De côté marin, même schéma, la mer semble vide, puis le lecteur (ainsi que la fillette) découvre un chalut électrique, en train de tuer les poissons. Face au refrain, le visage de la fillette a disparu, seule ses mains sortent de l’eau, tenant le bateau à bout de bras.

On constate donc une forme de crescendo dans la violence, pour amener le lecteur à saisir l’ampleur des dégâts. La fillette sert de relai pour l’enfant lecteur à l’intérieur de l’histoire, et l’accompagne en exprimant ostensiblement les mêmes émotions que celles qu’il peut ressentir face aux spectacles désolants (Figure 5).

Figure 5. Un situation qui se dégrade © Pauline Kalioujny – Maman les petits bateaux – Éditions Thierry Magnier – 2022 et    © Pauline Kalioujny – Promenons-nous dans les bois – Éditions Thierry Magnier – 2017

L’autrice ne laisse cependant pas son lectorat face à ces deux constats déprimants, et la fin de chacune des comptines (là aussi modifiées pour les besoins du message) proposent une revanche animale bienvenue, dans une grande double page à volet. L’usage de rabats implique d’ailleurs le lectorat dans le retournement de situation, comme s’il participait à l’attaque avec les animaux : c’est l’ouverture des panneaux qui fait apparaitre la double double-page et fait advenir la revanche animale. Après le triste spectacle d’une nature désolée, ce déploiement crée une agréable surprise au lecteur, qui voit alors se déplier sous ses yeux un chaos plutôt ridicule où les humains qu’il a aperçu en train de malmener la forêt ou l’océan se voient respectivement attaqués par un immense loup criant « J’arriiiiive » (Figure 6) et par un poulpe géant assorti de la phrase « Ils ne reviendront pas !!! »[13] (Figure 7). L’héroïne, là encore relai des lecteurs, prend part à ces attaques, en étant juchée sur le dos du canidé et sur l’une des tentacules du céphalopode.

Figure 6. Vengeance animale : l’arrivée du loup © Pauline Kalioujny – Promenons-nous dans les bois – Éditions Thierry Magnier – 2017

Figure 7. Vengeance animale : l’arrivée du calmar © Pauline Kalioujny – Maman les petits bateaux – Éditions Thierry Magnier – 2022

La fin de Promenons-nous dans les bois, qui présente des vignettes rondes sans texte, permet une forme d’espoir au lecteur. L’héroïne replante des arbres et les animaux s’approprient le chantier : le loup dort sur la tronçonneuse, empêchant son usage, les ours portent joyeusement des casques de chantier, la tortue tombe amoureuse de l’un d’eux qui a la même forme qu’elle, et des tiges repoussent sur une souche coupée. Si l’acte de la petite fille, qui représente nettement le lecteur dans l’ensemble de l’ouvrage, peut sembler être un appel à agir pour la biodiversité, on a ici affaire à une conclusion de récit plutôt apaisée et légère.

La fin de Maman les petits bateaux, que nous avons déjà évoquée un peu plus tôt, incite davantage le lectorat à l’action. Elle est davantage dans le registre de la lutte. Cette conclusion, moins sereine et plus ancrée dans la réalité (avec les informations factuelles sur BLOOM et les conseils) appelle plus directement chacun à faire ce qui est en son pouvoir pour améliorer la situation dénoncée.

Conclusion

Dans ce duo d’album, Pauline Kalioujny s’empare de comptines classiques et ancre ses récits dans la culture de jeunesse, afin d’amener progressivement son lectorat à la découverte d’une vérité sur l’environnement et sur l’impact des actions humaines sur la biodiversité. Dans une démarche qui s’inscrit dans la logique de subversion et de jeux sur le sens propre aux comptines, l’autrice remanie le texte et l’enrichi d’illustrations marquantes, au profit d’un message engagé. La rythmique propre aux chansonnettes, ainsi que la répétition au cœur des comptines, impliquent le lectorat et font de la lecture un moment d’expression donnant un impact encore plus saisissant à la révélation de la nature désolée par les actes humains. Le format presque carré des, permet des doubles pages allongées qui laissent la place au paysage et à l’environnement meurt. La conclusion surprenante et spectaculaire de chaque ouvrage, dans une double page qui se déplie, offre une scène réjouissante de vengeance animale, où les hommes battent en retraite. Si l’engagement est nettement plus marqué dans le second volume, qui par sa conclusion, appelle davantage le lectorat à agir, on note une vraie cohérence entre les deux œuvres, dont la structure semblable est mise au service de messages complémentaire Pauline Kalioujny puise dans le répertoire des comptines classiques, et joue avec l’horizon d’attente du lectorat, pour initier une lecture rythmée et joyeuse vers une prise de conscience voire un passage à l’action en faveur de la nature.

[1] Pauline Kalioujny, Promenous-nous dans les bois, Paris, Éditions Thierry Magnier, 2017.  De belles images des illustrations de cet albums sont par ailleurs visible sur le site de l’autrice

[2] Pauline Kalioujny, Maman les petits bateaux, Paris, Éditions Thierry Magnier,  Bloom, 2022.

[3]  Éléonore Hamaide, Isabelle Olivier, Poésie et Poésie scolaire, (cours de Master 2 recherche Lettres « Littératures d’enfance et de jeunesse », semestre 1,), p. 7.

[4] Ibid.

[5] Ibid.

[6] Ibid.

[7] Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, Didier jeunesse, coll. « Passeurs d’histoire », 2009, p. 55.

[8] Pauline Kalioujny, “Maman les petits bateaux”, 2022, [en ligne], URL : https://paulinekalioujny.com/2022/05/04/maman-les-petits-bateaux/,

[9] Pauline Kalioujny, “À propos”, [en ligne], URL : https://paulinekalioujny.com/a-propos/

[10] Compte Instagram de l’autrice : https://www.instagram.com/paulinekalioujny/ (consulté en septembre 2023)

[11]  Le commandant Cousteau, également cité par l’autrice ne page de garde comme l’une de ses inspirations, apparait aussi à la page 32.

[12] Couplet constitué à partir du refrain originel de la comptine.

[13] A noter que le 1er album existe en loporello et a d’abord été publié sous ce format, qui ajoute à la sensation de promenade dans la lecture, et à la dimension spectaculaire avec le déploiement des scènes de forêt abîmée.



Citer ce billet
Anaïs Perrin (2023, 4 octobre). Revisiter des comptines pour sensibiliser aux causes animale et environnementale, les albums de Pauline Kalioujny. Môments Animaux. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rljr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search