Le rap des rats : la poésie au service des animaux

Figure 1. Couverture du recueil Le rap des rats

Dès le premier regard, Le rap des rats, écrit par Michel Besnier et illustré par Henri Galeron, attire les lecteurices par sa couverture jaune vif (Figure 1). Un recueil qui apparait solaire, joyeux, plein de force. Si l’œil est attiré par le contraste entre le fond coloré et le noir du titre, il s’arrête bientôt sur la police, inspirée des graffitis, qui ancre immédiatement l’ouvrage dans une modernité populaire renforcée par les termes précis du titre. Construit autour d’une assonance en « ra »,  il montre le goût de l’auteur pour les jeux de sonorités et la musicalité du rap, dont la valeur poétique est reconnue[1].  Cette référence explicite affiche ici la volonté de contemporanéité du poète[2] et inscrit le recueil dans la poésie moderne, qui revendique de parler du quotidien et de la réalité de la vie[3].

L’illustration d’Henri Galeron, qui met en valeur la présence des rongeurs comme personnages principaux, continue d’intriguer le lectorat. Sur le toit rouge vif d’un immeuble en béton, deux rats dansent ensemble, et présentent des mouvements de bras caractéristiques de la danse hip-hop, expression corporelle du rap. Comme si les deux rongeurs cherchaient à s’exprimer alors même que la parole ne leur est pas encore donnée (ce qui viendra bientôt grâce aux poèmes du recueil). Les rats souhaitent déjà communiquer avec les lecteurices humain.e.s, et attirent pour cela leur attention en transcendant les barrières de l’espèce grâce au langage universel qu’est celui de la danse[4]. Cette pratique typiquement humaine rappelle immédiatement les classiques fables de la Fontaine[5], qui font usage de zoomorphisme pour dépeindre la société humaine. En sera-t-il de même pour l’ouvrage de Michel Besnier ? Le poète utilise-t-il le détour de ces animaux non-humains pour parler uniquement de l’espèce  humaine, à l’image de ce que l’on observe souvent en littérature, ou, comme pourrait le laisser supposer l’absence de vêtements portés par les rats, va-t-il user de son talent pour donner la parole aux rongeurs et leur permettre de parler d’eux ?

La tourne de page joue avec l’horizon d’attente laissé aux lecteurices par les couleurs vives et joyeuses de la couverture : elles laissent place à une atmosphère sombre en noir et gris. Notons d’ailleurs ici la ressemblance frappante entre ces illustrations réalistes en noir et gris d’Henri Galeron et les fameuses illustrations des Fables de la Fontaine très réalistes, en noir et gris également, de Jean-Jacques Grandville, donnant beaucoup de poids au message qu’elles partageront avec le lectorat. Même le papier utilisé pour les pages n’est pas blanc mais grisâtre. C’est par le toucher que l’on obtient un indice : épais, doux, pas de doute, le papier est recyclé[6], ce qui laisse penser à la présence d’un message écologique dans l’œuvre du poète.

Un aperçu général nous permet déjà de remarquer que les poèmes n’ont pas de titre à proprement parler, ils se suivent et s’enchainent comme une histoire unique, celle du peuple rat et de son quotidien, dans une véritable volonté d’unité narrative. Les illustrations de chaque poème viennent, nous allons le voir, éclairer le message de l’auteur, lui donnant un second sens qui serait parfois difficile à saisir pour les jeunes enfants sans cette aide visuelle.

Figure 2. Illustration de Henri Galeron, p.6

A l’image de nombre d’histoires, le recueil s’ouvre sur une présentation des protagonistes : les personnages-citoyens-rats (p.7). Ils ne sont cependant pas nommés: cette absence de nom est à regretter car on comprend que ces rats, s’ils vont peut-être parler d’eux, le feront au nom de leur espèce mais pas en tant qu’individus, et qu’ils seront en fait « des substituts pour les êtres humains » [7]. Cela semble confirmé par l’énumération qui présente ainsi les personnages du recueil. Ils sont d’abord caractérisés par leur comportement : s’ils « rasent les murs » et « se cachent » à l’image des vrais rats, l’on découvre qu’ils ont la capacité de parler : « papotent avec leurs potes ». L’auteur leur donne ainsi un attribut humain s’il en est, la parole, qui leur permettra désormais de communiquer avec nous sans détour. On découvre ensuite le caractère des animaux : ils sont « râleurs » ou « travailleurs », et aiment, comme nous le montre l’illustration (Figure 2), regarder la télé. La métaphore de notre société est on ne peut plus claire : les rats boivent un coup en regardant la télé. Ils passent un bon moment, mais l’écran est posé sur une tapette géante, probablement laissée là par des humains. La scène a donc un double symbolisme : elle parle au jeune lectorat du mal que font les humains aux rats, en les prenant pour des animaux dits nuisibles, mais le piège représente aussi celui que peut être la télévision dans notre société : les images qui hypnotisent, ou les médias qui leurrent les spectateurices.

La présentation des rongeurs continue dans le deuxième poème (p.8) où l’on avertit le lecteur : ce recueil présentera non pas le côté mignon des « rats d’opéra, de BD, ou de dessins animés »  que l’on aimerait montrer aux enfants, mais les « vrais rats », qui sont « rapiécés, dénigrés, rabroués », en d’autres termes : mal-aimés. On distingue ici clairement une volonté de redorer l’image de ces animaux dans l’imaginaire collectif. S’ils sont souvent des menaces (nous pensons au rat dans La Belle et le Clochard) ou plus clairement les antagonistes (comme Ratigan dans Basile détective privé, ou Jenner dans Brisby et le secret de Nimh)  ici, ils sont les héros. Ils sont même à l’opposé de l’image que les médias ont créée d’eux : ils sont de gentils héros, victimes des idées reçues et de la violence humaines. Dans ce poème, le présent de vérité générale « ils ne sont pas plus méchants que ceux qui les tuent » (p.8) renforce ce message tout en marquant les esprits : ceux qui tuent les rats, ce sont bien les humains.

Figure 3. On en a ras le bol

Au cours de l’ouvrage, les rats s’adressent en effet directement au lectorat: ils expriment leur « ras le bol » d’être accusés de tous les maux (Figure 3, p.10), et cherchent à faire réfléchir leurs lecteurices à de vrais problèmes, de vrais questionnements sur la vie. Leur rapport aux autres espèces, et de manière plus général, leur rapport à la nature, à la planète sur laquelle ils vivent.

Finalement, même s’il est présent dans tous les poèmes, l’anthropomorphisme explicite des illustrations renforce la portée de ce message. On quitterait presque l’anthropomorphisme spontané, défini d’après Anne Simon comme interprétant à faux les comportements animaux, pour arriver dans un anthropomorphisme heuristique, que la chercheuse présente comme permettant de mieux comprendre les autres espèces[8]. Dit plus simplement, il est utile pour les rats car il nous sensibilise à leur cause. On se trouve en effet, selon une classification proposée par Eric Baratay, entre 1. le cas de rats « prétextes », qui sont réels extérieurement, avec certains gestes et comportements de leur espèce, mais pas intérieurement – ils parlent et lisent par exemple. Ils ont un psychisme humain et sont un prétexte pour évoquer des histoires humaines et la condition humaine (la politique ou les inégalités sociétales par exemple); et 2. le cas de rats « témoins » qui parlent dans un cadre presque autobiographique, avec un psychisme humain mais centré sur l’histoire et la condition de leur espèce. Ici, « l’humanisation permet de s’intéresser aux animaux, […] de prendre conscience de leurs états, et contribue aux objectifs de leurs auteurs : “faire s’intéresser à une espèce, revaloriser une image, changer les attitudes”». [9]

Le parallélisme de construction du quatrième poème (p.12) en est un parfait exemple : « vous avez peur de nous / nous on a peur de vous / vous n’aimez pas nos queues/ nous on n’aime pas vos yeux ». Plus encore, l’anaphore « comme vous » du poème insiste sur ce parallèle : les rats aussi sont des êtres vivants, avec des expériences de vie propres et des émotions dont il faut tenir compte. Par exemple, le poème parle de leur éthologie : comme nous, ils ont besoin de manger, de relations sociales, d’amour, et de se sentir à l’abri. Ce parallèle favorise l’identification et ainsi, la remise en cause des a priori sur ces animaux, indispensable pour les traiter différemment, pour comprendre qu’il sont comme toutes les autres espèces, beaux et précieux (Figure 4).

Figure 4. « on est beaux / et seuls à le savoir »

Comme le dit Agnès Harel, « chaque poème révèle une autre face des rats et de leur sensibilité », et de ce fait, révèle en fait « une autre face du monde des humains et de notre comportement »[10]. Ainsi, passée cette défense de l’espèce murine, on retrouve dans le reste du recueil de poèmes de nombreuses références directes à notre société humaine. Que ce soit en détournant une comptine de la culture populaire « Au clair de la lune » (Figure 5, p.36) ou en parlant directement de sujets d’actualité, comme la pollution infligée à notre planète (p.16), la politique et le chômage (p.18), la justice (p.32), la mendicité et les inégalités sociales (p.36), l’allaitement maternel (p.42), les manifestations (p.44), la religion (p.60), la culture et l’art moderne (p.58), et même le métro parisien (p54) ; tout y passe.

Figure 5. Au clair de la lune

Ainsi le but du recueil n’est pas seulement d’utiliser les rats pour représenter « tous les laissés pour compte de la société, rejetés du cœur des grandes villes, tous ceux qui se sentent discriminés »[11], mais bien de délivrer un véritable message engagé politiquement et écologiquement, à destination du double lectorat du recueil. Le poème p.10 (Figure 3) aborde des thématiques comme les catastrophes écologiques (Hiroshima), les génocides (Rwanda), les problèmes de santé publique (vache folle) et de pollution (air cracra), et pousse le lecteurice à la remise en question. On notera l’utilisation d’un vocabulaire parfois enfantin « cracra » ou « fada » : le choix de ces mots par le poète visant à dénoncer la volonté des humains de minimiser les problèmes qu’ils causent, pour se sentir moins responsables, moins coupables.

En axant l’œuvre poétique sur le rap, reconnu comme « une prise de parole publique, […] un champ de positionnement vis-à-vis de l’ensemble des domaines du politique »[12], Michel Besnier et Henri Galeron, qui ont l’habitude de travailler ensemble, cherchent volontairement à éveiller les consciences, tant au niveau social (inégalités, pauvretés) qu’écologique (pollution, respect des animaux)[13].

Figure 6. Dictionnaire

Que ce soit dans la justesse des mots comme dans le choix percutant des illustrations, on observe donc une véritable fonction pédagogique dans le recueil qui « s’impose au point d’effacer pratiquement toute autre fonction poétique » [14].  Le but est d’alerter, de faire réfléchir, de sensibiliser le jeune lectorat aux problématiques sociales et écologiques de notre société, de l’ouvrir au respect d’autrui et à la bienveillance. L’ouvrage s’inscrit pleinement dans une volonté éthique propre à l’écolije, cette littérature de jeunesse engagée écologiquement qui cherche à « faire réfléchir le destinataire en l’impliquant émotionnellement et esthétiquement dans sa lecture »[15].

Pourtant, même si « écrire l’inquiétude environnementale correspond à un changement en profondeur de la littérature de jeunesse et à l’éveil d’une conscience politique » [16], les auteurs offrent un message plein d’espoir, que l’on peut comprendre dans le tout dernier poème (p.64). Optimiste, le narrateur termine l’ouvrage par une adresse à un certain Félix, apothéose du message éthique porté par le recueil : comme l’indique Émilie Dardenne : « nommer, c’est faire exister » [17]. Félix représente donc un personnage individualisé, dont l’existence (fictive, dans le poème, ou réelle, grâce aux lecteurices) est enfin reconnue. On se retrouve clairement dans le phénomène d’acceptation de la différence et de valorisation de l’altérité tel que décrit par Nathalie Prince : « le héros apprend à reconnaître un proche – pour ne pas dire un frère – dans la faune qui anime les récits » [18]. Sauf qu’ici, le héros/l’héroïne dont la vision du monde change après le récit, c’est l’enfant-lecteurice. Félix devient ainsi à la fois petit de rat, existant désormais aux yeux de celles et ceux qui ont appris à découvrir les membres de son espèce, mais aussi, par son prénom et sa capacité à lire, petit d’humain. Félix le bien-nommé[19], souriant et optimiste. Véritable mise en abîmes des lecteurices, qui après avoir fermé la dernière page de l’ouvrage, auront compris qu’ils existent et peuvent agir concrètement pour le monde de demain, ce personnage symbolise toutes les futures générations qui un jour pourront lire ces lignes le sourire aux lèvres car la situation de notre planète se sera, on l’espère, améliorée.

 

Figure 7. L’avenir nommé Félix

[1]  Isabelle Marc Martínez, Le rap français: esthétique et poétique des textes (1990-1995). Vol. 9. Peter Lang, 2008.

[2] Le rap, ou musique hip-hop, est un genre musical moderne, apparu en France au début des années 80, et qui a connu son essor dans les années 90, date de parution du recueil.

[3]  Ainsi que l’a dit Jean-Pierre Siméon, « un poète ne parle pas hors du réel, il parle du réel », La vitamine P, p.34.

[4]  Les métaphores alliant poésie et danse sont nombreuses : « une danse est un poème » (Denis Diderot), « la danse est une poésie muette » (Simonide de Céos), ou encore « la danse est un poème dont chaque mouvement est un mot » (Philippe Collas).

[5]  Fables choisies et mises en vers par M. de La Fontaine,  1668-1694.

[6] Le choix de pages en papier recyclé est un choix de la maison d’édition Møtus http://www.lahague.com/index.php?ThemeID=8&CatID=56&SousCatID=66&OngletID=9.

[7] Florence Gaiotti (Dir.). Présences animales dans les mondes de l’enfance. Artois Presses Université, 34, 2013, Cahiers Robinson, 978-2-9536170-6-1.

[8] Anne Simon, Zoopoétique, Revue des Sciences Humaines, Septentrion Presses Universitaires Diffusion, 2017, p.76.

[9] Eric Baratay « La recherche du point de vue animal, l’exemple des biographies des bêtes. », dans Fernando Copello et Sandra Contamina (dirs.), Regards sur l’animal et son langage, Rennes, PUR, 2022, p.53. 

[10] Agnès Harel, conseillère pédagogique, Fiche pédagogique, Royan, 2011-2012.

[11]  Véronique Bourhis, Laurence Allain Le Forestier, Cécile Avezard-Roger, Claude Beucher-Marsal, Objectif CRPE Français, Edition Hachette Education, 2018, p.51.

[12] Vincent Fayolle, Adeline Masson-Floch, Rap et politique, Mots(70), 2002, p.79-99.

[13]  L’auteur et l’illustrateur ont d’ailleurs l’habitude de travailler ensemble pour éveiller les consciences et ont publiés d’autres recueils poétiques comme Mes poules parlent (2004), ou Mon Kdi n’est pas un kdo (2008).

[14] Isabelle Marc Martínez, op. cit., 2008.

[15] Sébastian Thiltges et Nathalie Prince. Éco-graphies. Écologie et littératures pour la jeunesse. Presses universitaires de Rennes, 2018, p18

[16] Sébastian Thiltges et Nathalie Prince, op. cit., p.91.

[17] Emilie Dardenne, Introduction aux études animales, coll. Savoirs, Presses Universitaires de France, 2022, p.253.

[18] Sébastian Thiltges et Nathalie Prince, op. cit., p.196.

[19] En latin, felix est un adjectif signifiant fécond, heureux, pour qui tout vient heureusement, de bon augure (voir par exemple le Gaffiot).

 

 



Citer ce billet
Charlotte Duranton (2023, 6 septembre). Le rap des rats : la poésie au service des animaux. Môments Animaux. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rljq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search