Profession crocodile : anthropomorphisme éclairant et condition des animaux en captivité

 

Ce n’est plus à prouver, les animaux anthropomorphes peuplent l’univers de l’enfance. De Petit Ours Brun à Zootopie, ces animaux, qui marchent bien souvent debout, portent des vêtements et parlent comme vous et moi, sont quasiment emblématiques des fictions destinées à la jeunesse[1]. À leur sujet, Isabelle Nières-Chevrel constate qu’ils occupent « dans la fiction pour enfants une fonction de détour et de mise à distance[2] ». Ces personnages animaux sont en effet généralement des « figures projectives de l’enfant[3]» dans le récit et servent principalement de support pour faire passer au jeune public des messages concernant avant tout les êtres humains.

Certains auteurs mobilisent cependant des personnages anthropomorphes différemment, et jouent des stéréotypes précédemment évoqués, pour parler de sujets animaux. C’est le cas dans l’œuvre qui va nous intéresser ici, à savoir l’album sans texte Profession Crocodile, de Giovanna Zoboli et Mariachiara di Giorgi, paru, pour sa version française, en 2017 aux éditions Les fourmis rouges.

En effet, si Baptiste Morizot met en avant deux types d’anthropomorphisme, l’un spontané « interprétant à faux » et l’autre « heuristique, soucieux d’analogies répondant à des protocoles scientifiques[4] », nous proposons ici, au regard de cet album, un autre mode d’anthropomorphisme, que l’on pourrait qualifier d’anthropomorphisme éclairant. Les personnages anthropomorphes, dont le héros, reprennent en effet les codes classiques de l’anthropomorphisme spontané, mais évoluent dans un monde diégétique peuplé d’humains et d’autres animaux non anthropomorphes. Ils permettent alors aux jeunes lecteurs et lectrices de tisser une relation avec l’altérité animale, et surtout, de mettre en évidence les contradictions du rapport humain-animal, ainsi que les réflexes anthropomorphiques et anthropocentrés qui sont au cœur des représentations animales.

Nous verrons donc ici comment, dans Profession crocodile, le motif de l’animal héros anthropomorphe se fait le relais de la cause animale, et plus précisément le révélateur des incohérences et des contradictions dans la manière dont l’être humain envisage les animaux sauvages en captivité.

Nous nous pencherons d’abord sur le message que porte l’ouvrage à propos de la captivité et de la spectacularisation que subissent les animaux de zoos, puis nous nous intéresserons à la manière dont l’anthropomorphisme du héros souligne le spécisme et les incohérences propres à la relation entre humains et non-humain dans le monde occidental.

 

Crocodile de zoo, un métier difficile

Il apparait assez clairement que l’être humain envisage d’abord et principalement les autres animaux par le prisme des usages qu’il en fait[5]. Dans nos sociétés, chaque animal se voit attribuer une fonction (compagnie, spectacle, rente, etc.). Comme son titre l’indique, l’album reprend ce fait, pour faire d’animal de zoo une profession presque comme les autres[6]. Ce récit de la vie quotidienne d’un saurien anthropomorphe devient alors l’occasion de souligner les souffrances des animaux en captivité.

Le rêve que fait le crocodile au tout début de l’ouvrage souligne le désir de liberté du personnage. Il s’imagine en effet dormir dans une eau noire, entouré de feuilles de palmier, avec une bûche comme oreiller, plutôt que dans le lit dans lequel il se trouve lorsque la sonnerie de son réveil le ramène à sa réalité (voir Illustration 1) (p. 3). Les pages de garde initiales, qui représentent une végétation exotique où s’abritent quelques singes devant la vaste étendue d’un ciel étoilé, appuient sur l’envie de grands espaces du personnage, et sur le fait que sa vie quotidienne est à l’opposé de cette aspiration. La couverture, trompeuse, montre également le crocodile barbotant dans une eau noire, le sourire aux lèvres. Elle contribue, avec les pages de garde et la première vignette du rêve, à amener les lecteurs et lectrices à partager la désillusion du crocodile à son réveil. L’horizon d’attente convoqué par cet ensemble, qui fait appel aux thèmes de la jungle, et de la nature sauvage, est en effet rapidement détrompé et en quelque sorte déçu, en même temps que le personnage est ramené à la réalité, dans un quotidien bien moins exotique et plus banal.

 

Illustration 1 : “Le rêve du crocodile”, Profession crocodile, p. 3.

 

C’est ensuite le dédain teinté de dégout que le crocodile exprime devant une affiche de cirque dans les couloirs du métro (Illustration 2) (p. 11) qui indique au lectorat la détestation du protagoniste pour les spectacles animaux, et donc les souffrances que lui cause le métier que l’on découvrira ensuite être le sien.

 

Illustration 2 : “L’affiche”, Profession crocodile, p. 11

 

 

L’album souligne en effet les conditions de détentions des animaux à travers l’exposition de l’artificialité des enclos et le « fantasme d’une naturalité et d’une sauvagerie vierges de toute influence humaine au cœur même du plus artéfactuel des dispositifs »[7]. Malgré les arbres et les rochers qui recréent une forme de décor, les barreaux de la cage des singes sont si nombreux qu’ils prennent presque tout l’espace de la page (Illustration 3) (p. 22-23). Le bassin dédié au crocodile est quant à lui tellement carrelé de blanc que les lecteurs et lectrices peuvent croire un instant que le héros va à la piscine (Illustration 4) (p. 25), avant d’apercevoir les visiteurs qui l’observent à la page suivante.

 

Illustration 3 : “La cage des singes”, Profession crocodile, p. 22-23.

 

Illustration 4 : “La piscine du crocodile”, Profession crocodile, p. 24.

 

Comme le souligne le contraste entre la dernière page conclusive, où le crocodile joue son rôle de bête féroce (p. 27) (Illustration 5), allongé sur le carrelage entre un tronc d’arbre et quelques feuilles de palmier, et la page de garde qui suit, où une végétation luxuriante encadre un ciel vaste et vide, Profession crocodile expose l’inconfort que causent la spectacularisation et la vie en captivité. Le héros aspire à la liberté et semble pâtir de ce métier, qui ne représente pourtant pas l’entièreté de son quotidien. L’autrice et l’illustratrice laissent au lectorat le loisir d’imaginer les souffrances que peuvent vivre, dans les vrais zoos, les animaux réels pour qui cet enfermement constitue le seul mode d’existence possible.

 

Illustration 6 : “Un “vrai” crocodile”, Profession crocodile, p. 26-27.

 

Dès le titre, l’album souligne également le prisme déformé à partir duquel les humains pensent les animaux, plus précisément l’essentialisation à l’aune de l’espèce qui est omniprésente. En littérature, tout comme dans les inconscient collectifs, l’individualité animale à tendance à ne pas être prise en compte et les non humains sont régulièrement « réduits à des signes : chacun est le signifiant de son espèce, une occurrence concrète qui ne renvoie qu’à ce signifié[8]». Ils apparaissent alors comme l’illustration du concept que constitue leur espèce, et non comme des individus uniques et dotés de sensibilité, ce qui contribue à nier leurs besoins et leurs éventuelles souffrances[9]. C’est sur ce modèle que sont considérés les animaux de zoo dans le monde diégétique : chaque espèce est constituée autour de présupposés et de valeurs clés. L’espèce « crocodile » est tellement associée à des stéréotypes et des clichés qu’ « être un crocodile » devient un métier, avec un cahier des charges. L’affichette dans le casier du héros (p. 24) (Illustration 6) ressemble d’ailleurs presque à un pense-bête pour lui rappeler le rôle qu’il est censé jouer. Le personnage doit devenir, aux yeux des humains de la diégèse, « LE crocodile » tel qu’ils se l’imaginent. Il incarne littéralement le rôle de son espèce, alors que le lectorat, qui l’a suivi dans sa journée, le perçoit comme un individu unique. Il en va de même pour les singes (p. 22) qui se cachent pour lire ou téléphoner, puisque les humains viennent les voir pour leurs « singeries ».

 

Illustration 6 : “Le casier”, Profession crocodile, p. 26-27.

 

Ainsi, les animaux du parc zoologique incarnent de manière emblématique l’« image morte de l’animalité[10] » qu’Anne Simon associe aux zoos. Les personnages de l’album, tout comme les pensionnaires des vrais zoos sont « en proie à l’impératif de rester ce que les hommes imaginent qu’ils sont, sont pris sur le vif de l’imitation d’eux-mêmes, au coeur de ménageries et autres jardins zoologiques, par l’objectif photographique de spectateurs en quête d’une altérité frelatée, d’une animalité à la pureté construite[11]. »

Dans Profession crocodile, la mise en relief de la condition des animaux en captivité s’inscrit également dans un propos plus vaste sur le rapport à l’animalité. Comme l’évoque Anne Simon, « ces animaux présentés comme sauvages, quoique soumis au biopouvoir de la préservation ou de la spectacularisation, finissent, chez les romanciers, par devenir le reflet des humains qui les soignent ou les contemplent[12] ». L’anthropomorphisme tient en effet une place prépondérante dans ce récit, et devient, dans les mains des illustratrice et autrice, un outil pour inciter le lectorat à réfléchir sur la complexité et les incohérences de la relation humain-non humain dans la société contemporaine.

 

Interroger les relations entre humains et non-humains

Profession Crocodile raconte, sans un mot, la journée type d’un crocodile anthropomorphe, du saut du lit, en passant par ses trajets en métro et ses achats aux petits commerçants, jusqu’à son lieu de travail, au zoo[13]. L’anthropomorphisme est ici total, le reptile est bipède, porte un pyjama, et va aux toilettes avant de brosser ses multiples dents (p. 4-5).

Alors que le protagoniste passe la porte de son appartement pour prendre le métro, les lecteurs et lectrices aperçoivent d’autres animaux anthropomorphes, du guépard à l’hippopotame, qui voyagent avec les personnages humains sans provoquer le moindre émoi. L’anthropomorphisme semble donc à première vue faire partie intégrante de cet univers diégétique, au point que l’on puisse croire à une forme d’harmonie entre humains et non-humains. Au premier regard, l’anthropomorphisation peut donc sembler rapprocher l’humain et les autres vivants en inscrivant des animaux sauvages, par définition très éloignés des modes de vie humains, dans un cadre quotidien qui parle au lectorat, et en proposant une forme de cohabitation apaisée. On peut également y voir un moyen de montrer la vie intime et quotidienne des animaux, pour susciter de l’empathie. Les animaux aussi ont une vie quotidienne, comme le dit la 4e de couverture « Les crocodiles sont comme tout le monde ».

On est cependant ici bien loin des citoyennetés proposées par Sue Donaldson et Pierre Madelin dans Zoopolis[14], puisqu’il ne s’agit pas de remodeler la société pour y intégrer les animaux, mais d’animaux remodelés, et intégrés à la société parce que plus semblable aux êtres humains. On peut y voir un clin d’œil à l’anthropocentrisme indépassable, à l’aune duquel l’humain pense les autres vivants.

De plus, l’album, à travers ce personnage de saurien anthropomorphe, met en lumière les contradictions inhérentes à la manière dont nous considérons les animaux, et plus précisément sur le spécisme sur lequel reposent le monde occidental[15]. En effet, on observe que la société dépeinte dans les pages de l’album ne considère pas tous les animaux de la même manière. Si notre crocodile anthropomorphe semble plutôt bien intégré dans la société humaine, tout comme les autres animaux sauvages que l’on aperçoit tout au long de son trajet (guépard, autruche, ou encore girafe)(p.12-13), d’autres animaux n’acquièrent pas cette forme d’humanité que confère l’anthropomorphisme et sont relégués au statut de bêtes, voire de produits. On aperçoit un chien en laisse (p. 7), comme trainé par son propriétaire près du tramway, qui emblématise le sort des animaux de compagnie dans le monde diégétique, nullement humanisés, et qui apparaissent comme faisant partie du décor. Il en va de même pour la nuée d’oiseaux qui s’envolent dans le parc, à la page 21. Les lecteurs et lectrices ont ensuite l’occasion de comprendre que les animaux de la ferme sont certes intégrés à la société décrite dans les pages de l’album, mais d’une manière encore plus réifiante que les chiens et les oiseaux, puisque la consommation de viande y est totalement banale. Le héros se rend en effet à la boucherie et observe les poulets rôtis sur leur broche (p. 16-17). Il repart d’ailleurs joyeusement avec un poulet empaqueté, qu’il rangera dans son casier. L’enseigne indiquant « Polli » (poulet en italien, langue originale de l’album) au-dessus de l’étal achève d’afficher la nature animale de ces produits. L’exposition dans la vitrine fait échos à la fin de l’album au zoo (où c’est au tour du crocodile d’être exhibé derrière une vitre), et crée, en tout cas chez les lecteurs et lectrices adultes, une forme de malaise, lui rappelant l’animal qui est la plupart du temps soigneusement occulté derrière la viande (Illustration 7). En effet, comme le rappelle Florence Burgat, « nul […] ne souhaite faire la généalogie du morceau de viande qui se trouve dans son assiette, suffisamment abstrait pour que l’on oublie l’animal[16]».

 

Illustration 7 : “Polli”, Profession crocodile, p. 16.

 

Dans la société représentée dans l’album, seul les animaux sauvages, et plus précisément les animaux exotiques sont humanisés et mènent une vie « comme tout le monde » (4e de couv.), ou en tout cas comparable à celle de l’humain. Ce choix souligne à quel point les humains, dans le monde réel, ségrèguent les non-humains en fonctions de types pré-établis (qui peuvent sembler arbitraires), et développent à leur égard une empathie variable, qui induit des inégalités de traitement, et des injustices. Dans cette société, les animaux sauvages se rapprochent donc des humains par leur anthropomorphisme, sans pour autant signer l’effacement les frontières spécistes. Au contraire, ces personnages entérinent un peu plus encore une forme de barrière animal-humain, qu’ils seraient parvenus à franchir, laissant les autres animaux de l’autre côté, celui des bêtes. Ce choix fait d’ailleurs écho à un biais spéciste persistant, consistant à mieux considérer les animaux sauvages, a fortiori les espèces jugées emblématiques et charismatiques, que les animaux de rentes, moins exotiques et attrayant et dont les souffrances sont davantage passées sous silence[17]. Si l’anthropomorphisme dans l’album interroge sur le traitement des animaux de zoos et de spectacle, la relégation, dans le décor, des autres animaux, pose donc aussi, consciemment ou non, la question des traitements différenciés et de l’empathie à plusieurs vitesses, qui sont caractéristiques de la manière dont l’être humain envisage aujourd’hui les autres vivants.

Les relations humain/non-humain présentées sont non seulement inégales, mais aussi et surtout pétries de contradiction, qui sautent progressivement aux yeux du lectorat. Dès la 4e de couverture les lecteurs et lectrices comprennent que l’apparente intégration des animaux exotiques dans la société humaine cache une réalité moins harmonieuse. Le résumé précise en effet que les crocodiles sont « comme tout le monde… ou presque ». De l’affiche de cirque dans le métro (p. 11), en passant par la cage des singes où les macaques, non anthropomorphisés en apparence, se cachent pour passer un coup de fil ou lire un livre, jusqu’à la révélation de la fameuse profession de notre cher crocodile, un faisceau d’indices de plus en plus visibles amène le lectorat à comprendre que la relation homme/animal, en apparence harmonieuse au début de l’ouvrage, est en fait pleine d’incohérences, à l’image de celle des sociétés contemporaines.

La discordance majeure dans le comportement des humains de la diégèse est révélée à la fin de l’ouvrage : les mêmes personnes (une femme et un garçon) qui côtoient des animaux anthropomorphes dans la plus grande indifférence dans le métro (p. 12-13), s’ébahissent devant le crocodile du zoo (p. 26-27) (Illustration 8). Comme l’analyse Florence Gaiotti ces humains « ne sont plus capables de s’étonner – notamment de la présence de fauves en habits dans le métro – sauf dans ces lieux, comme les zoos où ils viennent jouer à se faire peur[18] ».

 

Illustration 8 : “Entre indifférence et curiosité”, Profession crocodile, p. 12 et 27.

 

Enfin, l’arrivée du crocodile au zoo interroge plus généralement les lecteurs et lectrices sur l’anthropocentrisme qui pilote le rapport des sociétés contemporaines aux animaux et à la nature en général. En effet, le lectorat voit le reptile anthropomorphe quitter les atours qu’il lui a connus jusqu’ici pour jouer un rôle : celui de ce que les humains considèrent comme un vrai animal, un crocodile de zoo, sans chapeau, sans écharpe, et qui se tient sur ses quatre pattes. L’album expose ainsi l’animal de zoo comme une figure construite, alors que l’animal anthropomorphe apparait comme une réalité donnée en début de récit. L’ouvrage inverse le prisme habituel des lecteurs et lectrices, et interroge sur ce que l’on perçoit comme « l’animalité » et la notion de « naturel ». L’incorporation d’animaux anthropomorphes dans la société de la diégèse, dans une forme d’indifférence et d’indifférenciation, permet de mettre en relief les incohérences dans le rapport des sociétés contemporaines à l’animal et d’initier un questionnement sur la manière dont l’humain s’établit comme norme, et sur la façon dont l’anthropomorphisme déforme les représentations animales et les relations entre humains et non-humains.

 

La journée type présentée dans Profession crocodile est donc l’occasion de découvrir l’artificialité des enclos, l’aspiration à la liberté et l’essentialisation que subissent les animaux de zoo. L’anthropomorphisme du héros sert également de révélateur des contradictions humaines quant aux autres animaux, pointant du doigt la hiérarchie entre les espèces ainsi que l’anthropocentrisme omniprésent dans la manière dont les humains imaginent les animaux. Cet anthropomorphisme, que nous qualifions d’éclairant n’est pas sans rappeler celui à l’œuvre dans le roman Jefferson de Jean-Claude Mourlevat[19], où l’anthropomorphisation de certains personnages permet de souligner les inégalités de traitement entre différents animaux, et de mettre en exergue les souffrances des animaux de boucherie.

[1] Voir Régine Atzenhoffer, « « Je me sers d’animaux pour instruire les hommes » : le personnage-animal dans la littérature d’enfance et de jeunesse contemporaine », e-Scripta Romanica, vol. 4, 2017, pp. 1‑15.

[2] Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, Paris, Ed. revue et corrigée, Didier, 2009, p. 149.

[3] Ibid., p. 148.

[4] Baptiste Morizot, Les Diplomates. Cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant, Marseille, Wildproject, 2016, p. 163, cité dans Simon Anne, Une bête entre les lignes : essai de zoopoétique, Marseille, Wildproject, coll. « Tête nue », 2021, p. 72.

[5] Émilie Dardenne, Introduction aux études animales., Paris, PUF, 2020, chap.2

[6] Ce procédé interroge par ailleurs également sur la part que peut prendre un emploi dans l’identité d’une personne.

[7] Anne Simon, op. cit., p. 283.

[8] Anaïs Perrin, « Comme toi, je suis un animal ». Antispécisme et rapport égalitaire entre animaux humains et non humains dans l’album contemporain, Mémoire de Master en littératures d’enfance et de jeunesse, Université d’Artois, 2021, ⟨dumas-03898664⟩, p. 57.

[9] Id.

[10] Anne Simon, op. cit., p. 285.

[11] Id.

[12] Ibid., p. 279

[13] Ce « dodo-métro-boulot » du crocodile rappelle sans peine le schéma stéréotypé de certains albums destinés à accompagner les tout petits dans l’acquisition des habitudes du quotidien (Petit Ours Brun s’habille tout seul, Petit Ours Brun se brosse les dents, T’choupi va à l’école comme les grands ou encore T’choupi se prépare tout seul).

[14] Sue Donaldson, Pierre Madelin, Zoopolis: une théorie politique des droits de l’animal, Paris, Alma éditeur, 2016.

[15] « Le spécisme est une discrimination arbitraire selon l’espèce. Il consiste à assigner différentes valeurs ou droits à des êtres sur la seule base de leur appartenance à une espèce. », Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, L’éthique animale, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 2011, p. 19.

[16]  Florence Burgat, L’animal dans les pratiques de consommation, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2014, emp. 96

[17] Pierre Sigler met notamment en avant l’omniprésence, dans les études en éthologie des « animaux qui occupent une place de choix dans notre imaginaire » en dépit des animaux d’élevage. Pierre Sigler, « La vie mentale des animaux », Yves Bonnardel, Thomas Lepeltier, Pierre Sigler (dir.), La révolution antispéciste, Paris, Presses Universitaires de France, 2018, p. 79.

[18] Florence Gaiotti, « Le retour à l’animal », « L’animal, d’hier à aujourd’hui, La revue des livres pour enfants, n° 308 :  », Métamorphose de l’animal, 2019, Paris, Bnf, p. 126

[19] Jean-Claude Mourlevat, Antoine Ronzon, Jefferson, Paris, Gallimard jeunesse, 2018.

 



Citer ce billet
Anaïs Perrin (2023, 2 août). Profession crocodile : anthropomorphisme éclairant et condition des animaux en captivité. Môments Animaux. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rljp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search