Le chien compagnon dans les productions Disney depuis les années 1950 : de l’anthropomorphisme à la redéfinition des interactions humains-chiens

Les deux autrices de ce blog, Anaïs Perrin et Charlotte Duranton ont le plaisir de partager avec vous la publication de leur premier article à quatre mains intitulé “Le chien compagnon dans les productions Disney depuis les années 1950 : de l’anthropomorphisme à la redéfinition des interactions humains-chiens“. L’article est paru dans le numéro 40 de la revue Le Temps des médias, intitulé “L’Animal médiatique”.

 

 

Résumé :  Le chien, meilleur ami de l’homme, est très présent dans les productions culturelles pour la jeunesse. Les studios Walt Disney en ont notamment animé plus de cent. Nous nous sommes intéressées à la représentation du chien transmise aux jeunes spectateurs dans les films de la firme. De Pataud, le chien de Cendrillon, à Dante, le compagnon de Miguel dans Coco, notre analyse chronologique montre une relation en deux temps : d’abord un anthropomorphisme exacerbé induisant une négation de l’animalité du chien, puis une évolution vers une reconnaissance de son individualité. Le cinéma étant témoin et acteur de notre rapport à l’animal, les chiens compagnons présents dans les dessins animés Disney participent donc de la diffusion progressive, mais encore hésitante, d’une relation humain-chien nouvelle et bienveillante.

Cet article est disponible, ainsi que les autres articles de la revue, sur la plateforme Cairn (une grande partie des universités proposent un accès gratuit en s’authentifiant) ici. Il est également possible de commander la revue dans son intégralité en version papier.

Plus en détails :

Le chien, « meilleur ami de l’homme », est omniprésent dans nos sociétés depuis au moins quinze mille ans[1]. Aujourd’hui devenu animal de compagnie, il est bienvenu dans nos maisons pour sa présence rassurante et est considéré comme un membre de la famille[2]. D’une manière assez naturelle, il a donc progressivement gagné sa place dans les productions médiatiques et culturelles. Les chiens habitent ainsi nos écrans depuis de nombreuses années, que ce soit en tant que héros à part entière, ou comme compagnons d’humain. Le géant Walt Disney, notamment, n’a eu de cesse de le représenter depuis ses débuts : plus de cent chiens ont été animés par les studios.

Le cinéma étant à la fois un témoin et un acteur particulièrement significatif de notre relation à l’animal[3], la filmographie Disney apparait comme objet tout désigné pour observer la destinée du chien dans la sphère des médias. Nous allons prendre ici la mesure de l’aura des chiens compagnons présents dans ces longs-métrages. Ils participent en effet indéniablement à la construction et à l’évolution de notre relation au chien, proposant au grand public des représentations plus ou moins actualisées de nos amis à quatre pattes et des liens que nous tissons avec eux.

Certaines valeurs, aujourd’hui obsolètes mais encore ancrées dans les mentalités, transparaissent dans plusieurs films de Disney : Nana[4] est très anthropomorphisée et se comporte comme une humaine ; Belle[5] se fait punir violemment ; et Alpha, Bêta et Gamma[6] renforcent les stéréotypes sur les chiens méchants et la hiérarchie, concepts non-fondés scientifiquement[7].

Les prises de conscience autour de la sensibilité et du bien-être animal, appuyées sur de nombreuses études scientifiques et éthologiques, ont fait évoluer notre relation aux chiens sur le plan éthique. L’importance d’interactions fondées sur une éducation bienveillante et non violente[8] et de la prise en considération du monde propre émotionnel[9] du chien n’est plus à démontrer. Chez Disney, des compagnons comme le Chien[10] et Dante[11] attestent de ce changement en proposant une vision plus juste d’un chien doté d’émotions primaires et d’un véritable comportement canin.

Ainsi, les studios, conscients de la portée de leurs modèles au sein du « village global »[12] qu’est notre monde et de leur influence sur notre relation aux chiens[13], semblent prendre en compte l’évolution des habitudes sociétales dans le rapport au chien qu’ils présentent. Les chiens compagnons présents dans les dessins animés de la firme reflètent donc la diffusion progressive et parfois hésitante de cette nouvelle relation. La compagnie cherche en effet à être en phase avec le monde contemporain et met en avant son souhait de véhiculer des messages positifs, comme en témoigne le récent reclassement de certains longs-métrages contenant des « représentations datées et/ou un traitement négatif des personnes et des cultures »[14] sur sa plateforme Disney +.

 

 

Résumé de la revue :

L’animal est au cœur d’interrogations politiques, sociales, écologiques et ontologiques qui éclairent le passé de manière profondément contemporaine. Si une « question animale » a bien émergé à l’âge classique et aux Lumières, inspirant de nombreux travaux, traités et autres publications, les recherches académiques des dernières décennies ont cependant connu une évolution fondamentale dans le champ historique. Qualifiées d’animal turn, elles sont caractérisées par le passage d’une vision de l’animal comme « objet » à celle d’un animal agissant, véritable acteur silencieux et souvent discret au cœur de multiples processus sociaux.

Dans ce paysage prolifique qui cherche à produire une histoire des animaux, avec les animaux, ou par les animaux, la place et le rôle des médias sont quant à eux assez peu interrogés, du moins rarement spécifiquement. Les animaux occupent pourtant une place de choix sur la scène médiatique, des affiches illustrées et grands quotidiens du XIXe siècle à la circulation de mèmes et gifs sur les réseaux socio-numériques au XXIe siècle, en passant par les magazines TV animaliers ou les films et les albums jeunesse du XXe siècle. Ils apparaissent sous l’angle des représentations, des interactions avec les hommes, de leurs rôles et fonctions dans les sociétés, dans l’espace politique comme public. La question animale peut surgir dans les médias à l’occasion d’un détournement, d’une information, d’arguments commerciaux, d’enjeux de protection ou encore à travers ces animaux vedettes qui peuplent notre quotidien.

Que nous apprend l’histoire de la diversité de ses fonctions, de ses usages et de ses imaginaires déployés dans les médias ? Ce dossier du Temps des médias invite à penser les animaux dans le temps long de l’histoire des médias.

Sommaire :



Citer ce billet
Anaïs Perrin (2023, 5 juillet). Le chien compagnon dans les productions Disney depuis les années 1950 : de l’anthropomorphisme à la redéfinition des interactions humains-chiens. Môments Animaux. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rljo

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search