Hybrides et animaux : apprivoiser la peur dans Une histoire de vampire

Une histoire de vampire

Une histoire de vampire, Grégoire Solotoreff, 2020, Ecole des Loisirs

 

Une histoire de vampire, écrit et illustré par Grégoire Solotareff, est un album contemporain pour la jeunesse qui raconte l’histoire d’un petit vampire à la peau bleutée, Vladimir. Comme dans tout album pour la jeunesse, l’auteur s’adresse à un double lectorat avec deux lectures possibles : « une première s’adresse à l’enfant naturellement ; une autre s’adresse à l’adulte, par dessus l’épaule, en une manière de clin d’œil »[1]. Cela est essentiel à prendre en compte pour la construction du sens de l’album : nous verrons comment il amène son jeune lecteur à découvrir le monde des vampires au fil de sa lecture, tout en jouant avec le lecteur adulte, par une dimension cinématographique très présente. Plus particulièrement, nous nous arrêterons sur le traitement de la peur comme procédé utilisé par l’auteur pour ancrer le récit dans la réalité.  Nous commencerons par analyser en détail les spécificités du texte et surtout de l’image comme outil artistique pour représenter le temps qui passe et guider son lecteur dans une aventure cinématographique rythmée. Puis, nous verrons comment l’intericonicité permet au lecteur de replacer cette œuvre dans le contexte du septième art, dépassant la fiction pour entrer dans la réalité historique.

 

Il convient donc tout d’abord de s’intéresser aux spécificités artistiques d’Une histoire de vampire comme outils efficaces pour jouer avec la peur. Grégoire Solotareff est connu pour ses illustrations en peinture, mêlant les lignes épaisses des aplats noirs et l’utilisation de couleurs primaires pleines, vives, comme le rouge, le bleu et le jaune[2]. On retrouve en effet dans son travail les influences artistiques de peintres comme Matisse, Van Gogh et d’illustrateurs célèbres comme Alain Le Saux.  C’est ainsi que Solotareff est emblématique du courant de l’école française, exprimant et transmettant les émotions grâce aux « ressources expressives de la peinture »[3]. Pour lui, l’empreinte vivante du pinceau et le trait appuyé deviennent « la représentation métaphorique de l’affect »[4].

L’auteur utilise donc la force des couleurs pour communiquer avec son lecteur et créer en lui des émotions. Cela est visible dès le premier seuil du livre, sa couverture. L’arrière plan est uni, d’une couleur chaude qui rassure le lecteur, à l’image d’un livre qui lui souhaite la bienvenue. On y voit également, comme aime à le faire Solotareff, un portrait de son personnage principal[5], vampire reconnaissable à ses canines qui dépassent. Le titre parle immédiatement au double lectorat de l’album. Un peu comme un enfant qui demanderait à un adulte «S’il te plait, raconte moi une histoire de vampire», et l’adulte qui s’y adonnerait. Nous vient alors l’image d’un enfant qui s’installe confortablement près de son parent, au coin du feu, et qui a hâte d’écouter une histoire de vampire, sachant qu’il aura surement un peu peur. Cette scène, très ancrée dans l’imagerie populaire, donne une sensation d’intimité, et l’envie de s’approprier l’histoire. Rassuré, le lecteur ose ouvrir l’album.

Il est alors plongé dans une atmosphère très différente, caractéristique d’une histoire de vampire, accueilli par l’image d’un château mystérieux et inquiétant, près d’une sombre forêt. L’illustration, comme toutes celles de l’album, est réalisée sur une double page pleine, et le texte est peu visible, mettant l’image en valeur (Figure 1).

J’ai dessiné des doubles-pages  peu  encombrées. […] l’image  est  plus  forte  sans  détails,  quand  elle  est  épurée  et  qu’elle  va à l’essentiel.[6]

Figure 1. Première double page de l’album, montrant un château, décor par excellence de toute histoire de vampire. Crédit photo : Charlotte Duranton.

 

Nous voyons que texte et image sont dans un rapport de collaboration, indispensable pour permettre au jeune lecteur d’apprivoiser ses émotions. Ils ont une fonction complétive, car le texte retranscrit «les dialogues liés à une scène figurée par l’image», dans un travail de collaboration «d’autant plus efficace que l’image ne s’attache pas […] à montrer des personnages entrain de dialoguer»[7]. Dans l’album, les couleurs sombres, le lieu de la forêt[8], les jeux d’ombre, sont autant de stratégies iconiques visant à donner vie à la peur qui accompagne le lecteur pendant le récit, comme dans toute bonne histoire de vampire. Confronté à cette émotion primaire, le jeune lecteur peut alors l’apprivoiser «car c’est amusant de se faire peur, à condition que ce ne soit  pas  quelque  chose  de  terrifiant»[9]. Et c’est là qu’entre en jeu la narration textuelle, atténuant la peur transmise par les images : alors que l’on voit ce château effrayant, le texte nous présente un évènement heureux et attendrissant, la naissance d’ « un petit vampire qu’on appela Vladimir», non sans une certaine touche d’humour : «Il mordit tout le monde autour de lui.- Aïe ! fit sa mère –Aïe ! fit son père – Aïe ! Aïe ! Aïe ! firent ses grands-parents. Comme il est mignon !». De la même manière, les courses poursuites effrayantes en forêt se transforment en jeux entre amis : «Vladimir n’arrivait jamais à les mordre vraiment, car ils étaient bien trop rapides et trop malins pour se faire attraper». L’arrivée du vampire dans un village, pour essayer d’aller mordre ses habitants, scène terrifiante en soi, devient un jeu «-Sortez de vos cachettes, que je vous morde un peu !». Le lecteur se rend compte que finalement, il ne fait pas si peur que cela, ce vampire en devenir, en tous cas bien moins que les enfants qu’il croise dans le village : «J’ai vu des enfants ! raconte Vladimir. […] ils ont l’air méchant»  (Figure 2A). Cet humour donne au jeune lecteur le moyen de mettre sa peur à distance et d’oser tourner la page. D’ailleurs, Vladimir ressemble à un enfant qui joue à faire peur, avec la position typique des bras levés, doigts recroquevillés (Figure 2B). Le jeune lecteur peut alors s’identifier à cette situation qu’il a déjà du vivre. L’auteur lui permet donc de jouer à se faire peur, pour apprivoiser son émotion[10].

Figure 2. La peur est mise à distance par le jeu. Détails. A. Les enfants du village sont en fait bien plus effrayants que le vampire en devenir. Cet échange de grimace s’apparente au final à jouer à se faire peur. B. Position typique d’un enfant jouant à faire peur, bras levés et doigts recroquevillés. Crédit photos : Charlotte Duranton.

Solotoreff donne aussi une autre stratégie pour aider le jeune lecteur à surmonter sa peur : le pouvoir de l’amitié. Ainsi, l’on voit que Vladimir a créé des liens forts avec des amis improbables, « un loup, un écureuil, une renarde, un lapin et un rat» [11]. Ils l’accompagnent dans ses aventures, traversent la forêt avec lui jusqu’à l’orée du village : «Nous t’attendons ici, pour être un vrai vampire, tu dois être tout seul. Appelle nous seulement si tu es en danger», puis l’aident à rentrer au château avant le levé du jour. Le lecteur retient que l’amitié permet de surmonter ses peurs, et se demande finalement si ces amis ne sont pas en fait les peluches qui prennent vie dans l’imaginaire de chaque enfant qui joue au vampire, n’étant là que pour le rassurer après une expérience vive en émotion[12].

 

Travailler autour de la peur est aussi un moyen pour l’auteur de donner du rythme à son récit : «la  peur,  c’est  d’abord  un  ressort  de  fiction […] qui  permet  de  se  poser  une  question  :  qu’est-ce  qui  va  arriver  ? […] À l’échelle des enfants, la peur peut être juste la question de ce qui va se passer  à  la  page  suivante,  c’est  déjà  un  enjeu  narratif»[13]. En effet, il apparait clairement que cet album est construit, mis en scène pourrions nous même dire, à la façon d’un film. L’on ressent fortement l’influence cinématographique de l’auteur[14] dans les changements de plan qu’il fait à chaque double page,  avec des vues en plongées à effet dramatique ou des plans larges qui rappellent ceux des films de super héros  (Figure 3). L’auteur crée un véritable suspens qui grandit avec la peur, au fur et à mesure de la tourne de page. Le lecteur impose alors le rythme du récit «dans l’action plutôt que la contemplation », car pour l’auteur «la rapidité, l’élan, sont des éléments clés d’un bon album. Je souhaite qu’une double page invite à passer à la suivante»[15].

Figure 3. Illustrations d’inspiration cinématographique. Vues en plongées et plans larges créant des effets dramatiques forts. Chaque nouvelle double page représentant une nouvelle scène, une nouvelle étape du récit initiatique du petit vampire. Crédit photo : Charlotte Duranton.

 

Ce rythme se retrouve aussi dans la peur liée au décompte du temps qui passe : le petit vampire doit rentrer chez lui avant le lever du jour, au risque de mourir. Cela est d’abord retranscrit par le déplacement de Vladimir vers la droite, de la forêt au village des humains, puis vers la gauche lorsque le groupe d’amis rentre précipitamment au château avant le lever du jour[16]. Le personnage progresse au sein de l’histoire[17], à l’image de la tourne de page : le lecteur avance dans sa lecture comme le petit vampire dans ses aventures. Cela permet de plus au lecteur de découvrir des couleurs qui changent au fil des doubles pages : du noir de la nuit au bleu, puis au violet, au rose, pour finir par le jaune du soleil, aveuglant. La nuit et ses couleurs sont présentées comme rassurantes, alors que le jour est menaçant, pouvant provoquer la mort du héros (Figure 4). Ce procédé permet à l’illustrateur de «travailler la lumière, la couleur […] pour exprimer une durée»[18]. S’ajoutent à tout cela les jeux d’ombre de l’auteur, grandissant les personnages, leur donnant du relief, de la vie. Solotareff utilise aussi beaucoup d’instants quelconques, représentant des instantanés de chaque étape de l’aventure de Vladimir.

Figure 4. Jeux de couleurs pour représenter le temps qui passe. Ici, l’on joue avec insouciance dans le bleu sombre de la nuit, et l’on est ébloui, terrifié par le jaune du soleil levant. Crédit photos : Charlotte Duranton.

Ces images qui ne cherchent pas « à rendre l’illusion du mouvement » mais bien à «diffuse[r] un instant» [19], participent pleinement à la représentation du temps dans l’album. Ces procédés permettent de «s’attacher à rendre vraisemblable [le] récit fantastique»[20] et rendent réelle la peur sous-jacente à ce genre.

Ce qui participe plus encore à la volonté de rendre cette histoire de vampire vraie, c’est l’intericonicité présente dans l’album, qui joue encore une fois avec la peur du lecteur. Tout d’abord adressée à l’enfant : les amis du vampire, le loup et le lapin, ressemblent fortement à Loulou et Tom, personnages récurrents de l’auteur[21].  Ce clin d’œil que de nombreux enfants reconnaitront au vue du succès international de la série Loulou, va permettre aux jeunes lecteurs d’évoluer en terrain connu. Loulou, s’il est un loup, est en fait très gentil et ami avec un lapin. L’enfant se dit alors qu’il ne faut pas se fier aux apparences, que ce vampire n’est pas si méchant, et la peur  éprouvée « dans  un  fauteuil,  quand  on  lit  avec  ses  parents»[22], devient alors créatrice de souvenirs émotionnels forts dans ce moment de lecture bien réel.

Enfin, la recherche de véracité touche aussi le lecteur adulte, par une intertextualité complétée d’une intericonicité très frappante. En effet, Grégoire Solotareff fait une référence approfondie au mythe des vampires. Le vampire le plus emblématique dans le monde est Dracula, personnage du roman épistolaire éponyme de Bram Stoker, qui s’est inspiré d’une personne réelle. Dracula est en effet le surnom de l’empereur Vlad Tepes, qui a véritablement existé[23]. De là à imaginer que Vlad est le diminutif de Vladimir… il n’y a qu’un pas.  L’intertextualité de l’album prend alors tout son sens : «en mêlant les personnages historiques et les inventions littéraires, le narrateur souligne sa volonté de brouiller les frontières entre réalité et fiction dans son récit»[24]. Cela est confirmé par une intericonicité plus que claire dans la dernière double plage de l’album, où l’on voit une référence visuelle au film Nosferatu. Sur l’illustration représentant les parents de Vladimir dans un escalier, l’on reconnait le même escalier, les mêmes silhouettes aux longues oreilles et aux longs doigts que le vampire Dracula[25] dans l’affiche du film (Figure 5). L’on comprend alors qu’ils doivent être les parents de Dracula (Vlad – Vladimir, donc), qui a grandi dans ce manoir. Tout se passe donc comme si Solotareff nous avait fait part de l’histoire de l’enfance de Dracula, le vampire originel. Une biographie, en quelque sorte, de ce personnage si terrifiant pour les adultes, qui nous apparait alors attendrissant, voire même attachant. Les dernières lignes de l’album, pleines d’humour, s’adressent au double lectorat : «C’est ta première leçon, dit le père. Les enfants n’ont pas peur des vampires, ce sont leurs parents qui claquent des dents. » Le lecteur adulte se dit que c’est surement pour cela que dans les films ou séries de vampire, les enfants ne sont pas inquiétés ; et le jeune lecteur termine quant à lui ce livre rassuré. Le lecteur adulte voit aussi la mise en abyme de sa propre peur : l’intericonicité de l’œuvre laisse s’immiscer chez lui la possibilité que l’histoire qu’il vient de raconter soit vraie.  L’auteur a donc revisité le mythe du vampire tel qu’on le connait, afin de l’ancrer dans la réalité en lui donnant une dimension historique certaine.

Figure 5. Intericonicité avec le film de vampire Nosferatu. Crédit photos : Charlotte Duranton.

 

L’on peut ainsi conclure en affirmant être ici dans le cas de références littéraires et cinématographiques qui n’appartiennent pas à la littérature de jeunesse, qui «semblent s’adresser à un jeune lecteur […] tout en visant un autre lectorat, plus sagace, plus cultivé, plus en connivence intellectuelle avec l’auteur»[26].  C’est donc un album qui permet au jeune lecteur de découvrir l’univers des vampires et au lecteur adulte de compléter un chainon manquant dans les mythologies vampiriques. Comme l’indique Danielle Dubois-Marcoin, «l’usage proliférant de références littéraires et culturelles, parfois très érudites voire ésotériques» fait de cet album une œuvre contemporaine moderne[27]. Grégoire Solotareff brille encore une fois par la complexe simplicité de son œuvre, touchant de façon pertinente son double lectorat. Il crée de la connivence avec petits et grands grâce à une double narration iconique aboutie. Le mythe du vampire est réinvesti par l’auteur, littéralement mis en ombre et lumière, entièrement revigoré[28], pour en faire un conte cinématographique puissant, véritable leçon de vie pour les petits, d’histoire pour les grands. Une histoire de vampire est un album qui joue sur la peur mais aussi sur le temps, inscrit dans le passé comme dans le futur[29]. Mais il est surtout ancré dans le présent, au rythme d’une tourne de page apprivoisant la peur, cette émotion intemporelle qui regroupe petits et grands autour d’un moment de vie, tout simplement.

 

[1] Nathalie Prince, La Littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2010, p.131.

[2] https://www.ecoledesloisirs.fr/sites/default/files/auteurs_pdf/atelierdegregoiresolotareff-bdef.pdf

[3] Sophie Van der Linden, Lire l’album, 2007, Atelier du poisson soluble, p.40.

[4] Claude-Anne Parmegiani. « Comment les livres d’images ont cessé d’être sages », dans La Revue des livres pour enfants, 163-164, 1995, p.48

[5] Gregory Solotareff représente souvent un portrait de son personnage principal sur la page de couverture, voir par exemple : Mathieu, Ecole des Loisirs, 1990 ; Méchant petit prince, Ecole des Loisirs, 2013 ; Le chat rouge, Ecole des Loisirs, 2014.

[6] Adèle de Boucherville, L’atelier de Grégoire Solotareff, Paris, Ecole des Loisirs, 2019. https://www.ecoledesloisirs.fr/sites/default/files/auteurs_pdf/atelierdegregoiresolotareff-bdef.pdf

[7] Sophie Van der Linden, Lire l’album, 2007, Atelier du poisson soluble, p.124.

[8] La forêt est un lieu cher à Grégoire Solotareff, notamment pour ce qui est de parler de la peur et de son apprivoisement chez le jeune lecteur. On la retrouve ainsi dans son film Loulou et autres loups (2003), dans son album Jeanne et Jean, Ecole des Loisirs, 2016, ou encore dans son livre La vie secrète de la forêt, Ecole des Loisirs, 2019.

[9] Adèle de Boucherville, L’atelier de Grégoire Solotareff, Paris, Ecole des Loisirs, 2019. https://www.ecoledesloisirs.fr/sites/default/files/auteurs_pdf/atelierdegregoiresolotareff-bdef.pdf

[10] Procédé déjà utilisé par Grégoire Solotoreff dans Jeanne et Jean, Ecole des Loisirs, 2016.

[11] Procédé cher à Gregoire Solotoreff, comme par exemple Loulou qui devient ami avec un lapin (Loulou et autres loups, 2003) ou encore Titi la souris danseuse qui devient amies avec de jeunes souriceaux  d’égouts (Titi à Paris, Ecole des Loisirs, 2008), ou encore le recueil récent Histoires d’Amis (Ecole des Loisirs, 2017). Voir l’interview de l’auteur : « ce sont des histoires de rencontres qui ne devaient pas se faire, d’amitiés impossibles, des histoires d’enfants solitaires et magiciens qui défient le monde des adultes »  https://www.ecoledesloisirs.fr/auteur/gregoire-solotareff.

[12] A l’image d’Ana Ana qui est toujours accompagnée de ses six doudous (un pingouin, un ours, un lapin, un renard, une baleine et un monstre vert) dans ses nombreuses aventures. Voir la série (15 volumes) Ana Ana, d’Alexis Dormal et Dominique Roques, Paris, Dargaud Jeunesse.

[13] Adèle de Boucherville, L’atelier de Grégoire Solotareff, Paris, Ecole des Loisirs, 2019. https://www.ecoledesloisirs.fr/sites/default/files/auteurs_pdf/atelierdegregoiresolotareff-bdef.pdf

[14] Grégoire Solotareff a déjà réalisé plusieurs films d’animation, pour lesquels il a reçu des prix, comme Loulou et autres loups (2003), U (2006), et Loulou, l’incroyable secret (2013).

[15] Adèle de Boucherville, L’atelier de Grégoire Solotareff, Paris, Ecole des Loisirs, 2019. https://www.ecoledesloisirs.fr/sites/default/files/auteurs_pdf/atelierdegregoiresolotareff-bdef.pdf.

[16] Puis vers la gauche lorsque le groupe d’amis rentre précipitamment au château avant le lever du jour.

[17] Voir Sophie Van der Linden, Lire l’album, 2007, Atelier du poisson soluble,  p.114.

[18] Ibid, p.105.

[19] Sophie Van der Linden, Lire l’album, 2007, op.cité, p.103.

[20] Ibid.

[21] Loulou est un loup qui est ami avec un lapin, Tom. On peut découvrir leurs aventures dans les œuvres suivantes de Grégoire Solotareff : 1/ Albums : Loulou, L’École des loisirs, 1989 ; Loulou plus fort que le loup, L’École des loisirs, 2010 ; Loulou à l’école des loups, L’École des loisirs, 2011 ; 2/Films : Loulou et les autres loups, 2003 ; Loulou, l’incroyable secret, 2013.

[22] Adèle de Boucherville, L’atelier de Grégoire Solotareff, Paris, Ecole des Loisirs, 2019. https://www.ecoledesloisirs.fr/sites/default/files/auteurs_pdf/atelierdegregoiresolotareff-bdef.pdf

[23] et grandit en Transylvanie, pays d’origine des vampires selon le mythe.

[24] Cours L’album, formes et enjeux, Eléonore Hamaide-Jager et Florence Gaiotti, Master Littérature d’Enfance et de Jeunesse, Université d’Artois, p.54.

[25] Nosferatu représente en fait Dracula. En effet, la première adaptation du livre Dracula de Bram Stoker est le film « Nosferatu le vampire », réalisé par Friedrich Murnau en 1922. A cause des droits d’auteur, le réalisateur a changé les noms de tous les personnages. Cependant dans  Nosferatu, fantôme de la nuit , réalisé par Werner Herzog en 1979, tous les personnages retrouvent les noms qu’ils portent originellement dans le roman, et le vampire s’appelle donc bien Dracula.

[26] Voir le cours L’album, formes et enjeux, Eléonore Hamaide-Jager et Florence Gaiotti, Master Littérature d’Enfance et de Jeunesse, Université d’Artois, p.47 et Gilles Béhotéguy, « Des romans ludiques et savants dans la littérature française contemporaine pour la jeunesse. Écrits pour les adultes, écrits pour les enfants ? »,  Nous voulons lire, n° 180, juillet 2009, p.31.

[27]  Voir le cours L’album, formes et enjeux, Eléonore Hamaide-Jager et Florence Gaiotti, Master Littérature d’Enfance et de Jeunesse, Université d’Artois, p.49 et Danielle Dubois-Marcoin, « Le labyrinthe des autres mondes dans l’album pour la jeunesse », Cahiers Robinson, n° 17, 2005, p.103.

[28] Selon l’expression du cours L’album, formes et enjeux, Eléonore Hamaide-Jager et Florence Gaiotti, Master Littérature d’Enfance et de Jeunesse, Université d’Artois, p.49.

[29] La force de l’intericonicité crée «deux temporalités, celle de l’image en train d’être lue, dans le présent, et celle d’une image déjà connue ou à faire advenir, tournée vers deux extrémités, le passé et le futur de la lecture», tel qu’indiqué dans le cours L’album, formes et enjeux, Eléonore Hamaide-Jager et Florence Gaiotti, Master Littérature d’Enfance et de Jeunesse, Université d’Artois, p.47.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlotte Duranton (3 mai 2023). Hybrides et animaux : apprivoiser la peur dans Une histoire de vampire. Môments Animaux. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rljn


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Céline Guilleux dit :

    Chère carnetière,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une du portail fr.hypotheses.org.

    Bien cordialement,

    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search