Une (re)visite au Zoo de Michel Butor, initiation à l’onirisme poétique

Figure 1 : Couverture réalisée par mes soins à partir de : Butor Michel, Olivier Tallec, Zoo, Rue du Monde, coll. « Petits Géants », 2001.

Les animaux peuplent les univers enfantins, et la poésie n’échappe pas à la règle. Parmi les thématiques animales, la visite au zoo est un motif classique, notamment parce que la petite enfance est associée à la découverte des espèces animales et de leur diversité.  L’album-poème Zoo, de Michel Butor et Olivier Tallec [2] revisite cette thématique, en l’imprégnant d’un message sur l’onirisme et les liens étroits entre poésie et rêve.

Cet ouvrage, paru en 2001 chez Rue du Monde, s’inscrit dans la dynamique de sa collection « Petits Géants », qui regroupe des albums-poèmes, qui sont, comme leurs noms l’indiquent, des objets hybrides et transitionnels. Ces petits livres « où les petits et les géants se rencontrent pour se raconter une histoire »[3] cherchent en effet à offrir « un univers poétique transitionnel »[4] entre comptines et poésie, et proposent à leurs jeunes lecteurs une expérience poétique à partir de « matériaux linguistiques et culturels familiers »[5]. L’illustration se met au service de cette vocation et enrichit la lecture « d’un point de vue formel [et] interprétatif »[6]. Nous allons voir ici comment Zoo, en sa qualité d’album-poème, amène, par le texte et l’image, son lecteur à expérimenter le pouvoir transfigurateur, onirique et échappatoire de la poésie, autour de la thématique enfantine de la visite au parc zoologique. Nous nous intéressons d’abord à la manière dont l’ouvrage apprivoise le jeune lecteur, avant de nous pencher sur l’expérience poétique qu’il lui propose.

 

Zoo s’adresse à de très jeunes enfants. Il convoque une série de motifs familiers, qui résonnent avec l’univers que l’on prête à ce public. Comme son titre le suggère, l’album-poème propose une incursion dans un zoo, à la rencontre des animaux. Cette thématique est à la fois habituelle et attrayante pour le jeune lecteur. Comme le rappelle Régine Atzenhoffer, un lien indéfectible entre enfant et animal s’est établi dans la culture occidentale et on construit, encourage et constate « une appétence du regard enfantin pour les animaux […] [qui] charment de jeunes, voire très jeunes lecteurs. »[7] L’animal habite la littérature de jeunesse, Jean-Pierre Siméon en fait lui aussi le constat dans La Vitamine P, et va jusqu’à interroger la pertinence de « la surreprésentation du monde animal dans la parole adressée aux enfants… »[8] Zoo convoque donc un thème phare de la littérature et de la poésie pour la jeunesse, qui fascine et parle à son lectorat.

La forme de cet ouvrage participe également à séduire et rassurer les lecteurs. L’album est en effet le support incontournable de la littérature adressée aux plus jeunes. Zoo, avec son petit format carré et sa couverture rigide, semble adapté aux mains des petits. Ce petit carnet, qui a, par son gabarit, quelque chose d’intime, rappelle les abécédaires et bestiaires que les enfants connaissent bien. Ces ouvrages associant une image à un mot sont souvent le support de l’apprentissage du nom des animaux. Sur le même principe, les illustrations de Zoo, qui s’adresse principalement à des non-lecteurs, permettent à l’enfant de faire correspondre les mots qu’il entend aux images qu’il voit. Ce zoo est une collection d’animaux. Chacun est le représentant de son espèce, désigné avec un article défini et mis en relation avec son milieu naturel. On constate ce qu’Isabelle Nières-Chevrel identifie dans de nombreux autres albums présentant des animaux : « l’image vient redoubler [la] lisibilité narrative en privilégiant une représentation de profil (ce qui augmente le nombre de traits distinctifs) »[9]. Le poème propose donc à l’enfant d’appréhender et d’ordonner le monde animal, qui est condensé dans les pages de ce petit album.

Figue 2 : « Animaux colorés », Zoo.

La multiplicité d’animaux convoqués permet aussi à l’illustrateur de proposer un univers enfantin, avec des animaux hauts en couleur et riches en texture, attirant l’œil du jeune lecteur. Comme l’explique à nouveau I. Nières-Chevrel : « l’apport des images ne se réduit pas à cette fonction de lisibilité. Les espèces animales offrent une plasticité, une diversité de formes et de couleurs – donc une fantaisie graphique – sans commune mesure »[10]. Les animaux d’Olivier Tallec sont peints à la gouache et reconnaissables à leurs traits distinctifs, mais ils sont géométrisés et colorés. Zoo offre ici des animaux identifiables mais intrigants en partie transformés par le regard poétique et enfantin.

Le texte rappelle les comptines, ce qui semble être un point commun des ouvrages de « Petits Géants »[11]. Le poème de M. Butor crée une forme d’énumération, comme les enfants les aiment : à l’exception des vers liminaires, le poète répète la même structure qui juxtapose un animal et ce à quoi il rêve : « Le rhinocéros à ses troncs d’arbres / L’hippopotame, à des lacs clairs » (p. 4). L’impression de liste est renforcée par le découpage fixe de l’album, qui présente deux animaux (deux vers) par double page, et où la tourne de page instaure un rythme de scansion. Zoo mobilise donc, par sa thématique, son format et sa structure, un univers qui parle et plaît aux plus jeunes.

 

La nature transitionnelle que se donne la collection « Petits Géants » met ces éléments familiers au service d’une expérience poétique.

L’animal qui est une figure phare de l’album, participe à cette transition, puisqu’il habite aussi la poésie.[12] Les bêtes, connues et appréciées du lecteur, ne portent pas ici de « masques d’hommes »[13] et il est amené à les rencontrer et à découvrir leurs intériorités et leurs rêves via la poésie.

Le zoo est le départ d’un tour du monde. Les animaux, présentés par duo, composent des associations parfois naturelles (le chameau et la girafe (p. 6-7)), parfois antithétiques et surprenantes (l’aigle et le phoque (p. 14-15)). Cette succession et ces juxtapositions restructurent et dépassent les limites du réel.

La lecture de Zoo est aussi l’occasion d’une expérience sensorielle. Les rêves des animaux sont faits de sensations, qu’elles soient auditives (« oasis tintant » « craquement de feuille », p. 6 et 8.), visuelles (« pelages passant dans des rayons de lunes », « traces dans la neige », p. 11-12.), tactiles (« coups de vents » « archipels mouvants », p. 14-15.), ou gustatives (par l’évocation d’aliments appréciés par les animaux comme « fougères » ou « bananiers », p. 6, 8 et 13). Le monde ainsi construit convoque des visions originales et poétiques telles qu’un « océan d’herbe » (p. 6) ou une « cascade poissonneuse » (p. 9) qui sont reprises par l’illustration. L’album conduit son lecteur vers un monde enrichi et transformé par la poésie.

Cette dernière emmène le lecteur en voyage, et agit aussi sur les personnages du poème. Les animaux, qui rêvent à leurs milieux naturels dans le texte, y sont transportés par l’image.

Le dromadaire retrouve le désert et la panthère, la jungle. La poésie semble libérer les animaux. Lorsque l’on met l’album à plat (Figure 3), on constate que cette ambition est annoncée dès le seuil : la première de couverture montre un éléphant derrière des barreaux, alors que l’ours qui lui fait face, au dos, semble être en dehors de sa cage.

Figure 3 : « Libérés par la poésie », Zoo, couverture.

Cependant, comme pour rappeler le caractère éphémère du voyage, quelques traces de la captivité resurgissent çà et là dans les illustrations, comme le panneau « zoo » qu’on aperçoit entre les dunes (p. 6) ou les troncs qui ressemblent à des barreaux (p. 4-5). Les songes des animaux semblent empreints de nostalgie, tout comme ceux des fils des gardiens qui renvoient aux vacances d’été. On pourrait y voir une dénonciation de la captivité, mais le message sur la souffrance animale et la tonalité triste que l’on peut trouver à cet album sont laissés à l’interprétation des lecteurs [14] : diverses lectures restent possibles, comme en témoigne une étude de Christine Boutevin [15]. La captivité est cantonnée aux seuils du poème et de l’album, comme un départ et un retour à la réalité. Entre-temps, place à une exploration onirique, sensorielle et poétique du monde. Zoo apparait comme une ode à la poésie, qui libère et transforme le réel.

Figure 4 : « Les enfants des gardiens », Zoo.

La fin de l’album-poème souligne et sublime son message sur le pouvoir performatif de la poésie. Le dernier vers de M. Butor, qui évoque les « enfants des gardiens » (p.16) semble porter un message antispéciste : excepté le pluriel, l’humain est traité comme les autres animaux, avec la même construction de vers. L’illustration et le découpage lui donnent une autre portée en rompant la structure établie jusque-là. Alors qu’une double-page abritait deux vers, deux doubles-pages sont consacrées à celui-ci : elles montrent d’abord un garçon assis sur une chaise face à une cage, avec les mots « Les enfants des gardiens… », puis, il est comme téléporté sur le pont d’un bateau où deux palmiers poussent dans un tas de sable, accompagnés de la fin du vers : « … à la plage » (Figure 4). Ces illustrations finales révèlent ce que l’image a sous-entendu tout au long de l’album : le poème a transporté l’enfant, comme il a transporté les animaux. Ce message s’étend aussi au lecteur : la poésie est un bateau, qui l’emmène là où il rêverait d’être, et transforme la réalité au gré des mots.

 

Zoo est un album illustré, qui parle d’animaux et qui propose une liste rythmée à la façon d’une comptine. Ces éléments familiers rassurent le lecteur et l’accompagnent dans l’expérimentation de la poésie, à la découverte d’un nouveau monde sensoriel et onirique. L’image et le découpage enrichissent la voix du texte d’un nouveau message : ils exposent et concrétisent le pouvoir échappatoire et performatif de la poésie. Zoo propose au lecteur de vivre et de constater la force de la poésie, qui transfigure le monde au gré des mots.

[1] Voir Jean-Pierre Siméon, « La poésie c’est le rêve ? », La vitamine P, Rue du monde, coll. « Contre-allée », 2012, p. 33.

[2] Michel Butor, Olivier Taillec, Zoo, Rue du Monde, coll. « Petits Géants », 2001.

Nota : l’album ne comportant pas de pagination, nous utiliserons ici une pagination artificielle commençant à la page de titre.

[3] Slogan de la collection « Petit géant » voir Ibid., quatrième de couverture.

[4] Éléonore Hamaide, Isabelle Olivier, « L’enfant, les comptines et le langage », Poésie et Poésie scolaire, (cours de Master 2 recherche Lettres « Littératures d’enfance et de jeunesse », semestre 1,), p. 12.

[5] Ibid., p. 13.

[6] Ibid.

[7] Régine Atzenhoffer, « “Je me sers d’animaux pour instruire les hommes” : le personnage-animal dans la littérature d’enfance et de jeunesse contemporaine », E-Scripta Romanica, n° 4, décembre 2017, [en ligne] URL : https://czasopisma.uni.lodz.pl/escripta/article/view/4194, p. 7.

[8] Jean-Pierre Siméon, op.cit., p. 151.

[9] Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, Paris, Didier Jeunesse, 2009, p. 151.

[10] Ibid.

[11] Éléonore Hamaide, Isabelle Olivier, op.cit.

[12] « le paysage poétique reste celui où l’animal se meut avec noblesse […] [et] discrétion » Éliane DalMonin, « Leçon de “choses” poétique », in Alain Romestaing et Alain Schaffner (éds), Histoires Naturelles des animaux XXe – XXIe siècles, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2016, p. 103.

[13] Isabelle Nières-Chevrel, op.cit.

[14] Ils y accorderont plus ou moins d’importance selon leur sensibilité et leur perception.

[15] Christine Boutevin, « Interactions verbales et lectures subjective : échanges en formation autour de “Zoo”, un poème de Michel Butor », in Nathalie Brillant-Ranmou, Etre et devenir lecteur(s) de poèmes : De la poésie patrimoniale au numérique, Presses universitaires de Namur, 2016.



Citer ce billet
Anaïs Perrin (2023, 5 avril). Une (re)visite au Zoo de Michel Butor, initiation à l’onirisme poétique. Môments Animaux. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rljm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search