Un chien poète dans l’arbre qui pense

 

L'arbre qui pense

 

La collection « Petits Géants » des éditions Rue du Monde est caractérisée par le format du poème-album, et s’adresse au très jeune lecteur. Les petits livres carrés créent une sensation d’intimité qui met l’enfant en confiance. En effet, les albums de cette collection sont en général le premier contact des tout-petits avec la poésie : pour qu’ils la découvrent avec plaisir, il convient donc de leur en préparer une exploration rassurante. C’est le cas du poème L’arbre qui pense, dont la relation texte-image s’inscrit dans la tradition de l’oralité que l’on retrouve dans les œuvres qui plaisent à ces enfants. Nous verrons que les images mettent en voix le texte par des effets de lecture rythmés, et qu’elles permettent au jeune lecteur de s’approprier le poème en étant acteur de son sens, véritable mise en vie du texte poétique.

Dans l’album-poème, l’image, tout autant que le texte, est poésie : ils racontent la même histoire, non pas dans un rapport de subordination de l’un envers l’autre, mais bien d’interdépendance. Ils résonnent ensemble[1] et forment « un espace de représentation conçu comme une unité »[2]. L’image est donc « indispensable à la construction du sens » du poème, et devient iconotexte plutôt qu’illustration, car « texte et image sont liés du point de vue visible/visuel, structurel/formel et sémantique »[3]. Ici, la simple page n’a plus d’existence : ne subsiste que la double page permettant de voir de manière simultanée texte et image (Figure 1) et construisant l’album-poème autour d’une structure binaire qui rythme la tourne de page, basée sur une alternance de questions de deux types.

Figure 1 : Première double page du poème album. L’image ponctue le texte, et ces points d’interrogation soulignent le questionnement de l’enfant. Crédit photo : C. Duranton.

Tout d’abord apparaissent les questions que le poète se pose en marchant, au début de chaque strophe. Elles parlent de tout ce qu’il croise dans la rue et se glissent dans ce qu’il y a de plus prosaïque : un arbre, un chien, les pavés… (Figure 1). Elles ont la particularité d’être ponctuées par l’image, soulignant son rôle d’iconotexte. Les points d’interrogation, qui manquent au texte, se cachent dans la fugacité de la fumée de cheminée, du jet d’urine du chien, des gaz qui sortent du pot d’échappement des voitures, ou du vent dans l’écharpe du poète (Figure 2). Ils ponctuent le texte et indiquent son intonation ascendante, l’aidant à prendre vie. Leur caractère éphémère illustre l’aspect papillonnant de la pensée des enfants, qui s’interrogent sur tout ce qu’ils voient, et dont les questions sont souvent remplacées par d’autres avant même d’avoir obtenu une réponse.

Ces questions sont visuellement associées aux tons rouges et ocre, rappelant la terre, le concret, et symbolisant leur ancrage dans la réalité. Cela est renforcé par l’allitération[4] en [p] qui s’y trouve : « L’arbre qui pense/ les pieds dans sa grille/ que pense-t-il », « Le chien qui pense/ la patte en l’air/ que pense-t-il », « Le pavé qui pense/ le ventre poli de pas/ que pense-t-il ». Cette allitération dépasse son rôle fonctionnel mnémotechnique et crée une véritable harmonie imitative des bruits de la rue, des pas des passants sur les pavés, et de ceux du poète qui se promène. L’enfant est bercé par ces sons rythmiques qu’il ressent dans son corps à chaque prononciation.

Figure 2. L’image iconotexte : les points d’interrogation éphémères de l’image ponctuent le texte et donnent le plein sens de chaque strophe. Crédit photos : C. Duranton.

Les deuxièmes questions sont quant à elles plus rhétoriques. Non ponctuées par l’image, elles n’appellent pas de réponse car, nous allons le voir, elles sont réponses. Elles jouent sur la répétition « oh ça oh mais ça oh mais ça/ à quoi pense-t-il » (Figure 3) et ont la particularité d’être toutes identiques, constituant un refrain. Elles jouent sur les sons ouverts, utilisant des onomatopées uni-syllabiques faciles à marquer en tapant des mains. Leur aspect répétitif les rend simples à retenir, comme une comptine qu’on récite à voix haute. Ces questions sont associées aux tons bleus du ciel ou de la mer, qui symbolisent la légèreté d’un corps qui vole/flotte, porté par les courants (Figure 3). Ce choix de couleur est une métaphore du lâcher prise de l’esprit, indispensable pour donner libre court à l’imagination. L’unité texte-image prend ici encore plus de sens : le poète donne ses propres réponses aux questions précédentes, de manière visuelle et sémantique. A quoi pensent-ils tous, dans cette ville triste et bétonnée ? Ils pensent à l’ailleurs de la nature : l’arbre s’imagine jouant avec des oiseaux ; le chien, coursant des poissons-chats ; et les pavés rêvent de parcourir le monde à leur tour.

Figure 3. Le refrain est rythmé par les onomatopées de surprise et les tons bleus, qui symbolisent la force de l’imagination. Crédit photos : C. Duranton.

Ce langage commun de l’image et du texte joue sur l’oralité et la musicalité. On retrouve un rôle fonctionnel de communication, que ce soit par l’échange réel (adulte-enfant), ou fictif (narrateur-enfant ou enfant-animaux). Mémoriser et réciter cette comptine au rythme binaire, « qui se déroule comme une petite mécanique »[5], est rendu possible par l’action conjointe du texte, de l’image, et de la tourne de page : une unité double page – question – rouge / une unité double page – réponse – bleu. Ce jeu de question réponse est très réussi : pour mettre en pratique cette interprétation quant à la réception du poème, j’ai fait l’expérience de le lire avec ma fille de 5 ans. J’ai bien observé qu’après chaque question sur fond rouge, dès la tourne de page, elle répondait d’elle-même en utilisant les images bleues comme réponses : « il pense à nager avec les poissons » ou « il pense à la lune », a-t-elle par exemple spontanément dit, dans une démarche active de construction de sens.

Ce rythme simple rassure l’enfant et lui permet de structurer sa pensée tout en laissant libre cours à son questionnement du monde[6]. Les « Oh ça oh mais ça » rappellent le langage oral des petits : les « oh, ça alors ! » ou « mais ça alors ! » de surprise qu’un enfant peut exprimer lorsqu’il découvre quelque chose de surprenant. On retrouve bien la fonction première de la poésie, qui crée de l’émotion pure avec la mise en rythme des mots : ce refrain qui joue sur les sonorités ouvertes traduit donc l’étonnement, la découverte, la compréhension d’une nouvelle chose.

On entre en effet dans les interrogations propres à l’enfant (et au poète) sur les mystères de la vie. Les énumérations (lisibles/visibles : arbre, chien, pavé, humain) représentent les différentes parties d’un tout : le vivant. Elles permettent à l’enfant de s’interroger sur sa place dans le monde. Les nombreuses personnifications présentes dans la relation texte-image touchent le lecteur et le questionnent. Un arbre qui sourit et pense ? Un pavé qui a un ventre ? Des nuages qui voient ? Les « mais » du refrain deviennent porteurs de sens : « mais en fait, ils peuvent penser ? ». L’apprenti poète découvre que les autres formes de vie peuvent effectivement réfléchir. Il accède à ce qu’on appelle la théorie de l’esprit : il comprend que les autres ont leurs propres pensées et ressentis[7]. L’outil poème-album est le parfait vecteur pour que l’enfant construise ce nouveau rapport à l’autre, car on sait que les jeux de langages sont essentiels dans l’acquisition de cette capacité[8].

Fort de cette compréhension nouvelle, le lecteur se demande alors vraiment : à quoi pensent-ils tous ? Deux réponses peuvent être trouvées, selon le niveau d’analyse du poème. Soit, d’une manière littérale, on comprend qu’ils pensent à un ailleurs, un univers imaginaire, qui n’a de limite que l’esprit de l’enfant-lecteur-poète. L’arbre a les pieds sur terre mais la tête dans les nuages, le pavé voyage tout autour de la Terre… Ce poème met donc en avant l’importance de l’imagination (Figure 4). Soit, d’une manière plus approfondie, on y voit un questionnement existentiel. Ce n’est pas rêver que de se dire qu’un chien pense, car cela est validé par de nombreuses études en éthologie[9], et on sait que les arbres connaissent des émotions et communiquent entre eux[10]. Ainsi, en ayant acquis la capacité de changer de point de vue, de voir le monde à travers les yeux de chaque être, l’enfant comprend qu’ils lui sont plus semblables qu’il ne l’aurait cru.

Cette impression de faire partie d’un tout est accentuée par le changement de perspective visuelle et textuelle dans la mise en abyme de la dernière strophe « voyez-moi/ là tout en bas/ qui marche et qui pense à l’arbre/ qui pense/ au chien…». L’image permet au jeune poète de se délivrer des contraintes matérielles, il peut partir explorer l’univers : après s’être interrogé sur le monde qui l’entoure et s’être laissé aller à rêver, il répond lui-même à sa question : oui, eux aussi pensent !

Figure 4. Double page finale qui met en valeur l’importance du questionnement continuel, mais aussi et surtout de la pensée et de l’imagination.

Ainsi, lorsqu’il termine sa lecture, l’enfant est devenu enfant-poète. Il a utilisé la relation texte-image du livre pour explorer et comprendre son monde en le regardant de multiples façons: la sienne, puis celle de l’arbre, du chien, du pavé, du ciel, et enfin à nouveau la sienne. La boucle est bouclée, et il peut alors se remettre en marche, sereinement, plus complet, ancré dans le monde physique auquel il appartient. Un mystère de la vie est résolu : en observant le monde, l’enfant est devenu créateur de sens, créateur de poésie.

Références

[1] Régis Lefort, « L’album-poème ». L’album contemporain pour la jeunesse. Nouvelles formes, nouveaux lecteurs ? Christiane Connan-Pintado, Florence Gaiotti & Bernadette Poulou, Pessac : Presses universitaires de Bordeaux, 2008, p. 29-38.

[2] Christine Boutevin, « Les livres de poèmes illustrés : production littéraire et lecture de quelques maitres en formation ». Pratiques [En ligne], 2017, p.175-176.

[3] Ibid.

[4] Philippe Monneret, « Allitérations, assonances, analogies », Etudes offertes à Anne-Marie Garagnon, Claire Badiou-Montferran (dir.), Paris, Editions L’Improviste, 2005, p.105-116.

[5] Eléonore Hamaide et Isabelle Olivier, cours « Poésie et Poésie scolaire », op. cit., p.8.

[6] Eléonore Hamaide et Isabelle Olivier, cours « Poésie et Poésie scolaire », op. cit., p.9.

[7] Joël Bradmetz et Roland Schneider, (1999). « La théorie de l’esprit », La psychologie de l’enfant de 2 à 7 ans (Volume 2), Paris, Presses Universitaires Franc-Comtoises, p.59-68.

[8] Edy Veneziano, « Langage dans le jeu de faire-semblant: une manière d’évaluer la théorie implicite de l’esprit chez l’enfant ?», Langage et Pratiques, 2005, 35, p.5-15.

[9] Miles K. Bensky, Samuel D. Gosling, et David L. Sinn, « The world from a dog’s point of view: a review and synthesis of dog cognition research.», Advances in the Study of Behavior, 2013, 45, p.209-406.

[10] Peter Wohlleben, La vie secrète des arbres, Paris, Editions Les Arènes, 2017.

 



Citer ce billet
Charlotte Duranton (2023, 1 mars). Un chien poète dans l’arbre qui pense. Môments Animaux. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rljl

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search