Marlaguette et le loup: modernisation d’un classique de la littérature de jeunesse

Marlaguette est un conte de Marie Colmont, publié pour la première fois en 1952. Véritable œuvre du patrimoine français[1], il raconte l’histoire de l’héroïne éponyme qui se lie d’amitié avec un loup qu’elle soigne, apprivoise et nourrit de fruits et légumes. L’animal sauvage dépérit avec ce régime alimentaire, ne convenant pas à un carnivore. Marlaguette comprend alors qu’elle ne peut pas lui demander de nier sa nature pour rester avec elle, et le laisse partir. Les deux amis ne se reverront plus, mais chacun est heureux car il sait l’autre heureux. Ce conte, par ses détails et ses illustrations, est une ode à la nature, et insiste sur l’importance d’accepter l’autre tel qu’il est. En nous basant principalement sur les illustrations de la couverture des différentes éditions et celles d’une scène particulière, nous verrons en quoi les rééditions successives de Marlaguette reflètent sa modernisation, expliquant comment le conte a évolué pour rester présent dans l’horizon de la littérature jeunesse contemporaine.

 

Figure 1. Couvertures des différentes éditions du conte Marlaguette de Marie Colmont (Crédits photos, C. Duranton): 1952, Albums du Père Castor, Flammarion, illustrations de Gerda Muller/ 1989, Castor Poche, Flammarion, illustrations de Gérard Franquin/ 1993, Les histoires du Père Castor, illustrations de GMT Productions et Studio Typhoon / 1994, Albums du Père Castor, Flammarion, illustrations de Gerda Muller / 2013, Père Castor, Flammarion, illustrations d’Olicier Tallec.

 

Des illustrations naturalistes pour informer sur le loup

La première édition de Marlaguette (1952) est illustrée par Gerda Muller (Figure 1A). L’album est de petit format, souple. La couverture est vert sapin, rappelant de façon explicite les couleurs de la forêt dans laquelle le conte se déroule. Elle met en valeur son personnage principal, Marlaguette : par son titre multicolore ressortant sur le fond sombre, et par l’illustration qui représente la petite fille rousse, avec deux tresses, une jupe rouge, se tenant près d’un loup. On pourrait y trouver là des airs du petit chaperon rouge, mais Marlaguette s’en éloigne en fait grandement, et la couverture le laisse déjà entrevoir : le loup n’a pas l’air féroce mais doux et malade, et il mange de l’herbe ! La petite fille ne semble pas le craindre, bien au contraire, elle prend soin de lui ! A l’image de l’illustration de la couverture, les dessins de Marlaguette sont colorés, vivants, chaleureux. Gerda Muller travaille avec crayons et gouaches opaques, permettant « des formes nettes et faciles à lire pour les petits »[2].

Le travail de l’illustratrice s’inscrit dans le courant de l’époque et la volonté des éditions du Père Castor de rendre la lecture plus accessible aux enfants, notamment en entrant dans les écoles et en devenant support pédagogique. Cette édition répond doublement à cette fonction. Déjà, par un texte est bien visible (noir sur fond blanc) appuyé par des illustrations qui apportent des détails sans dépasser le message premier du conte. Gerda Muller illustre les moments clés de l’histoire, afin que tous les enfants puissent la comprendre : « Il m’importe, en illustrant une histoire, que les principales scènes soient montrées, pour que de jeunes enfants, même ceux qui ne maîtrisent pas encore bien la lecture, puissent suivre le déroulement, et se « re-raconter » l’histoire tout seuls »[3]. L’autre aspect pédagogique de ce conte ressort dans le travail de l’illustratrice qui a pour but de mêler au conte, en plus de la portée morale, une portée scientifique, presque didactique. Ses illustrations naturalistes[4] représentent un loup réaliste, qui évolue dans un environnement identique à son véritable habitat naturel. On voit chez Gerda Muller une volonté explicite de partager un savoir, à l’interface avec le livre documentaire, comme elle le dit : « je combine une histoire et un peu de « vulgarisation scientifique» à hauteur d’enfant »[5],[6]. Le réalisme de ce conte[7] participe donc à la réussite de la « pénétration des milieux éducatifs et scolaires qu’a pu réaliser le Père Castor »[8].

 

Un loup dans la poche, en cassette ou en vidéo: vers une lecture autonome

Une nouvelle édition illustrée par Gérard Franquin, moins connue, a été réalisée en 1989 chez Castor Poche, Flammarion (Figure 1B). D’un format poche qui se glisse partout, elle colle à la volonté de la maison d’édition de rendre la lecture accessible pour tous. On peut emporter le livre facilement dans un cartable d’école ou dans une poche de manteau. Cette édition est dans la ligne de la précédente : réalistes, les dessins au crayonné mettent en scène une Marlaguette blonde, cette fois-ci, vêtue d’une robe rose, et un loup qui se rapproche presque du chien-loup de compagnie, faisant ressortir le lien unissant la petite fille et son ami. Gérard Franquin a suivi la volonté initiale de Gerda Muller[9] d’avoir des illustrations redondantes avec le texte, permettant aux jeunes de bien comprendre l’histoire tout en découvrant avec émerveillement une faune et une flore abondantes et mises en valeur. Notons l’originalité de cette édition d’être associée à une cassette audio, véritable modernisation permettant aux enfants d’avoir accès à l’histoire seuls, sans l’aide de leurs parents. Ici, le rôle des enfants comme lecteurices à part entière devient de plus en plus important, et tout est fait pour les  rendre autonomes dans la découverte du livre.

Cette volonté de modernisation se voit aussi dans une autre édition, celle des Histoires du Père Castor, en 1993 (Figure 1C). Nous la commenterons rapidement, car les illustrations sont extraites du dessin animé qui a été diffusé dans la série télévisée Les Belles Histoires du Père Castor[10]. La police change par rapport aux éditions précédentes afin de ne pas donner d’habitude de lecture, mais le schéma pédagogique et la mise en page sont semblables à ceux des éditions précédentes. Cependant, cette édition est originale car elle fait le pont entre support vidéo et lecture : elle a pu donner envie à des enfants qui ont connu Marlaguette par le dessin animé de retrouver leur héroïne sur papier, et ainsi leur permettre de développer le goût de la lecture.

 

Une réédition qui s’éloigne des stéréotypes sexistes

En 1994, les Albums du Père Castor font peau neuve, changent de format et rééditent une nouvelle fois Marlaguette (Figure 1D). Fait intéressant, l’illustratrice est à nouveau Gerda Muller. Cette dernière fait le choix de modifier intégralement les dessins du conte car les anciens ne lui convenaient plus[11]. Les codes couleurs restent les mêmes pour que le lecteur s’y retrouve immédiatement : un fond vert-forêt, une petite fille rousse portant du rouge, et un grand loup gris. Mais la couverture frappe par un changement important : pour la première fois dans l’histoire de l’œuvre, Marlaguette porte un pantalon et des bottes fermées. Cette tenue, bien plus réaliste et appropriée à une promenade en forêt qu’une jupe courte et des nu-pieds, est surtout moins genrée. L’héroïne est aussi vêtue d’une chemise et d’un gilet noir, comme pourrait le porter n’importe quel enfant, fille ou garçon, permettant ainsi à tou.te.s une identification. La petite fille est également moins apprêtée : ses cheveux ne sont pas tressés ni tirés, ils sont attachés en couettes avec de nombreuses mèches rebelles. Dans le livre, elle est vêtue tour à tour d’une salopette marron, de pulls noirs, de pantalons marron ou de jeans. Elle y escalade les arbres, s’agenouille dans la terre… Marlaguette n’est plus dans les clichés de la petite fille modèle, elle n’a pas peur de se salir, elle est aventurière, sûre d’elle. Cette évolution de la représentation de la fille dénote d’une vraie modernité de la part de Gerda Muller. Cette édition reste cependant toujours dans la même ligne éditoriale du Père Castor, et l’on y retrouve les codes de la collection, qui semblent immuables : des écritures noires sur fond blanc et des dessins en vignettes.

 

 

Une modernisation qui lutte contre la violence éducative

Figure 2. Photos de l’illustration du texte « Qui fut bien furieuse ? Marlaguette. Elle donna au loup une sérieuse fessée » en fonction des différentes éditions du conte Marlaguette de Marie Colmont.

 

C’est avec la dernière édition de Marlaguette, publiée en 2013, illustrée par Olivier Tallec, que l’on voit un véritable changement éditorial dans l’illustration du conte, reflet de l’évolution du rapport entre images et textes (Figure 1E). Le Père Castor se réinvente encore : l’album est d’un plus grand format, il n’est plus aussi facilement transportable. Mais ce qui frappe surtout c’est que, pour la première fois, la couverture n’est pas verte mais jaune. Marlaguette n’est pas habillée en rouge ou rose foncé, mais en bleu. Le dessin n’est plus réaliste : les proportions du loup par rapport à Marlaguette ne sont pas vraisemblables, et le trait de l’illustrateur est cartoonesque. On ressent pleinement le mouvement éditorial de la littérature de jeunesse contemporaine : l’image s’émancipe du texte. Olivier Tallec, coutumier de ce style,  casse les codes instaurés par les illustrations du conte depuis plus de 50 ans[12]. Dans le livre, le regard du lecteur est happé par des illustrations qui sont toutes en pleines pages. Le texte, pour la première fois, n’est plus mis en valeur sur fond blanc. Il passe presque au second plan, noir sur fond jaune, ou blanc sur fond sombre. Plus de vert dans les dessins, mais du jaune, du bleu, du noir. La faune, mis à part le loup bien sûr, est quasiment inexistante. Les personnages sont très petits comparé à l’immensité des paysages. Aux illustrations précédentes d’une forêt grouillante de vie et de verdure, l’on retrouve un paysage sec et vide. On est à l’opposé du côté rond, joyeux, réaliste des illustrations de Gerda Muller ou de Gérard Franquin. Ici, l’univers d’Olivier Tallec est sombre, noir, empli de solitude. L’illustrateur prend un véritable parti pris. Pour lui, « les images doivent raconter plus que le texte »[13]. Il utilise « des plans cinématographiques, pour créer des points de vue plus forts »[14]. Les images sont poétiques, et mises en scène comme des œuvres à part entière, elles déclenchent des émotions fortes chez les jeunes lecteurices. Plutôt que de leur présenter  un modèle de conte de fée à la fin édulcorée « tout est bien qui finit bien », l’illustrateur pousse à son paroxysme la morale du conte. Grandir, c’est accepter l’autre comme il est, mais c’est surtout le laisser partir, ou partir soi-même. Grandir, c’est découvrir ce nouveau sentiment qu’est celui de la liberté, souvent associé à celui de la solitude. L’enfant comprend que, comme Marlaguette, grandir lui demandera un certain renoncement. Comme Marlaguette, les lecteurices se retrouvent alors dans une véritable ambivalence émotionnelle, et éprouvent « à la fois plaisir et tristesse »[15].

Il est à noter que cette édition est la seule à ne pas montrer de violence. L’histoire a été créée à une époque où les fessées et les coups étaient considérés comme “normaux”, faisant partie du processus educatif, que ce soit sur les enfants ou sur les animaux. La scène du conte illustrant ce propos « Qui fut bien furieuse ? Marlaguette. Elle donna au loup une sérieuse fessée » est représentée littéralement dans toutes les éditions précédentes : on y voit Marlaguette taper un loup apeuré, banalisant la violence comme méthode éducationnelle (Figure 2 ci dessous). Si l’attachement de Marlaguette pour son loup de compagnie peut être apparenté à celui d’un parent pour son enfant[16], alors le traitement qu’elle inflige au loup est une métaphore de celui infligé aux enfants, aux lecteurices elleux-même, en fait. Que ce soit Gerda Muller ou Gérard Franquin, voire même les studios Typhoone, personne n’a semblé dérangé par cette violence (voire Figure 2A). Olivier Tallec casse enfin ce cercle de violence,  et pour la première fois refuse de représenter cette scène[17]. On ne voit plus Marlaguette lever la main sur son loup: elle est représentée énervée, le loup cherchant à l’éviter (Figure 2B). Cette édition du conte semble donc en accord avec les nouvelles méthodes éducatives tenant compte du bien-être de l’animal et de l’enfant : on sait en effet que les méthodes d’éducation basées sur la violence et les coups induisent plus de mal-être chez les animaux non humains dont les chiens, et les fessées et les coups sur les enfants sont reconnus comme de la véritable maltraitance [18]. Il me semble ici pertinent de noter l’existence d’une revisite du conte, non officielle, par une étudiante en arts appliqués, Victoria Beaussart, en 2019, qu’elle intitule Marlaguette what the fuckette . Dans cette revisite, l’illustration de la scène où Marlaguette réprimande le loup ne montre pas non plus de coup (Figure 3), confirmant l’évolution sociétale et l’éveil des consciences face aux violences éducatives ordinaires.

Figure 3. Revisite non officielle du conte, par Victoria Beaussart, en 2019, https://www.lisaa.com/fr/talents/marlaguette-what-the-fuckette. Dans la lignée des évolutions sociétales contemporaines, l’étudiante en arts appliqués a choisi de représenter le loup s’éloignant plutôt que le moment où Marlaguette tape l’animal, témoignant de l’évolution des mentalités face à l’utilisation de la violence domestique.

 

Les différentes éditions du conte Marlaguette sont donc le reflet des époques qu’elles ont traversées. Si le texte lui, ne change pas, bien sûr, la manière dont il est mis en image, elle, évolue. Des premières éditions dans lesquelles les illustrations réalistes sont redondantes avec le texte, l’on est passé à une volonté de laisser l’enfant s’autonomiser en tant que lecteurice, pour enfin arriver à une véritable émancipation de l’image par rapport au texte. Si les premières éditions appelaient une lecture presque scientifique du conte, l’on arrive aujourd’hui à une édition moderne loin des représentions genrées, dont les illustrations poétiques dépassent les mots et appellent clairement à une lecture artistique, élevant le conte au rang d’œuvre d’art à part entière.

Références

[1] Il répond parfaitement à la définition d’une œuvre du patrimoine français, regroupant les quatre critères indispensables : i. Marlaguette est connu et enseigné en école maternelle ; ii. il s’agit d’un conte édité lorsque nos parents voire nos grands-parents étaient enfants, qui appartient donc au passé pour eux ; iii. le conte est libre de droit car son autrice est décédée depuis plus de soixante-dix ans ; et iv. il se transmet de génération en génération, comme étudié en sociologie (voir par exemple Stéphane Bonnéry, 2010. « – Loup y es-tu ? –Pas exactement, c’est pour mieux te faire réfléchir, mon enfant…. » Sociologie du lecteur supposé par la littérature de jeunesse. Congrès de l’Actualité de la Recherche en Education et en Formation (AREF), halshs-00677852).

[2] Livre « Tout sur ton auteur » Ecole des loisirs, Gerda Muller.

[3] Interview de l’illustratrice Gerda Muller https://actualites.ecoledeslettres.fr/litteratures/litterature-de-jeunesse-litteratures/lunivers-de-gerda-muller/.

[4] Le style de Gerda Muller est reconnu comme réaliste d’après Marie-Pierre Litaudon, Docteur en littératures comparées, Université Rennes 2, sur le site de l’Afreloce, https://magasindesenfants.hypotheses.org/1471.

[5] Interview de l’illustratrice Gerda Muller, op. cit..

[6] Son souci de la justesse scientifique se retrouve d’ailleurs dans d’autres des ouvrages qu’elle a illustré, comme par exemple Mon arbre, qu’elle modifie en fonction des pays où sont édités les livres : elle représente des sangliers dans les éditions d’Europe, mais les remplacent par des ratons-laveurs aux Etats-Unis, en cohérence avec la faune des pays. Livre « Tout sur ton auteur » École des loisirs, Gerda Muller.

[7] À noter que, même si elle ne compte pas comme une réédition à part entière, en 1959, la couverture du conte a été redessinée par l’illustratrice, dans un style plus réaliste encore, renforçant le réalisme déjà bien présent.

[8] Stéphane Bonnéry. «  – Loup y es-tu ? – Pas exactement, c’est pour mieux te faire réfléchir, monenfant… » Sociologie du lecteur supposé par la littérature de jeunesse. Congrès de l’Actualité de la Recherche en Education et en Formation (AREF), Sep 2010, Genève, France. halshs-00677852.

[9] Gérard Franquin a aussi repris les illustrations d’autres contes de Marie Colmont initialement illustrés par Gerda Muller, comme celui de Michka par exemple (1999, chez Castor Poche) (Michka aussi repris dans la nouvelle edition par Olivier Tallec, en 2011).

[10] Marlaguette constitue l’épisode 5 de la première saison réalisée en 1993.

[11] Gerda Muller est habituée de l’exercice car elle a ré-illustré de nombreux autres contes aux éditions du Père Castor, comme Mishka, Les bons amis, ou encore Boucle d’Or et les trois ours. Livre « Tout sur ton auteur » ecole des loisirs, Gerda Muller.

[12] Olivier Tallec a d’ailleurs également illustré d’autres contes de Marie Colmont initialement illustrés par Gerda Muller, comme par exemple Miskha, toujours aux éditions du Père Castor.

[13] Interview du Cercle Aubois de Littérature pour la Jeunesse et l’Education, mis en forme par Sylvie Grain, Service Littérature Jeunesse, CDDP10, 2008.

[14] Ibid.

[15] Marlaguette, Marie Colmont.

[16] Voir par exemple les travaux d’Emanuela Prato Previde et Paola Valsecchi, 2014, « Chapter 6 – The immaterial cord : the dog-human attachment bond », dans le livre The Social Dog, Behavior and Cognition, Ed. Academic Press, pp. 165-189.

[17]  https://www.lisaa.com/fr/talents/marlaguette-what-the-fuckette.

[18]  Voir par exemple chez le chien : Haverbeke,  A., et al. (2008).  Training  methods  of  military  dog  handlers  and  their  effects  on  the  team’s  performances,  Applied Animal Behaviour Science,  113, pp.110–122 ; Hiby, E.F. et al. (2004). Dog training methods : their use, effectiveness and interaction with behaviour and welfare, Animal Welfare, 13, pp.63-69. Et Deldalle, S. and Gaunet, F. (2014). Effect of two training methods on stress-related behaviors of the dog (Canis familiaris) and on the dog-owner relationship, Psychology, Journal of Veterinary Behavior, 9(2), pp. 58-65); et chez l’enfant:  Damon, Julien. « Les fessées : une sanction à sanctionner ? Une cause internationale », Informations sociales, vol. 127, no. 7, 2005, pp. 104-109 ; Olivier Maurel. La fessée. Questions sur la violence éducative, Nouvelle édition revue et augmentée, Paris, La Plage, 2015, 160 pages ; Estelle Duchaussoy, Education des enfants – La maltraitance des enfants : comparaison entre deux pays européens, la France et la Suèce, http://www.diva-portal.org/smash/get/diva2:1086388/FULLTEXT01.pdf.

 


1 réponse

  1. Céline Guilleux dit :

    Chère carnetière,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une des portails fr.hypotheses.org et hypotheses.org.

    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search