Le homard, animal oublié en littérature de jeunesse ?

Symboles de haute gastronomie et de repas de luxe, on oublie souvent que les homards, avant d’être étendus sur un plateau en argent, sont des animaux bien vivants au même titre que les chiens, les éléphants ou les baleines. Comme de nombreux autres crustacés, mollusques et autres arthropodes, le homard fait partie de ces animaux quelque peu oubliés, tant en éthique animale, qu’en littérature de jeunesse, et donc assez logiquement, il est également peu présent dans les œuvres jeunesse sensibles à la cause animale.

Oublié ? Pas tant que cela, semble-t-il, puisqu’on le retrouve dès le titre de deux ouvrages de mon corpus de thèse : Le cri du homard[1] et L’incroyable histoire du homard qui sauva sa carapace[2].

Figure 1 : Couvertures

Nous allons revenir ici sur ces deux ouvrages, et sur les représentations et messages qu’elles proposent autour de l’animal effacé qu’est le homard.

Coquillages et crustacés, sur la page abandonnés ?

Les délaissés de la littérature

On le sait, les animaux peuplent la littérature de jeunesse (et quiconque s’aventure sur ce blog de recherche en fait rapidement le constat). Cependant, un petit nombre d’espèces occupe une grande majorité des pages des ouvrages destinés au jeune public.

C’est en tout cas ce que constate Éric Baratay, qui a réalisé un recensement des espèces présentes dans le Buffon choisi de Benjamin Rabier où « les reptiles, les poissons, les cétacés sont peu nombreux »[3]. Ainsi, la littérature de jeunesse animalière classique, dont Le Buffon est emblématique, est habitée par certains animaux, notamment de grands mammifères, laissant dans l’ombre ceux que nous appelons parfois les « petites bêtes » et qui sont généralement considérés comme plus éloignés de l’être humain.

Dans le vaste champ de la littérature de jeunesse contemporaine, quelques auteurs s’attèlent à réhabiliter certaines espèces oubliées. On peut notamment évoquer deux ouvrages, qui les mettent à l’honneur : la bande dessinée jeunesse Rat et les animaux moches[4], et le roman La révolte des animaux moches[5].

Comme l’indique la figure 2 ci-dessous, nous avons cependant l’occasion de constater cette tendance à oublier une partie du règne animal (même si moins prononcée) dans un corpus d’albums jeunesse contemporains tournés vers l’antispécisme[6], ce qui témoigne de la ténacité de ces biais, y compris lorsque les auteurs font preuve d’une attention particulière à la cause et aux représentations animales.

Figure 2 : Représentations des types d’animaux dans un corpus de onze albums poirtant un message antispéciste, source : Anaïs Perrin, “Comme toi je suis un animal” : antispécisme et rapport égalitaire entre animaux humains et non humains dans l’album contemporain.

Une éthique animale et une éthologie à deux vitesses

Cette persistance s’explique notamment par le fait que les auteurs et autrices de littérature de jeunesse qui sont sensibles à la cause animale se nourrissent des préoccupations de l’éthique animale, elle-même orientée par l’éthologie et les découvertes scientifiques sur les non-humains. Les animaux dont les capacités cognitives sont avérées et ancrées dans l’imaginaire collectif semblent en effet plus facilement mis à l’honneur, alors que les espèces dont la sentience reste méconnue sont encore mal considérées. Or, en éthologie, Pierre Sigler identifie un biais comparable à celui évoqué par Éric Baratay en littérature : « Certains animaux sont massivement surreprésentés dans les études », on connait alors mieux leur fonctionnement, et cela favorise leur valorisation.[7]

Le homard, comme de nombreuses autres espèces, subit quant à lui ce que constate Emilie Dardenne : « les projections que nous faisons sur les animaux aquatiques, en dehors des mammifères marins, sont plutôt négatives. Ils nous semblent peu développés et peu intéressants. Loin de nous sur le plan physiologique et affectif »[8]. Omniprésents dans les études scientifiques, les homards restent largement, et paradoxalement, méconnus car, comme en littérature, ils ne sont souvent pas étudiés pour eux-mêmes.[9]

• Homard sauce réification

Figure 3 : En tête du chapitre 1 de L’incroyable histoire du homard qui sauva sa carapace, source Pauline Kerleloux

Il est possible de rapprocher le traitement du homard, dans la fiction tout comme dans l’inconscient collectif, de celui des poissons, puisqu’il est souvent assimilé à eux, d’abord parce qu’il est un animal aquatique, mais aussi, et peut être surtout, car le seul endroit où la plupart des Français croisent des homards, c’est au rayon « poissonnerie » de leur supermarché. Comme le dit Florence Burgat, le poisson « est la chair des êtres muets, habitants d’un milieu informe dans lequel les animaux terrestres trouvent la mort s’ils y sont plongés. »[10]. Comme en témoignent les confusions récurrentes autour du régime végétarien, si la consommation de « viande » (au sens culinaire) soulève maintenant de nombreux questionnements éthiques, la consommation de poisson (et de crustacés) semble poser moins de soucis, comme si l’altérité qu’impose leur vie aquatique rendait l’humain imperméable à toute empathie pour ces créatures. Les deux ouvrages qui nous intéressent ici exposent (et dénoncent) cet imaginaire réducteur autour du homard.

Le crustacé est d’abord présent, dans les deux ouvrages, comme un produit, témoignant de l’effacement, dans les sociétés occidentales, du lien entre l’être vivant et la nourriture qu’il devient dans l’assiette. Dans le début de L’incroyable histoire du homard, le homard est un plat, servi dans le petit restaurant local, ce qui instaure une forme de malaise chez le lecteur, puisque la couverture, et le titre, annoncent un homard héros de l’histoire. Dans Le cri du homard, il fait partie des « produits » (p. 47) vendus par la conserverie, il s’agit de la « spécialité maison » (p. 47) et figure dans le catalogue aux côtés des « boîtes de crabe coco » (p. 47) et de l’« Agru’Moussette, une émulsion de jeune araignée revenue à l’échalote et parfumée au cédrat confit. » (p. 124).

Dans Le cri du Homard, le crustacé revêt également une autre valeur, qui contribue elle aussi à effacer sa condition d’être vivant. Il est en effet la mascotte de la conserverie « Le Homard Rocquais » (p. 27). Par le biais de la publicité, le homard devient alors « une figure fictive » selon laquelle « l’animal est l’acteur consentant de sa propre exploitation »[11]. Jeanne, la patronne, décore ainsi son bureau de « deux immenses homards plaqués or [qui] flanqu[ent] une double porte. » (p. 38). La marque donne même vie à cette égérie, puisqu’elle fait venir, lors des rencontres avec les élus locaux, une « mascotte crustacée taille humaine, flanquée d’un collier d’étoiles de mer, s’agita[nt] de la pince pour les alpaguer. » (p. 123), effaçant du même coup la souffrance réelle des homards dans l’usine.

 

 Le homard animal sentient et emblème de la cause environnementale

Partant de ces représentations peu flatteuses, les deux ouvrages cherchent à sensibiliser le lecteur au devenir du crustacé de luxe. En s’appuyant sur la souffrance du homard, les deux romans font échos à la sensibilité accrue du grand public pour le sort des crustacés. Le premier ouvrage précise même dans une note de bas de page au cœur du récit « Depuis le 1er mars 2018, la loi suisse interdit aux cuisiniers de cuire les homards sans les avoir d’abord étourdis. » (p. 63).

On constate pourtant des choix distincts dans ces deux œuvres : Le cri du homard évoque l’élevage extensif de homard et ses ravages sur la côte, alors que L’incroyable histoire du homard s’attarde, lui, sur la pêche en mer et la souffrance de l’animal ébouillanté. Ces deux facettes du homard, animal de rente ou animal sauvage, sont chacune le point de départ de deux messages éthiques distincts, sur lesquels nous allons nous arrêter ici.

Omar le homard, un individu sentient

L’incroyable histoire du homard expose l’histoire d’un individu homard, et à travers lui, incite le lecteur à ressentir de l’empathie avec cette forme de vie négligée. Les souffrances décrites s’appuient sur une réalité éthologique : partant du fait qu’on lui accorde le « bénéfice du doute concernant sa capacité à souffrir », il a été établi que le bien être des homards dans les circuits de pèche et de consommation est largement compromis.[12]

Dès le début du roman, l’auteur propose une scène cruelle, permettant de souligner la dimension vivante et sensible des crustacés, en montrant le homard, héros du roman, face à « six crabes immobiles […] sur un tapis d’algues, disposés en étoiles autour d’un pot de mayonnaise » (p. 22) dont il ne semble pas comprendre qu’ils sont morts : « Il essaya d’attirer l’attention des crabes. Plusieurs fois, il cria leurs noms, cogna la vitre avec ses pinces. Mais il n’obtint aucune réponse » (p. 22).

Dans la même page, le roman évoque également les conditions de vie des crustacés dans le restaurant, en les désignant comme les « prisonniers du vivier » (p. 22).

Omar frôle ensuite la mort, dans les casseroles de la cuisine du restaurant où il était captif. Le lecteur suit alors le début de son agonie, occasion de revenir sur sa vie et ses souvenirs : «  Le homard coula lentement. / L’eau était grasse et piquante, / chaude comme l’enfer. » (p. 32). « Sous l’armure de sa carapace, les images défilèrent. Il revit le fond de la baie où il avait grandi, dans la paisible obscurité des abysses. Il revit aussi sa mère, couvant les œufs de ses frères à l’abri du récif. Il se souvint des disputes avec ses sœurs. De la sensation de l’eau sur son corps nu, lorsqu’il muait et perdait sa carapace. » (p. 32).

Plus tard, alors qu’il a eu la pince écrasée par accident, le homard s’adresse directement au lecteur et propose une comparaison humoristique, permettant au lecteur de se figurer la douleur qu’il ressent : « – Vous avez déjà marché pieds nus sur un Lego ? C’est pareil. En pire. » (p. 60).

Le récit de ce crustacé et son aventure est aussi l’occasion de mettre en lumière les autres espèces consommées par les humains, apportant du détail dans le terme générique et désindividualisant de « crabes » : « Les plus gros crabes, les dormeurs » (p. 23),  « Les plus petits crabes, les étrilles » (p. 23). La page de garde finale de l’ouvrage leur rend également hommage (Figure 4). La découverte du vivier est  aussi l’occasion de redorer le blason du crustacé avec des descriptions mélioratives : « ses longues antennes rabattues le long de son imposante carapace bleu nuit » (p. 22), le narrateur souligne l’« élégante carapace » et le « prestige naturel » du homard (p. 23).

Figure 4 : Page de garde finale de L’incroyable histoire du homard qui sauva sa carapace, source Pauline Kerleloux

Les homards ambassadeurs de l’écosystème côtier

L’approche individualisée est complètement absente de notre autre ouvrage. Dans Le cri du homard, aucun crustacé n’est réellement présent, et il n’y a pas de véritable « rencontre »[13] entre humain et crustacé. Le roman de Guillaume Nail se concentre en effet sur l’impact environnemental de l’implantation d’un élevage extensif de homard dans le Cotentin, et sur la mobilisation des héros adolescents autour et contre ce projet.

Bao, amie de l’héroïne, explique qu’il s’agit d’un problème global, dont le homard devient le signe, l’emblème : « tous les microcosmes, la faune et la flore spécifiques qui profitent de l’équilibre eau douce et eau salée, c’est fini. » (p. 118-9). « Tu vires la faune. Tu privatises un espace public. Tu changes la destination d’un lieu. C’est pas juste un petit cabanon dans ton jardin ou une piscine qu’on remplit. Je veux dire, pour tout équilibre que tu modifies, comme ça, il y a forcément un prix à payer. » (p. 119).

Pour Aurore, l’héroïne, d’abord convaincue du bien-fondé du projet d’extension de la conserverie, c’est le « cri du homard » entendu sur la plage la nuit qui crée un déclic : « celui qu’elle avait perçu cette fameuse nuit et qui lui avait fait comprendre ce qui se tramait réellement. Celui de tous ces homards qu’on forcerait à naître, à grandir trop vite, au détriment de ceux qui n’auraient plus le droit de vivre dans ces eaux ni ne pourraient profiter de la quiétude de ce petit bout de Cotentin, tous ces homards à qui on disait : “Tu n’es plus le bienvenu, la folie des hommes prime sur toi”. » (p. 207).

Le homard est donc, dans ce roman, un point de départ. Même si les dires d’Aurore évoquent la souffrance du homard élevé, l’auteur se sert surtout de cette figure animale pour porter une dénonciation plus large, centrée sur l’impact environnemental du projet, dont le homard serait une victime parmi d’autres.

On a donc deux figures de homard complémentaires, représentatives des deux échelles auxquelles se jouent actuellement les questions éthiques, à l’échelle écosystémique, et à l’échelle individuelle.

 

L’homme et le homard

Les ouvrages mobilisent également la figure du homard pour évoquer les rapports complexes entre animaux humains et non humains, et instaurent, comme de nombreux ouvrages destinés à la jeunesse, une relation privilégiée et spéciale entre l’enfant et l’animal.

Dénoncer le mépris des humains (et des adultes)

On observe, dans les deux ouvrages, une forme de mépris des humains, à fortiori des adultes, pour le homard (voire pour les animaux en général).

Dans L’incroyable histoire du homard, on observe une nette scission entre Jeanne, enfant, qui se soucie du homard, et les adultes, avec au premier rang d’entre eux, son père, lui-même vétérinaire. L’héroïne a en effet conscience que son père ne la croira pas si elle lui parle du homard qu’elle a secouru (et avec qui, de surcroit, elle parle) :  « Jeanne avait compris que son père ne l’aiderait pas, que personne sans doute ne l’aiderait et que si une grande personne apprenait qu’elle cachait un homard blessé dans sa chambre, elle serait grondée. Ou pire encore : on se moquerait d’elle. Elle était donc condamnée à se débrouiller seule. » (p. 60).

L’immédiate suite du roman lui donne raison, lorsqu’elle discute avec son père :

«- Pour être vétérinaire, est-ce qu’il faut savoir soigner tous les animaux ?

-Toutes les bêtes, oui. Chiens, chats, lapins, cochons, vaches, moutons…

– Homards ?

Le père eut un geste de surprise et baissa légèrement la tête pour regarder sa fille par-dessus la monture de ses lunettes.

– Mais non, voyons, quelle idée ! […] il y a quand même une différence entre les animaux sensibles et les autres. Tu me vois dans mon cabinet en train d’opérer un homard ? J’aurais l’air malin ! » (p. 61).

Dans Le cri du homard, ce sont les préoccupations pratiques et économiques, qui sont avancées pour justifier l’agrandissement de la conserverie et contrer les arguments écologiques défendus majoritairement par les jeunes, et jugés éloignés de la réalité des habitants. On peut citer l’argument récurant des emplois créés par l’usine. Aurore, d’abord acquise à la cause de l’industrie le reprend elle aussi, pour évacuer les questions environnementales : « – Ça va surtout changer la vie des gens. Je peux te garantir qu’ils vont être bien contents les gars du coin, de tous ces emplois qu’on va créer. » (p. 46) « Pour une fois qu’il y a quelqu’un qui fait des choses, on va quand même pas aller lui reprocher de créer des emplois ! » (p. 62).

Le monde des adultes, rationnel et préoccupé par la situation économique, est ainsi représenté, en quelques sortes, en opposition au monde enchanté des enfants, plus sensible à la nature, et plus enclin à se révolter pour elle.

L’enfant et le homard

Dans les deux romans, les jeunes gens sont respectivement les interlocuteurs, et les porte-voix privilégiés des crustacés menacés. Ils semblent être plus en capacité que les adultes de leur accorder une attention particulière, et d’être sensible à leur devenir.

Dans L’incroyable histoire du homard, c’est la rencontre entre Omar et Jeanne, qui donne l’occasion au lecteur de découvrir le monde des crustacés et d’apprécier le homard en tant qu’individu.
Une scène de baignade témoigne du fait que Jeanne considère le homard comme un animal, voire comme une personne. Dans un écho au célèbre L’animal que donc je suis, de Jacques Derrida[14], où la réflexion de l’auteur part du sentiment de gène qu’il éprouve à être nu devant son chat, Jeanne attend que le homard ne regarde pas pour se changer : « Et pendant que le homard avait le regard tourné vers l’horizon, Jeanne en profitant pour enfiler son bikini. » (p. 88).
L’anthropomorphisme, nécessaire à la rencontre, se traduit notamment par le fait que le homard semble être le seul animal capable de parler dans le roman, et Jeanne la seule à le comprendre, ou du moins à l’écouter. Cet artifice, assumé, fait l’objet de trait d’humour : « – Ça me fait une belle jambe, ne répondit pas l’oiseau, parce que tout le monde sait que les oiseaux ne parlent pas. » (p. 89).
Ses conversations avec Jeanne individualisent Omar, et le crustacé sympathique pour le lecteur. On apprend ainsi qu’il a une famille « Je vais retrouver mes enfants. » (p. 116)[15], mais aussi qu’il est farceur, pour le grand plaisir des jeunes lecteurs : « Le homard avait pété, et de toutes ses forces ! » (p .95).
Par ailleurs, si Jeanne est le seul personnage enfant de l’ouvrage, les dires de sa Grand-mère discutant avec le père de la fillette, laisse penser que l’empathie envers les animaux est un trait propre à l’enfance : « – Toi aussi, quand tu étais petit, tu ne pensais qu’à aider les bêtes » (p. 61). Animée par cette idée d’aider les crustacés, Jeanne organise la fuite des animaux du vivier du restaurant, et les libère et l’ouvrage s’achève sur la libération en pleine mer du homard, regagnant sa contrée.

Figure 5 : Jeanne et Omar, L’incroyable histoire du homard, source Pauline Kerleloux

Dans Le cri du homard, le groupe d’adolescents, amis d’Aurore l’héroïne, devient progressivement sensible à la cause environnementale, et s’en fait les porte-parole. Une fois qu’Aurore est elle aussi convaincue du bien-fondé de cette démarche, ils initient différentes actions pour sensibiliser les adultes à la catastrophe écologique que causerait l’extension de la conserverie, ils commencent par « glisser quelques flyers sur chaque stand » (p. 185) sur le marché local, dans un écho positif à la réification du homard comme emblème de la conserverie, la jeune fille va même jusqu’à se déguiser en crustacé pour cette opération. Le groupe lance ensuite « une pétition “Sauvons Montabourg” » (p. 193) et les jeunes gens vont jusqu’à organiser un « happening » visant à « saboter le chantier » de la conserverie (p. 197-8).

Après l’échec de ces mobilisations et le lancement des travaux, Aurore décide de se présenter aux élections municipales pour être en mesure de changer les choses durablement : « je peux aussi être candidate, non ? » (p. 211). C’est sur ce point que s’achève le roman, laissant espérer que la passion qui anime les jeunes gens se traduira de manière concrète, par le biais politique, dans le roman, et pourquoi pas, dans la vie réelle, du côté du lecteur.

 

Dans les deux ouvrages qui nous ont intéressés ici, le homard, animal qui se fait souvent discret en littérature et de jeunesse, est mis sur le devant de la scène. Il est alors porteur de deux messages éthiques distincts, concernant d’une part la reconnaissance des individus animaux et de leur souffrance, et d’autre part les ravages de l’élevage industriel sur des écosystèmes entiers. Les personnages adolescents semblent alors être les seuls capables de faire preuve d’une sensibilité et d’une attention particulière au devenir de ces animaux que l’on a tendance à négliger. Ils s’opposent en cela aux adultes, devenus semble-t-il passablement incapables de dépasser les préjugés spécistes pour accorder la même valeur à toutes les espèces animales. Ces ouvrages encouragent les jeunes lecteurs à s’investir dans la cause animale et environnementale, et, à l’image de Greta Thunberg évoquée dans le cri du homard (p. 99), à ouvrir les yeux des adultes sur la catastrophe qui se profile si l’on ne remet pas en question notre rapport aux animaux et à la nature.

[1] Nail Guillaume, Le cri du homard, Grenoble, Glénat, coll. « #onestprêt », 2020, 215 p.

[2] Gerbeaux Thomas, Kerleroux Pauline, L’incroyable histoire du homard qui sauva sa carapace, Genève, la Joie de lire, coll. « Hibouk », 2020.

[3] Baratay Éric, « Le Buffon choisi de Benjamin Rabier », Histoires Naturelles des animaux XXe – XXIe siècles, Alain Romestaing, Alain Schaffner (éds)Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2016, p. 65-78, p. 68.

[4] Sibylline, D’Aviau Jérôme, Rat & les animaux moches, Paris, Éditions Delcourt, 2018.

[5] Pierré Coline, Combeaud Anne-Lise, La révolte des animaux moches, Arles, Rouergue, coll. « Dacodac », 2018.

[6] Perrin, Anaïs, « Comme toi je suis un animal » : antispécisme et rapport égalitaire entre animaux humains et non humains dans l’album contemporain, Mémoire de recherche, Université d’Artois, 2021.

[7] Sigler Pierre, « La vie mentale des animaux », La révolution antispéciste, Yves Bonnardel, Thomas Lepeltier, Pierre Sigler (dir.), r (dir.), Paris, PuF, 2018, p.77-117, p. 79.

[8] Dardenne Émilie, Introduction aux études animales., Paris, PUF – HUMENSIS, 2020, p. 41.

[9] Phillips Bruce F., « Invited review : Lobsters : The search for knowledge continues (and why we need to know!) », New Zealand Journal of Marine and Freshwater Research, 39:2, 2005, DOI: 10.1080/00288330.2005.9517303.

[10] Burgat Florence, La cause des animaux : pour un destin commun, Paris, Buchet-Chastel, coll. « Dans le vif », 2015, p. 38.

[11] Ibid., p. 43.

[12] Carder Gemma, « A preliminary investigation into the welfare of lobsters in the UK », Animal Sentience, 16(19), 2017, DOI: 10.51291/2377-7478.1262

[13] Boudret Marine, La rencontre et la non rencontre entre le monde de l’homme et le monde de l’animal dans la littérature de jeunesse [en ligne], Besançon, Université de Franche-Comté, 2017, p. 67.

[14] Derrida Jacques, Mallet Marie-Louise, L’animal que donc je suis, Paris, Galilée, coll. « La philosophie en effet », 2006.

[15] Les interactions sociales chez le homard on d’ailleurs fait l’objet d’une étude : Childress Michael J. Herrnkind William F.,« The ontogeny of social behaviour among juvenile Caribbean spiny lobsters », Animal Behaviour, Volume 51, Issue 3, 1996, p. 675-687.



Citer ce billet
Anaïs Perrin (2022, 7 décembre). Le homard, animal oublié en littérature de jeunesse ? Môments Animaux. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlji

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search