Thierry Dedieu et l’animal humain : Zoo, de l’autre côté du miroir

Montage à partir de Dedieu & Compagnies, Zoo, Paris, Gallimard jeunesse, 2009.

 

Les animaux habitent l’univers d’auteur de Thierry Dedieu. La prolixité et la variété caractéristiques de la production de cet artiste lui donnent l’occasion de proposer des figures animales multiples, qui construisent et alimentent sans cesse une réflexion globale autour des mondes humain et animal, de leurs interactions, de leur cohabitation et de leurs potentielles frontières.

Dans Zoo[1], paru en 2009 dans la collection Giboulées de Gallimard Jeunesse, Thierry Dedieu explore et réinvente un thème qui est à la fois relativement courant en littérature de jeunesse et une problématique majeure dans le domaine de l’éthique animale, à savoir le parc animalier. Au moyen d’un procédé d’une redoutable efficacité, cet album sans texte plonge son lectorat dans une visite assez déroutante. Plus que dans tout autre ouvrage, Thierry Dedieu engage ici le lecteur dans l’expérience et dans le questionnement, en lui proposant, comme l’indique la quatrième de couverture, de se mettre « à la place des animaux »[2].

Nous allons voir ici comment Zoo s’inscrit dans la réflexion globale que tisse Thierry Dedieu autour des relations entre animaux humains et non humains.

Nous nous intéresserons d’abord à l’immersion proposée par l’album, avant de nous pencher sur le message qu’il porte sur le divertissement qu’est le zoo, puis, nous nous attarderons sur l’interrogation des notions d’animalité et d’humanité qu’il propose.

 

Voir à travers les yeux des animaux

Ouvrir Zoo, c’est d’abord être dérouté. L’horizon d’attente est en effet malmené dans cet album. L’ouvrage, censé parler d’animaux, n’en montre aucun. Pas de texte non plus pour venir au secours du lecteur, et les rares mots qu’il trouve sont difficilement déchiffrables, car écrits à l’envers. Comme l’évoque Florence Gaiotti, Thierry Dedieu cherche ici à « décaler le regard et, ce faisant, les représentations des jeunes lecteurs. »[3].

L’inversion, concept clé de l’album, contamine l’ensemble de l’objet livre : le titre et le nom de l’auteur figurent à l’envers sur la couverture et sur la page de garde. Cette présence dès les seuils de l’ouvrage permet d’insister sur le procédé, de le mettre en valeur, et d’attiser la curiosité, mais aussi d’aiguiller le lecteur dans sa compréhension de l’album. Il s’agit en effet d’une clé de lecture essentielle.

Les animaux sont absents des pages tout en étant omniprésents : le lecteur voit le zoo à travers leurs yeux. D’animal en animal, une cage après l’autre, la narration visuelle se fait à la première personne, dans une succession de points de vue animaux. Les doubles pages sont encombrées de barrières, grillages ou barreaux, qui constituent logiquement le premier plan de la vision de l’animal en cage. Derrière, ou en tout cas de l’autre côté, les visiteurs défilent. Le décor simplifié, voire en aplat, recentre l’attention sur ces drôles de bêtes.

L’immersion est accentuée par le fait que l’univers dans lequel est plongé le lecteur est exempt de texte. Hormis les plaques sur les grilles (écrites à l’envers), le « lecteur » n’a rien à lire, il est comme un animal, dans un monde d’images, sans autre indication que ses sens pour comprendre ce qui se passe. Ce procédé instaure une forme de confusion au début de l’album, qui peut d’ailleurs renvoyer à celle de l’animal capturé et mis en cage, qui ne comprend pas son nouvel environnement.

Tous les éléments intrigants convergent en effet pour lui faire comprendre qu’il passe de l’autre côté de la barrière, parmi les animaux. Thierry Dedieu dit chercher à faire des « livres impliquants »[4], c’est littéralement le cas ici. Il met en effet son lecteur dans la cage, à la place de l’animal.

 

Le spectacle vu des cages, un divertissement objectivant

Cet album, au titre évocateur, est aussi l’occasion pour l’auteur de s’exprimer sur une thématique inhérente à la question animale, à savoir les zoos et la captivité. On peut noter que T. Dedieu a aussi exploré cette question dans L’étrange Zoo de Lavardens[5]. L’auteur, qui s’est érigé en principe la volonté de « ne jamais faire deux fois le même livre »[6], propose dans ces deux œuvres autour d’une même thématique deux univers graphiques, deux récits, et donc deux expériences de lectures et deux messages différents.

Le zoo, lieu de divertissement grand public, largement associé à l’enfance et à la famille, est renversé. Le lecteur se trouve de l’autre côté des barrières. Thierry Dedieu dénonce les conditions de vie des animaux, en faisant vivre la captivité au lecteur. Sur chaque page, l’horizon semble bouché et les décors sont limités, reflétant l’enfermement inexorable et l’absence de perspective pour les animaux qui naissent et meurent dans les cages.

 

Figure 1 : Un spécimen rare, Zoo, op.cit.

La focalisation que proposent les images met aussi les visiteurs en cage. En face du lecteur se trouvent des bêtes loufoques aux attitudes étranges. Les humains sont réduits à un trait emblématique, exagéré jusqu’au ridicule (Figure 1). Cette ribambelle de spécimens est un ressort comique, qui apporte la touche humoristique caractéristique des œuvres de T. Dedieu. Ce zoo, tout comme celui de Lavardens, interroge le lecteur sur la réification des animaux en cage et sur leur mise en spectacle.

Thierry Dedieu a déclaré que « la plupart du temps, nous [les auteurs] donnons aux animaux des comportements humains. Ils deviennent des humains « masqués » et nous pouvons les caricaturer à notre guise. »[7]. L’effet miroir de l’album contamine aussi ce principe : en lieu et place des animaux anthropomorphisés, chers à la littérature de jeunesse, on trouve des humains, en quelque sorte animalisés, en tous cas résumés à quelques traits caricaturaux.

Zoo est donc une forme d’envers du décor, d’expérience immersive de la captivité, pour faire vivre au lecteur ce que vit un animal en cage. Il contient à la fois l’humour et l’engagement propre à l’auteur, mis au service de la cause animale. Les humains en cage sont réduits à des objets de divertissement, dénonçant le sort de leurs analogues animaux dans le monde réel.

 

Qui regarde qui ? Interrogations entre humanité et animalité

La grille, qui se veut être une frontière tangible entre l’homme et l’animal, devient, grâce au cadrage particulier qui ne permet pas de savoir qui est de quel côté des barreaux, l’occasion d’une incertitude : qui regarde qui ?

 

Figure 2 : Hibou, Zoo, op.cit.

Figure 3 : Tortues, Zoo, op.cit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les hommes qui se succèdent devant, ou derrière, ou en tout cas au-delà, de la barrière possèdent les mêmes caractéristiques que celles qu’on attribue généralement à l’animal qu’ils sont censés regarder (gros yeux pour le hibou, poche pour le kangourou, mauvaise odeur pour la moufette, etc., voir Figures 2 et 3). Depuis sa nouvelle place, de l’autre côté, le lecteur rit de leur ignorance face à une similitude qui lui saute aux yeux. L’album questionne le lecteur sur la validité de la notion de « propre de l’homme », cette spécificité qui ferait de l’être humain un animal « pas comme les autres ». [8]

Ces réflexions, qui naissent et se développent au fil de l’album, se concrétisent à la fin de celui-ci. La dernière double-page montre un enclos marqué « Singes ». Au lieu de trouver d’énièmes visiteurs de l’autre côté de la barrière, comme l’album l’y a préparé par sa structure répétitive, le lecteur tombe sur un miroir fait de papier réfléchissant, qui lui renvoie sa propre image.[9] Cette fin inattendue, déclenche chez le lecteur un rire dont Thierry Dedieu a le secret, qui initie une interrogation. Ce miroir, emblème on ne peut plus clair de la réflexivité à laquelle l’album invite le lecteur, est l’apogée de l’ouvrage. La double page affiche, sans la formuler, une conclusion assez implacable : l’homme est un singe, un animal donc. Le choix du primate fait référence à la parenté biologique entre nos deux espèces mais ridiculise aussi l’humain en l’associant à un animal bien connu pour faire la grimace dans les cages des zoos. On peut par ailleurs noter que la clôture de cet enclos est électrique alors qu’aucune autre bête n’a droit à cette précaution, ce qui sous-entend que l’homme est un animal dangereux, dénonçant les souffrances qu’il inflige aux autres êtres vivants. Le lecteur, qui a été, durant tout l’album, avec les animaux, de l’autre côté de la barrière, se retrouve des deux côtés de la frontière, appartenant aux deux mondes que l’homme a essayé de séparer soigneusement par des barreaux.

Comme le mentionne le cours, Thierry Dedieu « croit en l’intelligence de ses lecteurs pour tirer eux-mêmes les leçons, tous les “messages” des charges que sont parfois ses livres. »[10]. Avec Zoo, il implique son lectorat, lui fait vivre le zoo dans la peau des animaux, et questionne sans dire un mot cette pratique mais aussi et surtout notre rapport à l’animal et la frontière que l’on cherche à établir entre humanité et animalité. L’auteur a ici recours à une nouvelle sorte de bêtes pour porter cette thématique : l’animal humain. Dans ce miroir d’une trentaine de pages, où tout est inversé, Thierry Dedieu fait subir à ses personnages la même chose que ce qu’une grande partie de la littérature de jeunesse fait aux animaux. Il nous donne à voir des hommes fictionnalisés, réduits à quelques caractères, supports d’un message sur l’animal.

[1] Dedieu & Compagnies, Zoo, Paris, Gallimard jeunesse, 2009.

[2] Ibid., quatrième de couverture.

[3] Florence Gaiotti, « L’animal, d’hier à aujourd’hui », in Métamorphose de l’animal, La revue des livres pour enfants, n° 308, Paris, Bnf, septembre 2019, p. 127.

[4] Thierry Dedieu La revue des livres pour enfants, n° 286, Paris, Bnf, décembre 2015, p. 117.
cité dans Éléonore Hamaide-Jager, « Thierry Dedieu, entre artiste total et peintre animalier ? », Univers d’auteurs, (cours de Master 2 recherche Lettres « Littératures d’enfance et de jeunesse », semestre 1,), p. 20.

[5] Thierry, Dedieu, L’étrange zoo de Lavardens, Paris, Seuil Jeunesse, octobre 2014.

[6] Éléonore Hamaide-Jager, op.cit., p.1.

[7] Thierry Dedieu, « Thierry Dedieu “Enfants d’Ésope et de La Fontaine” », « Que de Bestiole », in Métamorphose de l’animal, La revue des livres pour enfants, op.cit., p. 113.

[8] On peut d’ailleurs penser au regard du chat qui permet à Jacques Derrida d’initier sa réflexion sur le propre de l’homme. Jacques Derrida, Marie-Louise Mallet, L’animal que donc je suis, Paris, Galilée, 2006.

[9] Le miroir voue à l’échec toute tentative de faire figurer cette double page dans ce document, j’invite le lecteur à consulter le livre en main propre pour en saisir complètement l’effet.

[10] Éléonore Hamaide-Jager, op.cit., p.20.

 



Citer ce billet
Anaïs Perrin (2022, 5 octobre). Thierry Dedieu et l’animal humain : Zoo, de l’autre côté du miroir. Môments Animaux. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rljg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search