Touffu et autres cerbères : un mythème parfait pour aborder la mort en littérature de jeunesse

« Les romans merveilleux pour la jeunesse de la fantasy sont sans doute aujourd’hui le premier vecteur de diffusion de connaissances sur les mythologies », nous dit Anne Besson[1]. Cette présence si fréquente des mythes dans la fantasy jeunesse en devient même un trait distinctif[2] et l’on peut en effet dire que le syncrétisme d’Harry Potter a participé au succès des romans. En effet, permettant aux lecteurs de s’immiscer dans un univers magique unique, les mythèmes y sont mis au service d’une véritable quête initiatique. La reprise du mythe d’Orphée est un des plus marquants de la saga, avec notamment la figure de Touffu qui offre une nouvelle dimension à l’un des personnages emblématique de la mythologie, Cerbère. En effet, prendre conscience de l’inéluctabilité de la mort est un passage obligatoire vers l’âge adulte, mais c’est l’un, si ce n’est le, voyage le plus terrifiant qui soit. Nous allons donc voir comment J.K. Rowling, par ses innovations (tableau 1), dont fait partie la désacralisation de la figure de Cerbère, donne une interprétation personnelle du mythe afin de permettre au jeune lecteur de développer un rapport nouveau à la mort, indispensable à sa construction identitaire.

 

Tableau 1 : Mise en évidence des innovations de J.K. Rowling dans sa réécriture du mythe d’Orphée [3].

Le mythe d’Orphée a été l’objet de nombreuses réécritures contemporaines qui, en le modernisant par un ancrage dans le monde actuel, le rendent intemporel. Les réécritures modernes de ce mythe ont comme constante de se centrer sur « le “noyau” constitué par la descente aux Enfers »[4], qui questionne entre autre le rapport à la mort. Dans la saga Harry Potter, la réécriture du mythe se centre bien sur cet aspect de la diégèse, mais J.K. Rowling fait preuve d’originalité en jouant sur la symbolique de la mort et en axant son récit autour de la figure du gardien des enfers.

Énorme chien à trois têtes, au cou empli de serpents et à la queue de dragon, Cerbère protège la porte du royaume des morts. Il est une figure psychopompe par définition, accompagnant les âmes lors de leur passage dans l’autre monde[5] et veillant à ce qu’elles n’en ressortent pas. Un simple humain ne peut triompher de lui : il faut être un demi-dieu[6], se faire aider d’une Sybille[7], ou encore être le fils d’une Muse, comme Orphée. En effet, le poète a réussi à apaiser le monstre tricéphale grâce à son chant et à la musique de sa lyre, lui permettant de passer sans encombre la porte des Enfers pour aller chercher Eurydice.

C’est bien à cette figure mythologique que fait référence Harry Potter à l’école des sorciers[8] : la première fois que les héros le rencontrent, il est terrifiant, à l’image de la créature de Virgile (p.176) :

Figure 1 : Harry, Ron et Hermione face au chien cerbère dans le film Harry Potter et la Chambre des secrets, 2002. Image : https://www.gannett-cdn.com.

« Un chien monstrueux remplissait tout l’espace entre le sol et le plafond. L’animal avait trois têtes : trois paires d’yeux étincelant d’une lueur démente, trois museaux qui les flairaient en frémissant avec avidité et trois gueules bavantes hérissées d’énormes crocs jaunâtres d’où pendaient des filets de salive épais comme des cordes. Le chien se tenait immobile, ses six yeux fixés sur eux. […] à en juger par ses grognements qui roulaient comme le tonnerre, il n’allait pas tarder à leur bondir dessus.»

L’énumération de chaque partie des têtes, l’anaphore du chiffre « trois », et la mention des six yeux du chien renforcent l’impression de toute puissante du cerbère lors de ce nez-à-truffes inattendu. Les trois héros survivent à cette première rencontre : est-ce car pour la première fois, ce n’est pas une âme mais trois qui se présentent face au chien ? Un héros par tête : la Trinité que forment nos amis les maintenant en vie. Ou est-ce car ils n’avaient nullement l’intention de forcer le passage, l’innocence des jeunes héros (et lecteurs) étant encore préservée à ce moment de l’histoire,  période de « l’insouciance, où l’idée de la mort n’[a] pas sa place »[9]?

Lors de cette rencontre avec le canidé, la connaissance de l’hypotexte n’est pas nécessaire à la compréhension de l’histoire. Mais l’autrice s’attend à ce que certains lecteurs connaissent la figure du cerbère et le mythe d’Orphée, car « le jeune lecteur est supposé reconnaitre les épisodes et créatures des récits et panthéons mythologiques. »[10] Elle joue ainsi sur l’intertextualité en donnant des informations sur le chien. Déjà, sa fonction de gardien lorsqu’Hermione se rend compte qu’il est sur une trappe : « On l’a mis là pour garder quelque chose, c’est évident » (p.177). En effet, chez Rowling comme chez les grecs, le cerbère est chargé de veiller à l’équilibre entre vie et mort. Il protège non pas la porte des Enfers mais la trappe qui donne sur les sous-sols de Poudlard, où la pierre philosophale, qui donne la vie éternelle, a été cachée. Entre de mauvaises mains, elle pourrait permettre à Voldemort de revenir d’entre les morts, et de changer le cours naturel de l’existence. Ensuite, le lecteur apprend l’origine grecque du chien « Je l’ai acheté à un ami grec » (p.208), et découvre l’instrument qui sert à l’endormir «- Qu’est ce qu’il y a par terre ? demanda Hermione. – Ça ressemble à une harpe, dit Ron. » (p.290). Ces mots pourraient être ceux de n’importe quel adolescent qui découvre la lyre d’Orphée. L’allusion au moyen de triompher du cerbère est aussi parlante « Il suffit de lui jouer un air de musique et il s’endort. » (p.281), mais tient du syncrétisme de l’œuvre. En effet, dans le mythe d’Orphée, un unique vers parle de Cerbère[11], et il n’y est nulle part fait mention de son endormissement. Cela arrive en fait dans un autre mythe très connu, celui d’Énée[12] :

C’est probablement sur cette description que s’est basée l’autrice d’Harry Potter pour décrire la scène dans laquelle les héros arrivent à passer devant le chien, car on y retrouve exactement les mêmes étapes : « dès la première note, les paupières du monstre devinrent lourdes, il arrêta de grogner, ses jambes faiblirent, il trébucha puis s’effondra sur le sol, profondément endormi » (p.290).

On voit dans le cœur de cette réécriture du mythe par J.K. Rowling que la description de la figure du chien tricéphale est désacralisée. Sa prestance laisse place à une maladresse presque ridicule : le monstre trébuche et s’étale de tout son long[13]. Son aspect physique est aussi modifié par l’autrice : s’il garde une taille imposante et une tricéphalie, il a perdu les caractéristiques hybrides qui le rendaient monstrueux. Enfin, c’est son nom qui lui enlève toute dimension terrorisante : Touffu (Fluffy, en anglais) fait référence au poil doux et soyeux du chien, que l’on a envie de caresser. Il devient alors une sorte de grosse peluche, que son maitre Hagrid, le plus gentil des demi-géants, trouve « doux comme un mouton » (p.281). Notons le détournement de l’expression originale, qui montre bien qu’Hagrid a conscience de la spécificité de son chien[14]. Ce jeu de mot met l’accent sur l’humour que l’on retrouve lorsque les héros parlent du chien, véritable stratégie narrative connue en littérature jeunesse pour mettre la peur à distance. Ainsi, le duo Hagrid-Touffu est un écho désacralisé de celui d’Hadès-Cerbère, en faisant des gardiens biens moins effrayants et plus attachants pour le jeune lecteur. L’avatar de Cerbère n’est plus si impressionnant, il est doux, maladroit, et l’affronter fait de moins en moins peur au lecteur.

Figure 2. A l’image d’Hadès, Dieu des Enfers et maitre de Cerbère, Hagrid, demi-géant, ne craint pas la mort et est parfois représenté avec Touffu comme animal de compagnie. On notera la position des deux chiens, la barbe et les cheveux frisés des deux maitres, ainsi que la position du bras levé de manière similaire. La peur inspiré par le chien tricéphale, à l’image de celle inspirée par la mort, peut, et doit être apprivoisée afin de réussir à vivre pleinement. Images : A. Hadès avec Cerbère, Musée d’Heraklion, Crete (http://ktakafka.free.fr) B. Figurine représentant Hagrid et son chien Touffu (https://www.derivefigurine.com).

Hagrid a ainsi apprivoisé Touffu comme on apprivoise la mort : elle ne l’effraie pas. En effet, si Touffu peut être amadoué «quand on [sait] s’y prendre » (p.281), alors peut-être que la peur cinglante de la mort peut diminuer en devenant plus familière ? Car il n’y a pas d’échappatoire, et cette acceptation de la mort est indispensable pour la construction de chaque individu, lecteur comme héros. Harry grandit effectivement entouré par la mort : que ce soit par sa lutte contre Voldemort qui cherche à atteindre l’immortalité, ou par le décès de ses figures d’attachements (ses parents, son parrain Sirius, son mentor Dumbledore, ou même sa confidente Edwige). Sans parler de sa propre mort, libératrice, qu’il doit embrasser afin de sauver le monde. J.K. Rowling, pour qui s’affranchir de la peur de la mort est la seule manière de devenir maitre de son destin, s’inscrit donc dans la lignée d’une époque contemporaine « désacralisée qui a cessé de croire en la consolation d’un au-delà ».

« La descente aux Enfers est une descente en soi, une confrontation avec la nuit, la mort, le néant »[15]. Par cette réécriture du mythe d’Orphée, J.K. Rowling annonce dès le début de la saga la thématique centrale de son œuvre : l’acceptation de la mort afin de pouvoir devenir libre de vivre. Mais cette réflexion est encore trop difficile à aborder pour le héros et ses jeunes lecteurs qui sortent tout juste de l’insouciance de l’enfance. En désacralisant la figure du cerbère, elle offre ainsi le personnage novateur de Touffu, chien psychopompe qui remplit à merveille le rôle d’accompagnant dans la familiarisation avec la mort. Il transcende son statut de figure mythologique pour devenir animal de compagnie et rassurer les enfants. Il sublime ainsi le rôle de tous les chiens, dont le décès est bien souvent le premier contact des enfants avec la mort, les élevant tous au rang de psychopompes.

Annexe 1:

J’aimerais présenter ici deux œuvres qui, même si elles ne sont pas à proprement parler des réécritures du mythe d’Orphée, reprennent le mythème de Cerbère et le procédé de désacralisation de cette figure étudié précédemment.

Notons par exemple L. Coats[16], qui représente un Cerbère totalement désacralisé : après avoir été amené sur terre par Hercule, il a fait une allergie au soleil et se retrouve complètement enrhumé, malade à n’en plus finir.

Figure 3. Cerbère est malade chez L. Coats. Crédit photo : C. Duranton.

La première rencontre avec le gardien des Enfers n’est pas impressionnante mais plutôt amusante pour le lecteur : «AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAATTT TTTCHOOOOOOUUUUUUUUUUUU ! fit la bête. AARAOUOUOUOUOUOUOUOUOUO UOU ! AAAAAAAAATTTTTTTTCHAAAA ARRRROOOOUU !!! ARAOUOUOUOUOU ! Les trois têtes éternuèrent en chœur » (p.63). Les descriptions peu flatteuses ne s’arrêtent pas là, et finissent d’enlever toute prestance au chien mythique « Les trois nez de Cerbère étaient rouges, et il s’en écoulait une morve jaune et visqueuse. Ses yeux étaient si gonflés qu’il parvenait à peine à les ouvrir. Les serpents multicolores de sa crinières éternuaient en même temps que lui » (p.69). Il est alors incapable d’exercer son travail de gardien et laisse le monde des Enfers dans un véritable chaos.

Figure 4. Une rencontre impressionnante avec Cerbère chez A.M. Bergeron. Crédit photo : C. Duranton

Cet humour autour de Cerbère se retrouve également chez A. M. Bergeron[17], qui présente un cerbère au physique certes impressionnant (Figure 4), mais finalement baveux et adorable : surnommé « Mon beau Gardien » (p.89), il quémande des caresses (p.88), fait un « câlin de groupe » (p.91) et ses têtes ronflent en écho en dormant (p.105). L’auteur va encore plus loin : le lecteur découvre que Gardien se fait maltraiter « sa chaine cause de profonds blessures à ses trois cous… Il y a du SANG. Le collier est garni de pointes intérieures […] elles s’enfoncent dans sa peau » (p.100). Ce détail a une double importance : le lecteur éprouve de la compassion pour le chien qui souffre à cause d’un traitement barbare, et réalise ensuite la force de son sacrifice. En effet, c’est lui qui finit par sauver les héros de l’histoire, dépassant son simple rôle de gardien des enfers : « avec un habileté fascinante, le molosse bondit pour attraper délicatement Foxy avec l’une de ses gueules. Gardien dépose la renarde par terre, saine, sauve, et dégoulinante de bave. » (p.121), non sans humour « Ma position n’est pas très confortable. Gardien me retient maintenant par mon kilt » (p.129).

Figure 5. Gardien sauve Foxy (à gauche) et Billy Stuart (à droite). Sa gueule n’est plus meurtrière mais salvatrice. Crédit photos : C. Duranton.

Le cerbère, n’a pas hésité à se mettre lui-même en danger « au prix de sérieuses blessures au cou » (p.140), pour sauver les héros. La désacralisation première du chien tricéphale peut être vue comme une métaphore visant à lutter contre les idées reçues sur le caractère agressif des molosses (cette dénonciation se retrouve aussi dans l’œuvre de J.K. Rowling avec la figure de Crockdur) et l’éducation coercitive qu’ils subissent. L’auteur dépasse cependant le procédé de J.K. Rowling en rendant ensuite toutes ses lettres de noblesse au chien cerbère: il dépasse son statut initial de simple gardien et devient un véritable héros sauveur de vies.

 

Note :

Pour en savoir plus sur la figure du chien psychopompe dans la littérature fantasy pour le jeunesse, n’hésitez pas à consulter le mémoire de recherche, disponible sur la plateforme en ligne DUMAS : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03515084/document ou à contacter directement l’autrice de ce billet.

[1] Anne Besson, « A quoi sert la mythologie en fantasy pour la jeunesse ? », Nouvelles du livre jeunesse – La revue, Les Mythes Grecs en Littérature Jeunesse, 2020, 223, p.11-18.

[2] Ibid.

[3] Rowling propose à son lecteur deux figures d’Orphée. Voldemort, qui représente le désir égoïste de vaincre la mort, et qui passera devant Touffu pour voler la pierre philosophale. A travers lui, Orphée est désacralisé et montré sous un mauvais jour, car cette quête est vouée à l’échec, et rendra fou quiconque l’entreprendra. S’oppose à cela Harry (aidé de Ron et Hermione), qui souhaite vaincre le cerbère pour empêcher Voldemort d’agir. Ainsi, Voldemort, part égoïste de la figure d’Orphée sera mis en échec par sa part altruiste : les trois héros réussissent leur projet grâce à un désir pur et sincère de préserver l’ordre naturel des choses.

[4] Delphine Gachet, « L’Enfer d’Eurydice : de quelques subversions du mythe d’Orphée et d’Eurydice dans la littérature italienne contemporaine (XXe-XXIe siècles) », Revue de littérature comparée, 2014,  350(2), p.209-221.

[5] Charlotte Duranton et Laura Muller-Thoma, « La place du chien psychopompe dans les littératures de l’imaginaire. L’exemple d’Harry Potter », Fantasy Art and Studies, 2020, 9, p.197-210.

[6] Voir le mythe des douze travaux d’Hercule : le demi-dieu réussit à maîtriser Cerbère grâce à sa force surhumaine.

[7] C’est le cas d’Enée qui reçoit l’aide d’une Sybille.

[8] J.K. Rowling, Harry Potter and the Philosopher’s Stone, Londres, Bloomsbury, 1997, trad. J-F Ménard, Harry Potter à l’école des sorciers, Paris, Gallimard Jeunesse, 1999.

[9] Delphine Gachet,  L’Enfer d’Eurydice : de quelques subversions du mythe d’Orphée et d’Eurydice dans la littérature italienne contemporaine (XXe-XXIe siècles), op. cit., p.209-221.

[10] Anne Besson,  A quoi sert la mythologie en fantasy pour la jeunesse ?, op. cit., p.11-18.

[11] tenuitque inhians trias Cerberus ora/ Cerbère au triple mufle a cessé d’aboyer. Virgile, Les Géorgiques, Chant IV, vers 483, traduction Henri Laignoux, 1939. Le chien est apaisé, mais il n’est pas fait mention de son endormissement. A noter que dans le récit du mythe par Ovide, lors de la descente aux Enfers, si l’usage de la lyre d’Orphée est bien précisé (« Tandis qu’il parlait, s’accompagnant des accords de sa lyre »), Cerbère n’est quant à lui même pas mentionné! Ovide, Les Métamorphoses, X – 1-141, traduction Anne-Marie Boxus et Jacques Poucet, 2008.

[12] Virgile, L’Enéide, Chant VI, v.417-425, traduction  Marc Chouet, Paris, Ed. Diane de Selliers, 2013.

[13] Voir Annexe 1.

[14] Contrairement à ce qui a été proposé, de manière quelque peu réductrice sur le personnage : Blandine Le Callet, « Touffu », Le Monde Antique de Harry Potter, Paris, Editions Stock, 2018, p.194.

[15] Delphine Gachet,  L’Enfer d’Eurydice : de quelques subversions du mythe d’Orphée et d’Eurydice dans la littérature italienne contemporaine (XXe-XXIe siècles), op. cit., p.209-221.

[16] Lucy Coats, Beats of Olympus, Tome 2 – Hound of Hades, Londres, Editions Piccadilly Press, 2015, traduction Amélie Sarn, Le Toutou Infernal, Paris, Livre de Poche Jeunesse, 2017.

[17] Alain M. Bergeron et Sampar, Billy Stuart, T8 – Le Cerbère de l’Enfer, Waterloo, Quebec, Canada, Editions Michel Quentin, 2014.



Citer ce billet
Charlotte Duranton (2022, 7 septembre). Touffu et autres cerbères : un mythème parfait pour aborder la mort en littérature de jeunesse. Môments Animaux. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rljf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search