L’arche de Barbapapa : embarcation dans un vaisseau écologique, destination l’utopie

Montage : Annette Tison, Talus Taylor, L’arche de Barbapapa [1974], et Simon Myle, L’arche de Noé sur le mont Ararat, 1570.

Avec son voyage aventureux sur un bateau et sa ribambelle d’animaux, l’arche de Noé mobilise des thématiques chères à la littérature de jeunesse. Pas étonnant donc, que ce mythe biblique alimente de nombreux mythes littéraires destinés aux plus jeunes. Les considérations environnementales, qui vont croissantes dans notre société, gagnent aussi la littérature de jeunesse. L’épisode de Noé s’offre alors comme un parfait support. En effet, comme l’évoque Eléonore Hamaide dans un article dédié à ce mythe dans les albums, « La trame du mythe est […] suffisamment souple, par ses blancs narratifs, pour permettre aux artistes une appropriation en phase avec les enjeux d’une époque […] [notamment] les préoccupations écologiques. »[1] Ainsi, voit-on émerger, en littérature de jeunesse, un certain nombre d’arches porteuses de messages plus ou moins optimistes sur notre rapport à l’environnement et à la vie qu’il abrite.

Dès 1974, Les Barbapapas, créatures polymorphes et colorées imaginées par Annette Tison et Talus Taylor construisent leur propre arche. L’Arche de Barbapapa, initialement publié à l’École des loisirs[2], constitue en effet, comme son titre l’indique, une réinterprétation du récit biblique. Nous allons nous intéresser ici à la manière dont les auteurs s’approprient ce mythe pour lui insuffler une portée nouvelle, encourageant le jeune lecteur à repenser et à réinventer le monde.

Nous nous pencherons d’abord sur la réécriture du mythe à destination de la jeunesse, puis nous nous attarderons sur la dimension écologique de cette aventure, avant d’évoquer sa portée utopique.

 

Figure 1 : Couverture

Les auteurs s’approprient l’arche de Noé, dans un savant mélange entre emprunts et réinventions. La composante biblique est en effet assez identifiable. Soulignons notamment le titre et la couverture qui mettent en avant, dès l’extérieur de l’ouvrage, sa parenté avec le mythe original. Le nom de l’album contient ouvertement le mot « arche » qui renvoie sans ambiguïté à l’épisode biblique. On peut aussi relever que Barbotine, sur la couverture, tient un dessin de bateau qui rappelle l’archétype visuel de l’arche (Figure 1).

On note également le statut de patriarche que partagent Barbapapa et Noé, qui sont désignés par le titre comme les propriétaires des arches où ils emmènent famille et animaux [3]. La trame du récit est elle aussi comparable à celle du mythe : le sauvetage des animaux après la dégradation de la Terre par les exactions des hommes initie un voyage en attendant que les conditions sur Terre s’améliorent, qui est suivi d’un retour triomphal et d’un équilibre retrouvé.

 

Figure 2 : Le jardin d’Eden, p. 3

On trouve également, dans les illustrations, des clins d’œil à d’autres passages de la Bible, qui sont par ailleurs ceux qui y encadrent le Déluge. La scène initiale, qui montre les Barbapapas en pique-nique dans un jardin luxuriant, a tout d’un Eden (Figure 2) : Barbidur enlacé autour d’un arbre pour cueillir des fruits fait penser au serpent, alors que François et Claudine, assis dans l’herbe et presque nus, renvoient à Adam et Ève (pp. 2-3).

 

Figure 3 : La fusée de Babel, p. 29

Figure 4 : La Tour de Babel, Lucas van Valckenborch, 1594

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À l’autre bout de l’album, l’arche-fusée évoque la tour de Babel, posée au milieu du refuge spatial de la famille (pp. 28-29) (Figures 3 et 4). On peut même envisager la présence d’« enfants du monde entier » (p. 31), lors du retour sur Terre avec cette même fusée, comme un clin d’œil à la diversité de langues liée à cet épisode.

 

Figure 5 : Chasseurs piégés, p. 14

Outre cette revendication et ce jeu avec la source, A. Tison et T. Taylor s’approprient le mythe d’origine et lui donnent une tournure enfantine. Les personnages eux-mêmes, neuf géants colorés et élastiques, apportent une dimension ludique et récréative. Le récit biblique est désacralisé par l’inventivité de cette famille qui donne lieu à des stratagèmes farfelus pour venir en aide aux animaux et ridiculiser les humains qui les pourchassent (Figure 5).

 

Figure 6 : L’arche-fusée, pp. 22-23

 

L’arche traditionnelle, énorme bateau en bois, est par ailleurs remplacée par une fusée, synonyme d’aventures futuristes et entourée d’une aura imaginaire et dépaysante encore plus puissante que le bateau (Figure 6). Dans un monde où tous les continents ont été explorés, elle évoque un voyage plus lointain, vers une forme d’inconnu qui fascine le jeune public. Cette arche est donc à la fois ouvertement liée à l’hypotexte biblique, mais aussi investie par l’imaginaire, l’inventivité et l’humour souvent associés à la culture de jeunesse.

L’arche de Barbapapa reconfigure le mythe de Noé au service d’un message écologique : la protection du vivant. Les animaux sont en effet présentés comme l’essence même de la Terre : à mesure qu’ils sont persécutés, elle s’affadit et les couleurs fuient les pages de l’album.

Bien que l’on n’ait pas directement affaire, comme dans de nombreux autres ouvrages[4], à une énumération d’animaux, l’album résonne avec ce que Sophie Milcent-Lawson identifie comme « la fonction nouvelle de conservatoire »[5] assignée à la littérature « à l’ère de l’anthropocène, […] où l’empreinte humaine est telle qu’elle […] menace d’extinction massive […] un très grand nombre d’espèces »[6]. Le motif de l’arche se prête en effet particulièrement bien au message sur la sauvegarde du vivant, puisque comme le souligne Daniel Henky, « elle est coffre précieux qui renferme les trésors et collections de l’enfant.»[7] Ainsi, L’arche de Barbapapa présente un « plan en coupe de l’occupation de l’arche », qu’Éléonore Hamaide repère comme un topos des albums contemporains autour du mythe[8], ainsi que l’iconique file d’attente (fig. 6). Cette scène, qui est mise en avant par une rupture dans la composition (passage à une double page verticale) évoque la mise à l’abri des animaux dans un écrin protecteur.[9] On peut par ailleurs noter que l’humain est considéré comme un animal à sauver (de lui-même), puisque Claudine et François, les Adam et Ève de la scène initiale, embarquent eux aussi sur l’arche (pp. 22-23). Ainsi, le mythe est réorganisé autour des animaux pour lui donner une portée environnementale qui fait écho avec le monde contemporain du lecteur. L’arche est l’occasion de lui faire comprendre la nécessité de préserver les espèces animales et d’empêcher leur extinction.

 

 

Comme le Déluge initial, une catastrophe résultant de l’activité humaine dévaste la Terre. Ici, la figure divine est effacée et les hommes sont les responsables directs de leur malheur. L’album dénonce de nombreuses formes d’agression de la vie animale : la pollution de l’eau et de l’air, la chasse, le safari et la pêche causent le dépérissement de la planète qui devient « grise » (p. 25). On ne pointe pas ici les progrès techniques, mais l’attitude irréfléchie des hommes. C’est en effet la technologie (la fusée puis les inventions écologiques) qui permet à la Terre de revivre, lorsque l’homme en fait un meilleur usage. On peut également noter que les exactions sont uniquement perpétrées, dans les illustrations, par des personnages à la peau blanche : la critique s’adresse à l’homme occidental.

Les Barbapapas sont des figures quasi-prophétiques. Même si ce n’est pas Dieu qui l’en avertit, la famille, comme celle de Noé, semble consciente de ce qui va arriver. Elle tente avant tout le monde d’enrayer le lent processus de destruction et de faire prendre conscience aux hommes qu’ils courent à leur perte.

Dans cette réécriture écologique, l’arche devient un refuge pour les animaux menacés et la figure de Dieu disparaît, mettant l’homme face à ses responsabilités. L’album se veut être un cri d’alarme et les auteurs, comme les Barbapapas, tentent d’avertir les humains que leurs actions font souffrir les animaux et mènent à une catastrophe.

Au-delà de cette portée écologique assez alarmante, L’arche de Barbapapa comporte aussi une dimension utopique, plus positive. Le déluge, comme dans le texte original, semble être l’occasion de faire table rase. Ce que dit D. Henky à propos de la guerre semble s’appliquer aussi à la catastrophe écologique : « comme le Déluge [elle] emporte avec elle non pas tout l’univers mais le monde ancien »[10], « il n’est plus temps d’essayer de sauver l’ancien monde dont les valeurs se sont perdues mais […] il faut en bâtir un nouveau, différent, voire antithétique du précédent. »[11]

 

Figure 7 : Rendre la Terre habitable, pp. 26-27

La catastrophe est cependant atténuée, on ne fait que frôler le déluge puisque l’espèce humaine survit. Cette réécriture délivre un avertissement au lecteur concernant son propre monde : il est encore temps d’agir, et d’éviter un vrai Déluge qui ne laissera espérer aucun rétablissement. En effet, après que les animaux sont partis avec les Barbapapas, les humains « regrettent les fleurs et les bêtes » (p. 25) et décident de prendre les choses en main. Une double page est consacrée à la reconstruction et semble tirée tout droit d’une utopie : les humains, toutes générations confondues, s’affairent à rendre la Terre habitable (Figure 7). La technologie est mise au service de l’écologie : on aperçoit des panneaux solaires, une usine qui filtre l’air et l’eau, des moteurs électriques, etc.

Ces efforts permettent à la planète de « redeven[ir] verte » (p. 29). Les Barbapapas, qui scrutaient la Terre depuis l’espace comme Noé sur le pont de son navire, s’en aperçoivent. À l’instar de la branche d’olivier apportée par la colombe, cette verdure tant attendue décide la famille à retourner sur Terre.

 

Figure 8 : Joyeuse farandole, p. 32

On peut d’ailleurs noter que l’utopie se fait cosmopolite : les hommes blancs du début côtoient des personnages asiatiques et noirs. Comme l’Alliance et son arc-en-ciel qui signent une nouvelle relation entre Dieu et les hommes dans la Bible, une farandole autour d’un brasier et sous les feux d’artifice cèle ce nouveau monde où les animaux, les humains et les Barbapapas vivent en harmonie (Figure 8).

Le mythe biblique et ses mythèmes centraux sont réorientés pour engager le jeune lecteur, comme un nouveau Noé, à construire des solutions pour demain avec la plasticité, l’ingéniosité et l’imagination qu’il a en commun avec les Barbapapas.

 

Cet album, comme ceux sur lesquels s’est penchée E. Hamaide, « témoigne[…] d’une réflexion sur le temps, l’espace, le vivre ensemble, le pardon, déjà présente dans la Bible, en faisant résonner la pertinence du mythe pour des lecteurs d’aujourd’hui »[12]. Les auteurs enrichissent le mythe biblique d’une portée nouvelle. Leur arche amusante délivre, comme d’autres, un message écologique, mais elle est aussi le point de départ d’une utopie. Noé, devenu un géant rose et polymorphe, embarque sa famille pour une aventure à la rescousse des animaux et tente de faire comprendre aux hommes qu’ils détruisent la planète. Son exil spatial permet à l’humanité de prendre conscience de ce qu’elle a mis en danger et de construire un avenir nouveau. Les auteurs actualisent donc le mythe et indiquent au jeune lecteur la part qu’il a à prendre dans le monde et l’importance des animaux dans celui-ci. Cette réécriture résonne par ailleurs avec son contexte historique puisqu’elle semble imprégnée des préoccupations et des idéaux de l’ère post mai 1968, aspirant à un nouvel équilibre social et à un lien renoué avec la nature.

[1] Éléonore Hamaide, « Cabotage et navigation à bord de quelques arches de Noé dans les albums pour la jeunesse », in Florence Gaiotti (dir.), « Présences animales dans les mondes de l’enfance », Cahier Robinson, n° 34, Arras, Université d’Artois, centre de recherches Textes & Cultures, 2013, p. 80.

[2] Nous travaillerons ici, pour les citations sur la republication :

Annette Tison, Talus Taylor, L’arche de Barbapapa [1974], Paris, Les livres du dragon d’or, 2003.

[3] Le statut de père est d’ailleurs renforcé par l’onomastique « Barbapapa ».

[4] Eléonore Hamaide, op.cit.

[5] Sophie Milcent-Lawson, « Un tournant animal dans la fiction française contemporaine ? », Pratiques, nᵒ 181‑182, juin 2019, [en ligne], consulté en décembre 2020, URL : https://doi.org/10.4000/pratiques.5835, p. 5.

[6] Ibid.

[7] Daniel Henky, « La réactivation du mythe du Déluge en littérature de jeunesse », Laval théologique et philosophique, n°74, 2018, [en ligne], consulté en décembre 2020, URL : https://doi.org/10.7202/1053561ar, p. 26.

[8] Eléonore Hamaide, op.cit., p. 73.

[9] Ce principe a été décliné autour d’un jeu d’encastrement à l’effigie de Barbapapa, où le personnage lui-même prend la forme du bateau où l’enfant doit faire rentrer divers animaux.

[10] Daniel Henky, op.cit., p. 27.

[11] Ibid., p. 32.

[12] Eléonore Hamaide, op.cit., p. 80.



Citer ce billet
Anaïs Perrin (2022, 3 août). L’arche de Barbapapa : embarcation dans un vaisseau écologique, destination l’utopie. Môments Animaux. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlje

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search