Zoo sans animaux : confrontation et collaboration des points de vue

L’image et le texte sont deux instances cruciales dans l’album jeunesse. C’est de leur dialogue, parfois de leur tension, que le genre (s’il en est un) tire toute sa puissance. Le lisible et le visible sont deux langages, que les créateurs d’albums adressent aux lecteurs qui les font advenir, résonner, se compléter ou s’opposer pour construire un récit et faire passer un message. Dans Zoo sans animaux[1], Suzie Lee tisse, entre les deux idiomes de l’album, une relation qui tient à la fois de l’affrontement et de la coopération.

Cet album raconte, à travers un jeu de focalisations, une balade familiale au zoo, qui tourne au cauchemar pour les parents, qui perdent leur fille, et au rêve éveillé pour la fillette qui échappe à leur surveillance et joue avec les animaux. L’ouvrage met en lumière les conditions de vie déplorables des animaux en captivité tout en proposant un message sur la pluralité et la subjectivité des vécus.

Nous allons nous pencher ici sur la manière dont il articule lisible et visible au service d’une pluralité de points de vue, qui résonne avec le double lectorat propre à l’album jeunesse. Nous nous attarderons d’abord sur les voix proposées par le texte et par l’image, puis sur leur confrontation et l’effet qu’elle produit sur le lecteur, avant de nous intéresser à une possible collaboration de ces voix.

Zoo sans animaux présente deux parents et leur fille lors d’une sortie au zoo. L’album, au format à l’italienne, mobilise systématiquement la double page et joue sur l’horizontalité, renforçant l’impression d’une déambulation.

Illustration 1 : Page de titre, Zoo sans animaux

L’ouvrage fait intervenir deux voire trois visions différentes d’une même promenade. La cohabitation et la pluralité sont annoncées dès le titre de l’album (Illustration 1) où le mot « Zoo » est déstructuré et contraste avec la mention rectiligne « sans animaux ».

Côté lisible, l’album propose un point de vue à la fois partial et partiel. Partial, car le narrateur textuel est interne, il s’agit de la petite fille, qui parle à la première personne : « Aujourd’hui je suis allée au zoo avec papa et maman. »[2] ; partiel, car si l’on s’attarde uniquement sur l’écrit, l’album présente une banale sortie au zoo. Le texte ne mentionne pas la frayeur des parents qui passent la moitié de l’album à chercher leur fille. Cela peut s’expliquer par l’ancrage du point de vue du côté de l’enfant. Plus étonnant, il n’évoque pas non plus l’aventure animalière de la fillette. Cette escapade est passée sous silence, le texte est d’ailleurs absent des pages la relatant. Cet « oubli » de la part de la petite fille dans son récit, ainsi que son exclamation à la fin de l’album « Le zoo c’est merveilleux ! On s’y amuse vraiment ! »[3] laissent penser qu’elle croit que c’est ainsi que se déroule une balade au zoo.

Le lisible prend une autre dimension quand on le met en relation avec l’illustration. L’écrit met en effet en exergue l’opposition des points de vue présentés par l’image. Le texte s’en tient à des faits, dont les images vont livrer deux versions. La question finale, « Papa ! Maman ! Et pour vous c’était bien ? »[4], créé une chute et souligne la dissonance des vécus.

Visuellement, la balade au zoo commence à travers les yeux d’un narrateur iconique attaché à toute la famille. Le crayonné assez grossier donne au dessin une dimension enfantine. L’espace est structuré grâce à une technique de collage qui fait apparaître les personnages par-dessus le décor. L’illustration offre des vues panoramiques du zoo. L’image mobilise un code colorimétrique tout en nuances de gris et de bleus, qui est instauré comme une norme, avec laquelle la seconde narration visuelle, qui nous allons bientôt évoquer, va rompre. Le choix des couleurs, et la réalité qu’elles dépeignent, créent une atmosphère triste et morne. L’image montre le zoo dans toute son artificialité, une suite de cages vides en béton et métal, devant lesquelles s’arrêtent des visiteurs hagards.

Au tournant du récit, la petite fille échappe à la vigilance de ses parents. Le lecteur la voit s’éloigner d’eux sans qu’ils s’en aperçoivent. La narration iconique se dédouble et devient interne et alternée, racontant tour à tour la débâcle des adultes et les aventures de la fillette. L’image se fait alors le reflet des états d’esprit des personnages. Une double page (Illustration 2) marque ce tournant tout en intronisant le second code visuel tout en couleurs acidulées, associé au point de vue de la fillette. Après ce schisme, une double page sur deux montre l’escapade de l’enfant faisant la rencontre successive des pensionnaires du zoo, alors que l’autre présente l’affolement des parents qui partent à sa recherche.

Illustration 2 : “Le passage”, Zoo sans animaux


Le lecteur découvre, à travers les yeux de la petite fille, des animaux à la fois réaliste et très expressifs. Leurs couleurs chatoyantes leur donne un côté onirique (voir Illustration 3). En leur compagnie, l’enfant s’amuse : elle saute dans les flaques avec l’ours et les éléphants, fait du toboggan avec la girafe et vole avec les oiseaux. L’aventure de la fillette enchante le zoo. Sans enclos, sans barrière, les animaux sont heureux, dans un décor coloré et naturel. Le cadrage large et fixe donne aux scènes une dimension de carte postale (Illustration 3).

Illustration 3 : “Le royaume des animaux”, Zoo sans animaux

 

L’état d’esprit général de ces scènes contraste avec l’inquiétude des adultes. De leur côté, le code visuel reste celui que l’on a découvert au début de l’album, gris, bleu et monotone. La visite devient une course inquiète. Les scènes sont plus dynamiques et les cadrages, qui montraient auparavant des panoramas, se resserrent autour des parents et de leur inquiétude. Ils passent devant les cages sans plus les voir, leurs regards fuient vers l’extérieur de la page. La vacuité des enclos est plus frappante, le zoo prend une allure encore plus lugubre (Illustration 4).

Illustration 4 : “La panique des parents”, Zoo sans animaux

Les scènes sont disposées en alternance et en concordance : alors que les adultes s’affolent devant la piscine (vide) des hippopotames, la double page suivante montre l’enfant qui les rencontre, la scène présentant les parents effarés devant l’enclos des girafes est suivie par la scène du toboggan, etc.

Illustration 5 : “Au revoir”, Zoo sans animaux

Quand les parents retrouvent leur fille, son point de vue se tait et toute la famille quitte le parc, sous l’égide du point de vue initial. Seule exception, l’enfant adresse un au-revoir aux animaux venus la saluer à la grille du zoo (Illustration 5).

 

Illustration 6 : “Papa, Maman ? Et pour vous c’était bien ?”, Zoo sans animaux

Sur la page suivante (Illustration 6), alors qu’elle détourne son regard vers ses parents, les animaux ont disparu, signe qu’elle seule peut les voir, ou du moins que c’est par ses yeux que le lecteur a pu les rencontrer.

Le texte, partiel et relativement neutre recouvre donc les deux réalités présentées par l’image qui sont respectivement liées aux vécus des parents et de la petite fille. L’image se fait révélatrice de ce que le texte ne montre pas, et sa dimension subjective est révélée.

Les parents ignorant ce que la petite fille a vécu, et réciproquement, seul le lecteur est en possession de l’histoire « complète ». Ces deux points de vue, l’un adulte, l’autre enfant, font écho au double lectorat de l’album. D’un côté, les parents n’ont vu qu’un zoo vide et morne et n’ont pas idée de la magie de la visite. De l’autre, l’enfant, naïve et perdue dans des rêveries, ne sait rien de l’inquiétude qu’elle a causée et du danger qu’elle aurait pu encourir. D’un point de vue rationnel, les deux réalités présentées par l’image semblent incompatibles : elles s’excluent mutuellement puisqu’elles s’ancrent dans un même espace et un même temps. Ces vécus apparaissent cependant tous les deux comme possibles puisque « visibles ». Comme le rappelle Isabelle Nières, « L’image ignore la négation ; elle est toujours création d’existence »[5].

Le lecteur est tenté de se rallier à l’un ou à l’autre des points de vue et de mettre en doute le second, de « choisir son camp » entre deux lectures. On pourrait être tenté de se tourner vers le « lisible » pour obtenir une réponse puisque, comme le dit à nouveau Isabelle Nières : « Seul le texte est apte à affirmer que quelque chose n’est pas ou ne doit pas être. »[6]. Ici, l’écrit n’est d’aucun secours, il ne mentionne aucun des deux vécus.

Suzy Lee, sème, dans l’album, un certain nombre d’indices à la poursuite desquels le lecteur, qui cherche à connaitre « la vraie version » de l’histoire, va se lancer. L’aventure de la petite fille, qui obéit à un code visuel intervenu en second, avec des couleurs fantaisistes, apparaît comme le moins « probable » d’un point de vue rationnel. La posture de l’enfant, endormie sur un banc, quand ses parents la retrouvent, renforce l’idée qu’elle a rêvé son escapade. Quelques indices « matériels » viennent cependant étayer sa version des faits.

Illustration 7 : “Indices”, Zoo sans animaux

Les bottes et le manteau de la petite fille sont des marqueurs de ce qu’elle a vécu (Illustration 7). Devenus roses quand elle s’est échappée, ils gardent cette couleur une fois ses parents retrouvés. De plus, l’enfant perd une botte en volant avec les oiseaux, on aperçoit alors deux mains de singe qui attrapent la chaussure. Or, il manque bien une botte à l’enfant sur l’image de fin (voir n°5, Illustration 7) et le gorille de la couverture regarde avec intérêt une petite botte rose (voir n°4, Illustration 7). Les pages de garde, qui montrent le gorille en train de s’échapper puis de retourner, à contrecœur, dans sa cage confirment la réalité des évènements.

Impossible donc, d’exclure l’une ou l’autre des deux versions, qui coexistent. Par cette ambiguïté, Suzy Lee amène le lecteur à dépasser l’apparente opposition à laquelle il pense être confronté. Les deux réalités sont en effet avant tout complémentaires et parallèles. Comme le montre le graphisme du titre et la couverture de l’album (Illustration 8), les deux réalités coexistent et sont toutes deux valides. La continuité dans le style du dessin et dans la technique, connote un lien fort entre les deux versions, même si elles proposent des ambiances différentes. C’est d’ailleurs ce qui nous fait parler d’un « point de vue alterné du narrateur iconique », et non de deux narrateurs iconiques distincts.

Illustration 8 : Couverture, Zoo sans animaux

Comme nous l’avons vu, à partir de la scission, les doubles pages fonctionnent par paires autour d’un même espace (du point de vue des parents, puis de celui de la petite fille). Les images sont parallèles et obéissent à une construction similaire, avec les mêmes lignes principales, mais revêtent des apparences différentes selon les personnages auxquels elles sont attachées (Illustration 9). Les poteaux de béton et les bâtiments chez les parents, deviennent des arbres et des rochers chez la petite fille. L’album offre ainsi la possibilité à son lecteur de se lancer sans un jeu des « sept différences » ou plutôt des « sept ressemblances » pour constater qu’il s’agit bien du même lieu. Chaque paire de doubles-pages propose une même trame, recouverte par un habillage différent (créer par la subjectivité des personnages). Cette « trame » commune, c’est d’ailleurs ce que représente le texte, relativement neutre, qui peut soutenir l’une ou l’autre des versions.

Illustration 9 : “Structure des pages “Le pays des girafes””, Zoo sans animaux

Les deux mondes, qui ne sont en fait qu’un, en plus d’être similaires, sont continuellement liés l’un à l’autre. La figure du paon, présente dès la première page[7] constitue un guide pour la petite fille. C’est en le suivant qu’elle échappe à ses parents et accède à son aventure animalière. Cette figure est redoublée par celle du ballon oiseau, acheté à l’entrée du zoo par les parents. Il est d’abord offert à la petite fille qui le confie ensuite à son père avant d’échapper à sa surveillance. Lorsque le père le lâche, dans la panique, le ballon rejoint la petite fille et achève l’aventure avec elle[8]. Les deux réalités ne sont donc, à aucun moment, étanches l’une à l’autre. Ce lien est mis en évidence par la page de transition que nous avons déjà évoquée, où la petite fille suit le paon à la rencontre des animaux (voir Illustration 3).

On comprend donc que les dimensions visibles de l’album, vécus complémentaires et subjectifs, recouvrent toutes les deux la réalité « neutre » que le texte propose : une balade au zoo. L’écho entre les deux points de vue et le double lectorat de l’album est alors frappant. Il s’agit de s’adresser aux adultes et aux enfants pour leur montrer la complémentarité de leurs points de vues, qui sont tout aussi valide l’un que l’autre. L’adulte est invité à se remettre dans la peau d’un enfant et à partager sa « pensée magique » qui renouvelle le monde et fait tomber les barrières du zoo, alors que l’enfant sera amené à prendre conscience des dangers du monde, mais aussi de la triste vérité du zoo, qui enferme les animaux dans de froids enclos artificiels. Plus largement, Zoo sans animaux fait vivre au lecteur la subjectivité et la pluralité des vécus d’un même événement et de ce qu’on croit être la vérité. L’enfant est célébré pour son rapport privilégié à l’animal et pour la force de son imaginaire, qui transcende l’espace, qui abat les clôtures, et permet aux animaux de se retrouver dans leurs milieux naturels et de s’amuser. Cette « imagination » devient réelle et produit un vécu tout aussi tangible que celui des parents.

Zoo sans animaux, propose donc trois narrations, l’une, globale, énoncée par l’écrit, et deux autres, iconographiques, qui se superposent à la trame du texte pour proposer deux lectures d’un même événement. Ces réalités qui semblent, au premier abord contradictoires, sont en fait parallèles et intrinsèquement liées. L’ouvrage fait prendre conscience aux lecteurs de la pluralité, de la subjectivité et de la validité des vécus.

L’album s’adresse au double lectorat et porte un message fort sur l’institution qu’est le zoo. Ce divertissement, souvent associé aux enfants révèle ici ses deux visages. D’un côté, le bonheur qu’apporte la découverte des animaux aux plus jeunes est brillamment exprimé par l’aventure de la petite fille, de l’autre, le périple des parents force le lecteur à voir la réalité désenchantée et artificielle du zoo, avec ses cages qui pourraient bien être vide tellement les animaux qu’on y voit ne sont plus eux-mêmes.

[1] Suzy Lee, Zoo sans animaux [The Zoo, 2004], Paris, Actes Sud, 2008.

[2] Ibid.

[3] Ibid.

[4] Ibid.

[5] Chantal Lapeyre, Florence Gaiotti, Le lisible et le visible dans l’album (cours de Master 1 recherche Lettres « Littératures d’enfance et de jeunesse », semestre 2, Genres et motifs), Introduction, p. 8.

Isabelle Nières, Introduction à la littérature de jeunesse, Didier Jeunesse, 2009, chapitre 6, p. 136.

[6] Ibid.

[7] Le paon est même présent dès la page de titre où l’on aperçoit une de ses plumes (voir ill.1).

[8] Elle le tient dans sa main alors qu’elle est endormie sur le banc quand ses parents la retrouve.



Citer ce billet
Anaïs Perrin (2022, 1 juin). Zoo sans animaux : confrontation et collaboration des points de vue. Môments Animaux. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rljc

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search